fbpx

MAECI

Erevan : Le Maroc participe à la 35ème session de la Conférence ministérielle de la Francophonie

Le Maroc prend part durant deux jours aux travaux de la 35ème session de la Conférence ministérielle de la Francophonie, réunie sous le thème : « Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone », et qui se tient les 8 et 9 octobre, à Erevan en Arménie.

Lors de cette Conférence, où le Maroc est représenté par la Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Mounia Boucetta, le royaume a réitéré son engagement en faveur des valeurs et des initiatives qui unissent l’espace Francophone et qui peuvent contribuer à relever les défis auxquels les pays sont confrontés

La Secrétaire d’Etat Boucetta a par ailleurs mis l’accent sur 3 thématiques qui doivent davantage mobiliser les pays francophones:

1. S’agissant des défis de la paix et de la sécurité en lien avec la lutte contre le terrorisme, le Maroc a réitéré son appel pour la mise en œuvre d’une stratégie globale et multidimensionnelle qui repose sur le triptyque : promotion des valeurs culturelles et religieuses authentiques, développement humain équitable et inclusif, sécurité et justice, en s’appuyant sur une coopération internationale et inter-régionale agissante.

Mounia Boucetta a souligné que le Maroc est disposé à partager son expertise et son expérience développées grâce à sa stratégie nationale et sa participation active et reconnue sur les plans régionaux et internationaux à la lutte contre l’extrémisme, particulièrement le forum global pour la lutte contre le terrorisme.

Dans ce sens, la Secrétaire d’Etat a salué l’initiative de lancement, en septembre dernier, d’un réseau francophone de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme pouvant conduire au terrorisme violant, en appelant les Etats membres de l’OIF à agir dans le cadre d’une responsabilité active par le biais de l’harmonisation des actions engagées et la mise en application des bonnes pratiques en particulier par le renforcement des capacités des pays et différents acteurs.

2. La nécessité de multiplier les actions de coopération et de partenariats entre les pays de l’espace francophone. A cet effet, Mounia Boucetta a salué la mission qui a été confiée au Maroc pour le lancement du réseau des acteurs de coopération sud-sud et tripartite, en indiquant qu’une feuille de route sera présentée pour la concrétisation de cette nouvelle forme de coopération qui cible plusieurs secteurs économiques prioritaires pour notre région.

3. La question de la migration est aussi une question prioritaire en raison des défis qu’elle pose et des opportunités qu’elle peut créer, si elle est bien gérée. La numéro 3 du MAECI a ainsi invité les pays à contribuer et à s’impliquer dans le cadre des prochaine échéances internationales, à savoir le Forum sur la Migration et la Conférence Intergouvernementale pour l’Adoption du Pacte Mondial pour les Migrations sures, ordonnées et régulières, qui auront lieu en décembre prochain.

Nations Unies : Un dispositif marocain de choc pour faire avorter les manoeuvres de Pretoria et d’Alger

Quand Nasser Bourita s’accapare les micros et les pupitres à l’ONU, d’autres balisent le terrain et défrichent les champs minés par les adversaires du Maroc. Et quand Nasser Bourita, connu pour aimer travailler seul et faire le vide autour de lui, multiplie les entretiens protocolaires avec ses homologues étrangers, d’autres préparent les dossiers de fond, analysent les situations ad hoc et tentent d’anticiper les coups bas notamment ceux des délégations de l’Algérie et de l’Afrique du sud. Nasser Bourita, chef de la délégation marocaine à New York pour deux jours ne l’est plus depuis quelques heures, et c’est Saad Eddine El Othmani qui a été dépêché aux Nations unies pour représenter le Maroc aux travaux de la 73ème session de l’Assemblée générale. En plus du chef de la diplomatie marocaine, le chef du gouvernement sera épaulé dans cette mission par Mohamed Yassine Mansouri et Omar Hilale qui sont les véritables chevilles ouvrières de ce «commando» qui a dû faire face, lundi, à un examen difficile lors du Sommet de la paix Nelson Mandela, tenu à New York.

Lire ici

Le Maroc célèbre la Journée de l’Afrique

Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale célèbre, vendredi à Rabat, en partenariat avec le ministère de la Culture et de la communication, le Groupe des ambassadeurs africains accrédités à Rabat, l’Institut royal des études stratégiques (IRES), l’Agence marocaine de coopération internationale et la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, la journée de l’Afrique sous le thème « Maroc/Union africaine: Partenariat confirmé pour une Afrique solidaire et prospère ».

La célébration de la journée de l’Afrique, qui prendra lieu à la Bibliothèque Nationale du  Royaume, comprendra une exposition photographique portant sur « l’histoire des relations maroco-africaines », la projection d’un documentaire mettant en exergue la dimension africaine du Maroc et la tenue d’un séminaire sur la thématique sus-visée, a indiqué la MAECI dans son communiqué.

Cette journée s’assigne aussi pour objectifs de « mettre en relief l’engagement du Maroc en faveur d’une Afrique forte et unie, dans le cadre d’une approche pragmatique et solidaire tournée vers l’avenir, mettre en exergue le leadership du Maroc en Afrique et la pertinence de ses actions et initiatives multi-sectorielles et constructives en faveur de notre continent, tout en soulignant sa contribution au renforcement de la crédibilité de l’UA », souligne le communiqué.

Cet événement vise également à souligner la portée du retour historique du Maroc au sein de l’UA, ainsi que son apport fondamental dans la re-dynamisation de l’action de cette organisation panafricaine et à examiner les voies et moyens du raffermissement de la coopération entre le Maroc et l’UA en vue de faire face aux divers challenges guettant l’Afrique.

De par cette célébration, le Maroc, sous le leadership du roi Mohammed VI, met en relief « son engagement irréversible et indéfectible en faveur d’une Afrique forte, intégrée, homogène, solidaire et cohérente, pouvant répondre aux attentes légitimes des populations africaines à la stabilité, à la paix, au développement et au bien-être, dans le cadre d’un partenariat confirmé et renouvelé avec l’UA », a ajouté la même source.

L’action du Maroc au sein de l’Union Africaine et au sein du continent tire sa substance, en particulier, du discours royal lors du 29ème Sommet de l’Union, qui réaffirme l’engagement du royaume à contribuer à l’émergence d’une Nouvelle Afrique: une Afrique forte, une Afrique audacieuse qui prend en charge la défense de ses intérêts, une Afrique influente dans le concert des Nations, a conclu le ministère.

Avec MAP

Mohcine Jazouli en éclaireur à Kigali pour préparer le sommet extraordinaire sur la zone de libre-échange africaine

/

Le Maroc a pris part, lundi à Kigali, capitale du Rwanda, à la réunion du Conseil exécutif du Sommet extraordinaire de l’Union Africaine dédiée à la Zone de libre échange continentale africaine. Le royaume était représenté par le ministre délégué chargé de la Coopération africaine, Mohcine Jazouli. Cette rencontre se tient en préparation au Xe sommet au niveau des Chefs d’Etat et de gouvernement prévu le 21 mars qui sera consacré à la signature d’un accord qui lancera la Zone de libre-échange continentale africaine. La libéralisation progressive du commerce de l’Afrique dans les années à venir offrira de nouvelles opportunités aux entreprises africaines de rivaliser et de coopérer au-delà des frontières et d’établir une portée continentale. Seule voix dissonante, le Nigeria qui a décidé de suspendre sa participation à l’accord de libre-échange.

Les dirigeants des 55 pays d’Afrique qui se réuniront mercredi à Kigali, au Rwanda, feront du continent la plus grande zone de libre-échange créée depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce. Lire ici

Communiqué des Affaires Etrangères : le Roi Mohammed VI souhaite que sa première présence à un Sommet de la CEDEAO n’intervienne pas dans un contexte de tension et de controverse

Le Roi Mohammed VI avait prévu de se rendre, les 3 et 4 juin courant à Monrovia, à l’occasion du 51ème Sommet de la CEDEAO, qui devrait, notamment, examiner le dossier déposé par le Maroc pour rejoindre ce groupement régional en tant que membre à part entière, indique, jeudi, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI).

Au cours de cette Visite Royale, une rencontre avec la Présidente du Liberia, des entretiens avec les Chefs d’Etat des pays membres de la CEDEAO, ainsi qu’un discours devant le Sommet de l’Organisation, étaient programmés, ajoute le ministère dans un communiqué, parvenu à la MAP.

Toutefois, au cours des derniers jours, des pays importants de la CEDEAO ont décidé de réduire au minimum leur niveau de représentation à ce Sommet, en raison de leur désaccord avec l’invitation adressée au Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, relève le communiqué, notant que d’autres Etats membres ont, également, exprimé leur étonnement par rapport à cette invitation.

“Sa Majesté le Roi, Que Dieu L’assiste, souhaite que sa première présence à un Sommet de la CEDEAO n’intervienne pas dans un contexte de tension et de controverse, et tient à éviter tout amalgame ou confusion”, conclut le communiqué.

MAP