Europe - Page 3

L’OMS refuse toute crainte excessive sur la variante du coronavirus

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en garde lundi contre toute crainte excessive vis-à-vis de la variante hautement contagieuse du nouveau coronavirus découverte en Grande-Bretagne, jugeant que cela faisait partie de l’évolution normale d’une épidémie.

Les responsables de l’OMS ont même jugé que la découverte de cette nouvelle souche, qui a amené des pays proches de la Grande-Bretagne comme la France à fermer partiellement leurs frontières, prouvait l’efficacité des dispositifs de veille sur le coronavirus.

«Nous devons parvenir à un équilibre. Il est très important d’avoir de la transparence, il est très important de dire au public comment sont les choses, mais il est aussi important de faire passer le message selon lequel c’est un élément normal de l’évolution d’un virus», a dit Mike Ryan, directeur exécutif chargé de la gestion des situations d’urgence sanitaire à l’OMS, au cours d’une conférence en ligne avec des journalistes.

«Etre en mesure de suivre un virus de si près, de manière si attentive, de manière si scientifique en temps réel est un développement vraiment positif pour la santé publique mondiale et les pays effectuant ce genre de surveillance devraient être félicités», a-t-il ajouté.

Citant des données en provenance de Grande-Bretagne, les responsables de l’OMS ont déclaré qu’aucun élément ne montrait que cette variante du coronavirus était plus grave ou plus mortelle que les souches déjà connues, même si elle semble se répandre plus rapidement.

Bloomberg : L’UE examine une proposition britannique sur la pêche

L’Union européenne examine une nouvelle proposition de la Grande-Bretagne concernant la pêche que Boris Johnson a soumise dans l’espoir d’arracher un accord de dernière minute sur leurs futures relations, rapporte lundi l’agence Bloomberg.

Reuters

Cette dernière proposition verrait l’UE renoncer à environ un tiers de la valeur de ses prises dans les eaux britanniques, selon des sources proches des discussions citées par Bloomberg.

La Grande-Bretagne exigeait encore la semaine dernière une réduction de 60% alors que l’UE a déclaré qu’elle n’irait pas au-delà de 25%, en soulignant qu’un tel effort était déjà difficile à accepter pour des pays comme la France et le Danemark.

Le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré lundi que “des propositions britanniques successives, parfois sur la pêche, (…) ne répond(ai)ent pas aux priorités ni aux exigences européennes” que la France a posée.

Le vaccin Pfizer/BioNtech devrait protéger contre le nouveau variant du virus

/

L’agence européenne des médicaments (EMA) a estimé lundi que le vaccin contre le COVID-19 des laboratoires Pfizer et BioNtech devrait également protéger contre le nouveau variant du virus découvert en Grande-Bretagne.

Reuters

L’EMA a ajouté que la question de la vaccination des femmes enceintes devra être examinée au cas par cas. L’agence dit ne pas disposer de suffisamment de données sur les risques pour les femmes enceintes.

L’UE paiera 15,50 euros par dose du vaccin antiCovid Pfizer/BioNTech

L’Union européenne s’est engagée à verser au laboratoire américain Pfizer et à son partenaire allemand BioNTech la somme de 15,50 euros par dose de leur vaccin contre le COVID-19, montre un document interne consulté par Reuters.

Reuters

Ce tarif, confidentiel et négocié sur la base d’une commande de 300 millions de doses, est légèrement en dessous des 19,50 euros par dose que devront payer les Etats-Unis dans le cadre d’une commande de 100 millions d’unités portant sur le même vaccin.

Le document de l’UE, daté du 18 novembre, a été diffusé en interne après l’annonce d’un accord d’approvisionnement entre le bloc et les deux laboratoires le 11 novembre dernier.

Coronavirus: La France prête à entamer sa campagne de vaccination

La France est prête à entamer dès dimanche la campagne de vaccination contre le COVID-19, a déclaré lundi le gouvernement, alors que l’Agence européenne des médicaments (EMA) doit rendre sa décision sur l’utilisation du vaccin de Pfizer-BioNTech.

Avec Reuters

«Nous attendons pour aujourd’hui l’avis de l’EMA sur le premier vaccin. La Haute autorité de santé rendra ensuite un avis dans les tout prochains jours et nous pourrons enclencher la campagne de vaccination en France avec une coordination européenne à la fin de cette semaine», a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal lors du compte rendu du conseil des ministres. L’avis de la Haute autorité est attendu le 24 ou 25 décembre, indique-t-on de source gouvernementale.

«Dimanche, nous commencerons à vacciner en France. Les plus vulnérables d’entre nous d’abord, après examen médical, information et recueil du consentement. Un démarrage en douceur, soucieux de la sécurité de tous et respectueux de nos engagements éthiques», a précisé sur Twitter le ministre de la Santé, Olivier Véran.

La «chaîne logistique (…) a été mise en place et (…) est opérationnelle pour démarrer dès la fin de cette semaine la vaccination», a ajouté Gabriel Attal.

La première phase de la campagne, qui débutera fin décembre, concernera un million de personnes et se poursuivra courant janvier et probablement début février en raison du délai de trois semaines nécessaire entre l’administration des deux doses du vaccin, a-t-il rappelé.

S’agissant du recueil du consentement auprès des personnes ciblées lors de cette première phase, un guide sera distribué d’ici mercredi dans les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). «Ce recueil s’appuiera sur le médecin traitant ou sur le médecin coordinateur en Ehpad», a encore indiqué Gabriel Attal.

Covid mutant détecté aussi en Italie

L’Italie a détecté dimanche un premier cas de contamination par une nouvelle souche du coronavirus, soupçonnée d’être plus contagieuse et identifiée d’abord au Royaume-Uni, décidant de suspendre les vols en provenance de ce pays.

Avec AFP

Le ministère de la Santé italien a précisé, dans un communiqué diffusé dans la soirée du dimanche, qu’un patient contaminé par la nouvelle souche du coronavirus a été identifié en Italie auprès de l’hôpital militaire Celio de Rome.

Cet hôpital a mis en évidence «le génome du virus SARS-CoV-2 provenant d’un sujet qui a été testé positif à la variante (du virus du Covid-19, ndlr) rencontrée ces dernières semaines en Grande-Bretagne», indique le communiqué.

Le patient était rentré depuis peu de Grande-Bretagne par avion et lui et ses proches sont en isolement, selon la même source.

Plus tôt dans la journée l’Italie avait annoncé la suspension des vols en provenance du Royaume-Uni.

«J’ai signé une nouvelle ordonnance qui bloque les vols au départ de la Grande-Bretagne et interdit l’entrée en Italie aux personnes y ayant séjourné au cours des 14 derniers jours», a déclaré dans l’après-midi dans un communiqué le ministre de la Santé Roberto Speranza.

Variante en cours d’investigation

Baptisée «VUI 202012/01», pour «Variant Under Investigation», variante en cours d’investigation, la nouvelle souche comprend plusieurs mutations et entraînerait selon les premières évaluations une contagiosité jusqu’à 70% plus accrue du nouveau coronavirus.

Plus tôt ce dimanche, l’agence européenne de contrôle des maladies (ECDC), qui inclut une trentaine de pays dont les membres de l’UE et le Royaume-Uni, n’avait «pas exclu» que cette dernière circule en dehors du territoire britannique. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait de son côté appelé ses membres en Europe à «renforcer leurs contrôles» du fait de la nouvelle variante du coronavirus circulant au Royaume-Uni, a indiqué dimanche sa branche européenne à l’AFP.

Coronavirus: Des Etats européens suspendent les vols avec le Royaume-Uni

Plusieurs pays européens ont annoncé dimanche qu’ils allaient suspendre les vols et trains en provenance du Royaume-Uni pour éviter la propagation d’une nouvelle souche de coronavirus détectée dans le pays et considérée comme plus contagieuse.

Avec Reuters

Les Pays-Bas, la Belgique et l’Italie ont fait des annonces allant de ce sens dans la nuit de samedi à dimanche et dans la journée de dimanche.

L’Allemagne, la France et l’Autriche envisageraient de le faire tandis que l’Espagne demande une réponse coordonnée de l’Union européenne.

Variante du virus «hors de contrôle» en Angleterre

Le Premier ministre, Boris Johnson et ses conseillers scientifiques ont fait savoir samedi que le virus circulait plus rapidement dans certaines parties du Royaume-Uni en raison de la propagation rapide d’une nouvelle souche de coronavirus.

La nouvelle variante du virus, soupçonnée d’être 70% plus contagieuse que la précédente, a été observée au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

Rien n’indiquait que cette variante du virus était plus dangereuse ou plus mortelle, ont-ils précisé. Mais face à une montée en flèche du nombre de contaminations, le gouvernement britannique a durci les mesures de restriction avant les fêtes de Noël

Plus de 16 millions de Londoniens et d’habitants du sud-est de l’Angleterre se retrouvent ainsi contraints de faire une croix sur des retrouvailles familiales à Noël.

Voulant éviter une propagation de cette nouvelle souche sur le territoire, les Pays-Bas ont suspendu les vols à compter de ce dimanche à 05h00 GMT et jusqu’au 1er janvier, au moins.

Le Premier ministre belge, Alexander De Croo, a, lui-aussi, fait savoir que la Belgique interdirait par précaution les vols en provenance du Royaume-Uni à partir de ce dimanche minuit pour au moins 24 heures. Cette suspension concerne également les trains Eurostar, a-t-il dit sur la chaîne VRT.

Le gouvernement italien en a aussi fait l’annonce dans la journée estimant devoir «protéger les Italiens».

Pas de cas détectés en France

L’Allemagne envisagerait de le faire, selon le ministère de la Santé, et imposerait également des restrictions pour les vols desservant l’Afrique du Sud, où une autre souche a été détectée là aussi. Citant des sources gouvernementales, le quotidien allemand Bild a précisé que ces restrictions seraient en vigueur jusqu’à 6 janvier.

La France, qui envisage «sérieusement» cette possibilité, selon BFM TV, a convoqué un conseil de défense en fin d’après-midi pour discuter de la situation sanitaire, selon l’Elysée.

L’Autriche devrait aussi interdire les vols, selon l’agence de presse APA, citant une source du ministère de la Santé.

L’Espagne a réclamé une réponse coordonnée avec les membres de l’Union européenne, ou bien se tenait prête à défendre les intérêts de ses concitoyens, selon son gouvernement.

Le directeur général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch a dit dimanche qu’à sa connaissance, la nouvelle souche n’avait pas encore été trouvée sur le territoire français.

«Aucun laboratoire de France ne l’a encore détectée. J’ai passé quelques appels ce matin pour vérifier», a-t-il dit dimanche dans l’émission le Grand Jury, de RTL, Le Figaro et LCI, tout en ajoutant que cela ne voulait pas dire que cette souche n’avait pas commencé à atteindre la France.

Du temps pour s’en sortir

Le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock, a laissé entendre dimanche que les nouvelles mesures de restriction au Royaume-Uni – qui concernent près d’un tiers de la population – resteraient en vigueur tant que la campagne de vaccination ne serait pas largement déployée.

«Il va falloir du temps pour s’en sortir», a dit le ministre sur Sky News. «Nous devons surtout faire en sorte qu’une majeure partie de la population soit vaccinée pour être protégée. Etant donné la rapidité avec laquelle se répand la nouvelle souche de coronavirus, cela va être très difficile de la contrôler tant que le vaccin ne sera pas accessible à tous».

Londres et le sud-est de l’Angleterre sont actuellement au niveau 3 de surveillance et devaient passer dimanche au niveau 4, le plus élevé, entraînant la fermeture des commerces non essentiels.

Dans ces zones, la population doit rester à domicile, sauf pour des raisons impérieuses comme le travail.

Quelques instants après les annonces du gouvernement, des Londoniens se sont précipités dans les gares pour se rendre auprès de leurs familles pour les fêtes de Noël – un comportement que Matt Hancock a qualifié «d’irresponsable».

Le ministre des Transports Grant Shapps a exhorté la population soumise à ces restrictions à ne pas voyager. Des renforts policiers ont été envoyés pour contrôler les déplacements.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com