fbpx

Maison Blanche

Le Maroc condamne le blocus américain imposé à Cuba et l’ONU demande sa levée

Le numéro 2 de la mission du Maroc à l’ONU, Abdeslam Jasni, a condamné le mercredi 31 octobre le blocus financier, économique et commercial américain frappant Cuba et a appelé à y mettre fin. De son côté, l’Assemblée générale de l’ONU a voté une résolution par 189 voix pour et 2 contre qui demande la levée définitive de l’embargo sur le pays.

Le diplomate marocain de haut rang, qui intervenait à la plénière de l’Assemblée Générale de l’ONU au nom du groupe africain, a exhorté Washington à mettre un terme à cette mesure punitive, mesure qu’il a qualifiée de pierre d’achoppement dans le développement de Cuba.

Abdeslam Jasni a également regretté la détérioration dans les relations bilatérales entre les Etats-Unis et Cuba comme étant le résultat de mesures imposées à Havane par le président Donald Trump. Raison pour laquelle le groupe réaffirme son soutien à la résolution onusienne qui incite à la nécessité de lever l’embargo contre le pays.

En 2017, 191 sur 193 pays membres de l’ONU avaient voté en faveur de la résolution cubaine. Seuls les Etats-Unis et Israël étaient contre.

Toutefois, dans un effort de boycotter l’initiative, la Maison Blanche a soumis 8 amendements au projet de texte, rejetés intégralement par le ministre cubain des affaires étrangères, Bruno Rodriguez. Ce dernier avait dénoncé mardi l’agressivité de ces amendements et leur manipulation de plusieurs questions telles que les droits de l’homme et les objectifs de développement durable.

D’autre part, le vote sur le projet de résolution visant à mettre fin au blocus a eu lieu ce jeudi et les Nations unies ont appelé à la levée de l’embargo à la quasi unanimité : une résolution appelant à la levée de l’embargo américain contre Cuba, en place depuis 1962.

Laurence Haïm quitte En Marche !

/

La communicante d’Emmanuel Macron, Laurence Haïm, quitte le mouvement en Marche ! C’est ce qu’elle vient d’annoncer à l’instant sur son compte Twitter. Correspondante d’I-Télé à Washington, elle quitte son poste en janvier 2017, pour rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle de 2017, en tant que porte-parole, où elle devrait s’occuper des questions internationales.

La journaliste franco-israélienne de 51 ans, ancienne correspondante du groupe Canal+, de l’agence CAPA et d’I-Télé à Washington de 1992 à 2017, est une des rares journalistes français à avoir été accrédités à la Maison Blanche et au Pentagone. Et aussi seule journaliste française à avoir décroché une interview exclusive avec l’ancien président américain Barack Obama, dont elle a couvert la campagne électorale.

« Je l’ai appelé pour lui dire – J’ai envie de vous apporter mon expérience de journaliste –« 

En 2016, elle couvre de nouveau la campagne pour l’élection présidentielle américaine jusqu’à la victoire de Donald Trump. Le 10 janvier 2017, elle annonce son départ de la chaîne I-Télé et, dès le lendemain, rejoint l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle de 2017, en tant que porte-parole, «chargée des questions internationales», fonction dont les contours précis et exacts n’ont pas été clairement définis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle et la composition du nouveau gouvernement, Laurence Haïm s’attendait à être «récompensée» par un poste dans l’exécutif dirigé par Edouard Philippe. Mais c’est à Christophe Castaner qu’échoit la fonction de porte-parole du gouvernement dont elle rêvait. Laurence Haïm qui a mal vécu cette marginalisation, a choisi la veille de la visite de Donald Trump pour le Bastille Day pour annoncer son départ de l’équipe d’Emmanuel Macron.

LE1