Hosni Moubarak

Soudan : Vladimir Poutine vole au secours d’Omar el-Béchir

//

Depuis le 19 décembre dernier, date de l’éclatement du mouvement de protestation au Soudan à la suite d’une décision gouvernementale de tripler le prix du pain, la contestation n’a pas faibli mais a pris de l’ampleur et embrasant pratiquement tout le pays. Un lourd bilan en pertes humaines d’au moins 50 morts dans les rangs des manifestants qui réclament la liberté et justice mais aussi la tête du président Omar el-Béchir au pouvoir depuis 30 ans, et la chute de son régime.

Le maréchal El Béchir, qui se trouve dans de mauvais draps, a cherché appuis et aides auprès de certains Etats comme les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, l’Egypte qu’il visite ce lundi pour demander le soutien du Rais Abdelfattah al-Sissi, la Turquie et la Russie en particulier.

Contesté el lâché même par une partie de son parti, le Congrès National, sans oublier la principale formation de l’opposition et son chef Sadek Al-Mahdi qui a appelé vendredi au départ du président

Plusieurs médias et des observateurs n’ont pas hésité à qualifier ce mouvement de « nouvelle vague de printemps arabe » mais sans préciser ses commanditaires. En attendant de voir plus clair, il est fort probable que ce qui se passe au Soudan fasse partie d’une nouvelle guerre froide entre Moscou, d’une part, et Washington et autres puissances, d’autre part, dans le cadre d’une lutte d’influence aussi bien sur le continent africain que dans le monde arabe.

Le Soudan ce vaste pays de plus de 40 millions d’habitants censé être le grenier de l’Afrique, se trouve frappé par la misère en raison d’un régime gangréné par la corruption et le clanisme. Le régime aux abois aujourd’hui cherche par tous les moyens à survivre. Pour ce faire ? El-Béchir n’a pas hésité à demander le secours au chef du Kremlin, Vladimir Poutine.

Une aubaine pour Moscou pour élargir sa zone d’influence. Les médias britanniques ont révélé que des mercenaires russes aident à réprimer les manifestations au Soudan et que des éléments russophones dans la capitale soudanaise ont suscité des inquiétudes quant à la décision du Kremlin de soutenir le régime autocratique du président Béchir.

Les reportages et les photos de Khartoum sont apparus alors que les manifestations antigouvernementales se multipliaient et que le président faisait face à la plus grande menace qui pèse sur sa dictature militaire depuis sa prise du pouvoir il y a 30 ans.

Le déploiement apparent du muscle russe intervient alors que le Kremlin cherche à développer des liens de commerce, de sécurité et de défense avec l’Afrique subsaharienne. Au cours des deux dernières années, il a autorisé des projets d’énergie nucléaire civile en République du Congo, au Nigeria et au Soudan. Les entreprises russes participent également à une entreprise d’extraction de platine d’une valeur de 400 millions de dollars au Zimbabwe, à une immense centrale nucléaire devant être construite en Égypte et à un projet de bauxite de 220 millions de dollars…

The Times : Des soldats de la société privée de services militaires russes Wagner aperçus dans les rues de Khartoum le mois dernier

Information démentie quatre jours plus tard par le gouvernement soudanais par la voix de son ministre de l’intérieur, Ahmed Bilal Osman, qui l’a qualifiée de Fake news !

Manque de pot pour le responsable soudanais, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a reconnu ce lundi l’existence d’ «instructeurs russes dans le cadre des relations bilatérales russo-soudanaises qualifiant ce soutien de « légitime ».

Idem pour le vice –ministre des affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov qui a déclaré que des « instructeurs privés et gouvernementaux sont au Soudan pour des missions de formation » !

Droit dans ses bottes, el-Béchir n’arrête pas d’accuser les médias d’attiser la colère des soudanais tout en reconnaissant l’existence d’un véritable malaise: “Il y a un problème. On ne peut pas nier qu’il y a un problème, mais il n’a pas l’ampleur et les dimensions qu’en donnent les médias. C’est une tentative de clonage du Printemps arabe au Soudan. Ce sont les mêmes slogans et une très large utilisation des médias sociaux. Mais le peuple soudanais est en alerte.

Finira –t-il par subir le même sort que le tunisien Ben Ali, le libyen Kaddafi ou l’égyptien Moubarak ?

L’égyptien Nasser Kamel, nouveau secrétaire général de l’UpM

/

Désigné par consensus comme le veut la coutume, les 43 pays membres de l’Union pour la Méditerranée ont opté pour l’Egyptien Nasser Kamel pour succéder au Marocain Fathallah Sijilmassi à la tête du Secrétariat général de l’UpM dont le mandat s’est achevé à la fin du mois de février 2018. L’actuel ambassadeur d’Egypte à Londres doit faire ses adieux aux autorités britanniques avant d’entamer ses nouvelles fonctions au mois de juin prochain. En attendant que le diplomate égyptien rejoigne son quartier général à Barcelone, c’est le Secrétaire général-adjoint, le portugais Jorge Borrego, qui assure l’intérim.

Le Secrétaire général sortant a bien ficelé les choses avant de quitter son poste. Son successeur héritera d’une organisation dont les mécanismes sont huilés et jouissant d’une forte expertise.

Nasser Kamel, qui a été ministre-adjoint pour les affaires économiques internationales au ministère égyptien des Affaires étrangères, a longtemps roulé sa bosse dans le réseau diplomatique de son pays à l’étranger, comme numéro 3 à Washington, numéro 2 à Lisbonne puis à Tunis, et enfin en chef de mission adjoint à Bruxelles puis à Paris.

Rappelé en 2006 au Caire, Nasser Kamel a été désigné par Hosni Moubarak pour diriger le puissant Département d’information de l’État, où il est chargé de coordonner la stratégie de communication du gouvernement et de superviser le travail des bureaux de presse égyptiens à travers le monde.

Six ans plus tard, et après la chute de Hosni Moubarak, il est nommé ambassadeur d’Egypte en France. Durant sa mission diplomatique dans l’hexagone, il croisera et se liera d’amitié avec son futur prédécesseur à l’UpM, Fathallah Sijilmassi, qui était à cette époque-là à la tête de l’ambassade du Maroc en France.

Nasser Kamel ne restera pas plus de deux ans à Paris pour être nommé ambassadeur à Londres en 2014, fonction qu’il exercera durant quatre ans avant d’être désigné quatrième Secrétaire général de l’UpM.

A 60 ans, cet ami du Maroc aura à sa disposition un secrétariat général opérationnel composé de 60 personnes triées sur le volet, la plupart des experts et hauts fonctionnaires détachés de la Commission européenne, de la Banque européenne d’investissement ou de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Ce diplômé de sciences politiques et de sciences économiques, et titulaire d’un Master en Administration publique internationale de la prestigieuse Ecole Nationale d’Administration de Paris, sera assisté dans ses fonctions par six Secrétaires généraux-adjoints.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com