fbpx

Chute spectaculaire des valeurs traditionnelles chez les Américains

Partager

Des valeurs traditionnelles telles que le patriotisme, la religion et l’engagement communautaire sont en recul dans toute l’Amérique, selon un sondage étonnant publié lundi par le Wall Street Journal. L’enquête révèle que seuls 38 % des Américains déclarent que le patriotisme est «très important» pour eux, alors qu’ils étaient 70 % à affirmer la même chose en 1998.

Un sondage du Wall Street Journal-NORC portant sur les valeurs des Américains a révélé une forte baisse de l’importance du patriotisme et de la religion et une augmentation de l’importance de l’argent, ce qui a donné lieu à des spéculations sur ce que ces données révèlent de l’identité nationale américaine.

Un peu plus d’Américains (39 %) accordent la même importance à la religion, alors qu’ils étaient 62 % à déclarer que la foi était “très importante” pour eux il y a 25 ans.

Le pourcentage d’Américains ayant déclaré qu’il était “très important” d’élever des enfants est tombé à 30 % dans le nouveau sondage, contre 59 % en 1998.

LIRE AUSSI  Politico : L'Égypte accentue la famine à Gaza

Par ailleurs, la proportion d’Américains estimant que l’engagement dans leur communauté est “très important” est tombée à 27 %, alors qu’elle atteignait 62 % en 2019, la dernière fois que cette question a été posée.

Une vertu longtemps associée aux libéraux, la tolérance à l’égard des autres, est désormais jugée très importante par 58 % des Américains, contre 80 % il y a quatre ans.

Kevin Williams, 33 ans, de Bend, en Oregon, a déclaré au WSJ qu’il pensait que le déclin de l’importance du patriotisme et de l’engagement communautaire était un symptôme de la montée de l’individualisme et d’un sentiment croissant d’avoir droit à tout dans le pays.

«Je pense que le patriotisme englobe le fait de faire partie de sa communauté et d’aider les autres Américains», poursuit le témoin du journal américain. Ce dernier dit avoir voté deux fois pour l’ancien président Donald Trump et s’être engagé dans les Marines après le 11 septembre.

En 1998, 70 % des Américains déclaraient que le patriotisme était très important pour eux. Cette proportion est tombée à 38 % aujourd’hui, selon un sondage du Wall Street Journal

Mais pour Janet Boyer, ancienne pasteur pentecôtiste à Cumberland Township, en Pennsylvanie, le patriotisme a pris une connotation politique.

«Pour moi, le patriotisme s’est transformé en nationalisme de droite», a-t-il déclaré. Boyer, 52 ans, dit avoir soutenu le président Biden en 2020.

Selon l’enquête, 59 % des républicains ont déclaré que le patriotisme était “très important” pour eux, contre 23 % des démocrates. Des écarts similaires ont été constatés en ce qui concerne l’importance de la religion (53 % des républicains et 27 % des démocrates déclarent qu’elle est “très importante”) et le fait d’avoir des enfants (38 % des républicains et 26 % des démocrates).

Il est intéressant de noter que 45 % des républicains et des démocrates jugent l’argent «très important», alors que 36 % seulement des indépendants sont de cet avis.

Le sondage révèle également que 63 % des Américains pensent que les entreprises ne devraient pas prendre position publiquement sur des questions sociales et politiques, tandis que 36 % les soutiennent dans cette démarche.

Par ailleurs, une majorité d’Américains (43 %) estiment que la société est «allée trop loin» dans l’acceptation des personnes transgenres, contre 33 % qui estiment que la société n’est pas allée assez loin et 23 % qui considèrent que les États-Unis ont été «à peu près corrects».

De même, la moitié des Américains disent qu’ils n’aiment pas qu’on leur demande d’utiliser des pronoms neutres comme «ils» ou «elles» lorsqu’ils s’adressent à une autre personne, alors que seulement 18 % y sont favorables.

Par ailleurs, 61 % des Américains se disent davantage préoccupés par le fait que les écoles puissent interdire des livres ou censurer des sujets importants sur le plan éducatif, contre 36 % qui déclarent craindre davantage que les écoles puissent enseigner des informations que certains élèves ou leurs parents jugent offensantes ou inappropriées.

Le sondage WSJ/NORC a été réalisé auprès de 1 019 personnes entre le 1er et le 13 mars. La marge d’erreur est de plus ou moins 4,1 points de pourcentage.

Déclin de l’exceptionnalisme américain

Un journaliste du New York Post a établi un lien entre les résultats du sondage et la Russie soviétique, estimant «qu’en détournant l’attention de l’Amérique de Dieu au profit d’une lutte des classes matérialiste, les amis américains de Lénine sont en train de gagner». L’article affirme que le système éducatif américain est en partie responsable, car les écoles «apprennent aux enfants à mépriser leurs droits de naissance» par le biais de la théorie critique de la race.

Un changement sans surprise

Un rédacteur du New York Times Opinion a estimé que les résultats étaient «surprenants», mais il s’est défendu de parler de décadence morale en Amérique, en écrivant que «réprimander les gens parce qu’ils pensent mal est en soi une pensée erronée, sans parler du fait que c’est improductif».

L’auteur a estimé que l’importance accrue accordée par les Américains à l’argent était logique compte tenu de l’augmentation du coût de la vie, et il a établi un lien entre le déclin de la religion et le déclin généralisé de la religion dans les pays développés, en déclarant que «les Américains suivent simplement le courant».

Doute des résultats

Un article d’opinion paru dans The Hill a remis en question les conclusions tirées du sondage, estimant que la baisse du patriotisme était le résultat d’un changement de méthodologie permettant aux personnes interrogées de répondre plus honnêtement aux questions.

«Peut-être que l’anonymat de la communication en ligne nous a montré que nous ne sommes pas exactement ce que nous pensions être et qu’il y a plus de diversité de pensée en Amérique que les stéréotypes ne le suggèrent.», souligne l’article.

Tags

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -