fbpx

Europe

Bloomberg : L’Europe se dirige droit vers une pénurie de diesel

/

Malgré une nette détente du prix du pétrole ces derniers jours, l’Europe se dirige droit vers une pénurie de diesel et de ses dérivés, notamment le fioul, alerte Bloomberg. L’hiver commence déjà à pointer le bout de ses froides menaces dans les esprits des européens.

Les expéditions de carburant de type diesel en provenance des pays de l’ex-Union soviétique devraient diminuer ce mois-ci, ce qui pourrait compliquer une situation d’approvisionnement déjà chaotique en Europe, rapporte Bloomberg.

Les exportations de gasoil et de diesel de la région devraient baisser de 4 % en août par rapport au mois précédent, selon la société d’analyse du commerce pétrolier maritime Petro-Logistics SA. Une grande partie – sinon la totalité – de l’offre proviendra de Russie, un important fournisseur de ces carburants, en particulier pour l’Europe.

Faiblesse des niveaux d’eau des voies navigables

Les faibles niveaux d’eau sur la voie fluviale cruciale du Rhin entravent les flux de diesel et d’autres produits de base vers l’Europe intérieure. Le continent a récemment connu plusieurs pannes de raffineries, planifiées ou non, et les gouvernements ont récemment déclaré qu’ils allaient libérer du pétrole des réserves stratégiques pour soutenir l’offre.

En novembre prochain, les stocks de carburant de type diesel dans le nord-ouest de l’Europe devraient atteindre leur niveau le plus bas depuis au moins le début de 2011. Cela se passera quelques mois avant l’entrée en vigueur de l’interdiction par l’Union européenne des importations maritimes en provenance de Russie, qui est actuellement le principal fournisseur extérieur du continent. Les stocks dans les entrepôts indépendants de la plateforme pétrolière Amsterdam-Rotterdam-Anvers sont actuellement à leur plus bas niveau saisonnier depuis au moins 2008.

Les exportations prévues ce mois-ci en provenance des pays de l’ex-Union soviétique font suite à un mois de juillet «fort» et sont en hausse de 8 % par rapport à l’année précédente, a déclaré à Bloomberg Daniel Gerber, directeur général de Petro-Logistics.

La société estime les flux de Primorsk – le principal port russe pour l’expédition de diesel à l’étranger – à 1,15 million de tonnes ce mois-ci. Cela représente environ 280 000 barils par jour, soit peu de changement par rapport aux prévisions de juillet.

Le diesel, pillier des économies de l’Europe du Nord-Ouest

Le diesel est capital pour le fonctionnement des économies de l’Europe du Nord-Ouest. Pour une partie de son parc automobile, bien sûr, mais également pour le chauffage (fioul) ou pour alimenter nombre d’industries et d’usines en énergie, rappelle Thomas Burgel.

Or, le stock sur lequel le continent est assis est dangereusement bas, alors même que les fournitures d’électricité, de gaz, de charbon et de pétrole ne sont pas garanties, dans un contexte de tensions internationales sur l’énergie, de difficultés techniques du nucléaire, en France notamment, de guerre de la Russie en Ukraine et des sanctions et embargos qui en découlent.

«Le stress énergétique européen est tel que Londres commence à se préparer à des black-outs et coupures au creux de l’hiver et –exemple curieux parmi d’autres angoisses plus classiques– que les crématoriums allemands s’inquiètent» écrit le journaliste.

Les spéculations découragent le stockage

L’essor du Trading en ligne de ces dernières années, a poussé le marché à se tourner vers les marchés à terme. Relativement faciles d’accès, entièrement négociables en ligne et ne nécessitent pas de capital conséquent.

Le volume sur ces marchés sont devenus tellement importants qu’ils influent sur le comportement des investisseurs et des stockeurs des hydrocarbures. Aujourd’hui, ces marchés connaissent un phénomène nommé «backwardation», ou «déport», lors duquel le prix d’un contrat à terme est inférieur au prix au comptant.

Les traders se voient ainsi découragés de constituer des stocks, puisque le bien qu’ils échangent perdra de la valeur dans les mois qui viennent. L’hiver arrive, et il risque donc d’être particulièrement rude pour l’Europe.

Coronavirus : L’Allemagne, la Hongrie et la Slovaquie lancent leurs campagnes de vaccination, avant le reste de l’UE

L’Allemagne, la Hongrie et la Slovaquie ont commencé samedi à vacciner leur population contre le coronavirus, à la veille du lancement des campagnes de vaccination dans la plupart des autres Etats membres de l’UE, qui a donné le 21 décembre son feu vert au vaccin Pfizer-BioNtech.

AFP

La première dose administrée sur le territoire allemand l’a été à Edith Kwoizalla, une résidente de 101 ans d’une maison de retraite de la région du Sachsen-Anhalt (est).

En Hongrie, c’est Arienne Kertesz, une femme médecin de l’hôpital South Pest de la capitale Budapest qui a ouvert la voie. «J’attendais depuis longtemps de l’avoir, parce que ma capacité à travailler calmement et en sécurité en dépend», a-t-elle déclaré.

Et c’est un spécialiste des maladies infectieuses, Vladimir Krcmery, qui a été le premier à être vacciné en Slovaquie, à Nitra (ouest).

Arrivée des premières doses dans l’UE

Les premières doses de vaccin sont arrivées samedi dans l’UE à la veille du démarrage dans la plupart de ses Etats membres des campagnes de vaccination contre le coronavirus, dont le variant britannique est de plus en plus signalé à travers le monde

La Russie, qui a dépassé samedi les trois millions de cas, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Mexique et de nombreux autres pays ont déjà commencé à vacciner leurs populations au début du mois de décembre. La Chine avait été la première à le faire, l’été dernier.

Les Etats-Unis restent les plus touchés par le Covid-19, tant en nombre de morts (330.279) que de cas (18.761.363).

Joe Biden a mis en garde samedi contre les « conséquences dévastatrices » pour des millions d’Américains en difficulté, notamment en raison de la pandémie, si Donald Trump ne promulguait pas, comme il en a brandi la menace, le vaste plan de relance économique de 900 milliards de dollars voté par le Congrès après des mois de tractations.

L’actuel président l’a en effet rejeté, demandant entre autres une hausse des aides directes aux ménages.

Plusieurs pays ont annoncé samedi des cas confirmés du variant britannique du coronavirus, comme l’Italie, la Suède, l’Espagne et le Japon, après l’annonce cette semaine de contaminations en France, en Allemagne, au Liban et au Danemark.

Selon une étude de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM), ce nouveau variant est «50% à 74%» plus contagieux que ses prédécesseurs, faisant craindre plus d’hospitalisations et de morts en 2021 qu’en 2020.

Après sa découverte, l’inquiétude avait poussé des dizaines d’Etats à couper leurs liaisons aériennes, maritimes ou terrestres avec le Royaume-Uni, semant le chaos dans son approvisionnement et la pagaille aux abords de Douvres (sud-ouest) où des milliers de camions sont restés coincés plusieurs jours.

Mais la situation dans ce port stratégique, était désormais «résorbée» et le trafic vers Calais, dans le nord de la France, faiblissait «fortement», après le passage de 2.200 poids-lourds vendredi et de 1.500 samedi.

Le Japon a décidé samedi de mettre un terme à toutes nouvelles arrivées d’étrangers non résidents sur son territoire à partir de lundi et ce jusqu’à fin janvier. Un nouveau record quotidien de nouveaux cas de Covid-19, un millier, a été enregistré à Tokyo.

La Suisse trop optimiste

En Italie, le pays européen le plus endeuillé (plus de 71.000 morts), 9.750 doses de vaccin escortés par les carabiniers ont été livrés à l’hôpital Spallanzani de Rome samedi matin.

Face à une flambée du nombre des cas, l’Italie s’était déjà reconfinée avant même Noël, comme l’Irlande, qui a reçu samedi ses vaccins mais n’entamera sa campagne que mercredi.

La Suisse a pour sa part fait amende honorable, reconnaissant que le gouvernement avait été trop optimiste après la première vague de l’épidémie en relâchant les restrictions, avec pour résultat l’un des taux de contamination les plus élevés en Europe au cours de la deuxième vague.

A la fin de la première vague, l’été dernier, «on avait le sentiment que le pire était passé, cela a été l’une des plus graves erreurs», a déclaré Alain Berset, le ministre suisse de la Santé.

En France, 19.500 doses sont arrivées à la pharmacie centrale des Hôpitaux de Paris, en banlieue parisienne. Des employés masqués portant des gants de protection spéciaux contre le froid (le vaccin est conservé à -70°C) ont transféré les boîtes dans des réfrigérateurs spéciaux.

Jour plein d’espoir

En Allemagne, le ministre de la Santé Jens Spahn a salué «un jour plein d’espoir», car ce vaccin « est la clef qui nous permettra de nous réapproprier nos vies ». «L’automne, l’hiver et Noël de l’an prochain ne devraient plus être placés sous le signe de cette pandémie», a-t-il espéré.

Comme l’Italie, l’Autriche a confiné sa population samedi, au lendemain de Noël. Les commerces non essentiels, l’hôtellerie et la restauration seront fermés et la population soumise à un couvre-feu toute la journée jusqu’au 24 janvier.

Au Royaume-Uni, qui a dépassé vendredi les 70.000 morts, des confinements locaux ou de sévères restrictions sont entrés en vigueur pour des millions de personnes.

L’Ecosse continentale passe toute entière en alerte maximale, revenant à un quasi-confinement, comme l’Irlande du Nord.

En Angleterre, six millions de personnes dans le sud et l’est reviennent aussi à un confinement, qui y concerne désormais 24 millions de personnes au total.

En Chine, où l’OMS avait pour la première fois signalé le nouveau coronavirus il y a un an, le Parti communiste s’est félicité de son «rôle décisif (…) qui a permis une victoire glorieuse extrêmement extraordinaire dans cette année extrêmement inhabituelle».

Cette auto-congratulation précède de quelques jours l’arrivée sur le territoire chinois d’une équipe de l’OMS pour enquêter sur les origines du virus.

L’Asie (près de 215.000 morts et 13,7 millions de cas) reste loin des records européens ou américains, mais plusieurs pays connaissent une résurgence de la contagion.

La pandémie a fait au moins 1.750.780 morts et contaminé presque 80 millions de personnes, selon les dernières données officielles compilées samedi par l’AFP.

Coronavirus: L’UE veut accroître son stock de vaccins par crainte d’une pénurie

L’Union européenne veut lever davantage de fonds pour augmenter ses approvisionnements en vaccins contre le nouveau coronavirus car elle redoute que la demande soit supérieure à l’offre l’an prochain, a appris Reuters de deux sources proches de l’UE.

Reuters

En voulant accroître ses stocks, l’Union européenne pourrait créer des difficultés à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a mis en place un dispositif d’accès mondial au vaccin, baptisé COVAX, dont l’objectif est d’acheter et de livrer deux milliards de doses d’ici à fin 2021.

La France et l’Allemagne, parmi d’autres, ont fait savoir qu’elles n’achèteraient pas de doses via le mécanisme COVAX mais qu’elles contribueraient à son financement.

La Commission européenne a déclaré, lors d’une réunion des ambassadeurs de l’UE organisée la semaine dernière, qu’elle se voulait “pragmatique” car elle estime à 2,4 milliards d’unités le nombre total de doses qui pourraient être produites dans le monde l’année prochaine, a expliqué une source.

Des pays riches comme les Etats-Unis cherchent aussi à sécuriser leurs approvisionnements en vaccins contre le Covid-19, qui en sont pour l’instant tous au stade du développement.

Selon un comptage Reuters à partir de sources officielles, le nombre de contaminations au coronavirus dans le monde a dépassé jeudi la barre des 30 millions, et l’épidémie ne montre aucun signe de ralentissement.

La Commission européenne, qui discute ou a déjà passé commande auprès de six laboratoires ou consortiums pour réserver des doses d’un éventuel vaccin, souhaite ouvrir les négociations avec un septième groupe, ont précisé les sources.

L’exécutif européen a également déclaré aux ambassadeurs des Etats membres qu’un effort financier supplémentaire serait nécessaire dans le cadre de ces nouvelles négociations, alors qu’un fonds d’environ deux milliards d’euros a déjà été débloqué, ont ajouté ces sources.

La Commission a annoncé en août la signature, au nom des Etats membres, d’un contrat avec le laboratoire britannique AstraZeneca qui prévoit la livraison d’au moins 300 millions de doses de son candidat vaccin contre le COVID-19.

Elle a également annoncé ce jeudi la conclusion d’un contrat similaire avec le français Sanofi et le britannique GSK, et bouclé des discussions exploratoires avec Johnson & Johnson, CureVac et Moderna. En septembre, elle a dit être dans la dernière phase des discussions avec les groupes allemand BioNTech et américain Pfizer.

L’Union européenne se dit prête à partager tout stock excédentaire avec les pays pauvres.

Le masque de rigueur pour la plupart des élèves européens de retour à l’école

Plusieurs dizaines de millions d’élèves français, polonais et russes ont repris mardi le chemin de l’école, où beaucoup devront porter des masques dans le cadre des mesures sanitaires imposées pour enrayer la pandémie due au coronavirus.

Reuters

Lavage régulier des mains, distanciation sociale et récréations décalées seront la norme dans de nombreux pays européens, où la sécurité à l’école sera également déterminante pour la reprise des activités économiques.

La rentrée, aussi bien scolaire que professionnelle, se déroule toutefois alors que le nombre de cas augmente à nouveau sur tout le continent. L’arrivée à l’automne de la grippe saisonnière et la surmortalité hivernale pourraient en outre compliquer encore la situation sanitaire.

En France, en Espagne et ailleurs, la reprise des cours inquiète certains parents d’élèves et syndicats d’enseignants.

Différentes approches ont été adoptées pour minimiser les risques en milieu scolaire. En Espagne, les conditions de la rentrée ont été fixées par les autorités régionales, mais certaines règles telles que le port du masque obligatoire pour les élèves de plus de six ans s’appliquent à l’échelle nationale.

Au collège La Inmaculada y San José de la Montaña, un établissement catholique de Ronda, dans le sud de l’Espagne, où les cours reprendront le 10 septembre, des réaménagements sont en cours pour espacer les pupitres et instaurer un sens de circulation dans les couloirs.

“Nous avons mis du gel à disposition, nous pouvons prendre leur température, de l’espace a été fait dans toutes les classes. Nous faisons tout ce que nous pouvons”, explique Mère Marta, la directrice.

France : la crise sanitaire ne doit pas mettre la vie des citoyens en suspens

Pour le gouvernement français, la crise sanitaire ne doit pas mettre la vie des citoyens en suspens. En Grande-Bretagne, le Premier ministre britannique Boris Johnson a souligné l’importance de la reprise des cours dès cette semaine, mais les syndicats se sont plaints de changements de dernière minute et réclament un “plan B” en cas de deuxième vague.

“Pas besoin d’une boule de cristal pour voir que les restrictions locales seront une caractéristique de l’automne et de l’hiver”, a déclaré Paul Whiteman, secrétaire général du syndicat des directeurs d’écoles (National Association of Head Teachers).

En avril, au plus fort du confinement, 1,5 milliard d’enfants étaient privés d’enseignement, selon l’UNESCO, ce qui a pu accentuer les inégalités.

D’après les épidémiologistes, le risque de transmission du coronavirus dans les écoles dépend de la situation sanitaire locale et des mesures de sécurité.

La transmission du Covid reste stable chez les jeunes

Les données mondiales sur la propagation de la pandémie montrent que les enfants et les jeunes ne représentent que 1% à 2% des cas de COVID-19 dans le monde. Dans la plupart des cas, il s’agit d’infections légères ou asymptomatiques et les décès sont rares.

“Les écoles font partie des collectivités locales, elles ne fonctionnent pas de manière isolée. Donc, ce qui nous intéresse, c’est l’état de la transmission dans la collectivité où ces écoles fonctionnent”, a déclaré l’épidémiologiste Maria Van Kerkhove au nom de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En Allemagne, où les établissements scolaires ont commencé à rouvrir début août, le taux de transmission chez les moins de 20 ans est resté stable. En Suède, où les écoles n’ont pas été fermées, il n’a pas été supérieur à celui de la Finlande voisine, où les cours ont cessé.

“Nous voulons voir les enfants retourner à l’école et les gens sur le lieu de travail, mais nous voulons que cela ait lieu en toute sécurité. Aucun pays ne peut toutefois prétendre que la pandémie est terminée”, a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Une partie de l’Europe commence à se déconfiner lundi

Après des semaines à rester chez soi, une partie de l’Europe commence prudemment à retrouver l’air libre, de premières mesures de déconfinement entrant en vigueur lundi dans plusieurs pays.

Italie

Dans certains secteurs (bâtiment, automobile, luxe…), le travail a commencé à reprendre le 27 avril.

A partir de lundi, les Italiens pourront rendre visite à leur famille et se réunir en nombre limité. Les parcs rouvriront, avec maintien de la distanciation sociale.

Le secteur manufacturier, celui de la construction et le commerce de gros pour ces filières seront ouverts. Bars et restaurants auront le droit de vendre à emporter. Leur réouverture complète aura lieu le 1er juin, tout comme celle des salons de beauté ou de coiffure.

Le 18 mai, tous les commerces de détail pourront rouvrir, ainsi que musées, lieux culturels et bibliothèques.

Les écoles resteront fermées jusqu’en septembre.

Les déplacements continueront d’être limités à l’intérieur de la commune de résidence et liés aux seules exigences de travail et de santé.

Espagne

Le confinement extrêmement strict du pays a été assoupli le 26 avril avec l’autorisation de sortir se promener une heure avec un adulte pour les enfants et, depuis samedi, avec l’autorisation pour les plus de 14 ans de faire du sport individuellement ou se promener sous conditions strictes.

A partir de lundi, certains petits commerces comme les coiffeurs pourront recevoir des clients individuellement sur rendez-vous. Bars et restaurants auront le droit de vendre à emporter.

Le masque sera obligatoire dans les transports.

Dans certaines petites îles des Baléares et des Canaries, la plupart des magasins, les musées et les terrasses des bars et restaurants seront autorisés à rouvrir avec des capacités limitées, de même que les hôtels sous conditions. Le reste du pays suivra le 11 mai.

Cinémas et théâtres rouvriront normalement deux semaines plus tard. Les écoles seront fermées jusqu’en septembre.

Jusqu’à la fin du déconfinement, les Espagnols ne pourront se déplacer hors de leur province.

Allemagne

La plupart des magasins de moins de 800 mètres carrés ont rouvert le 20 avril.

A partir de lundi, les écoles vont rouvrir progressivement dans certains Länder (Sarre, Saxe-Anhalt, Brême).

Les coiffeurs vont rouvrir. Les lieux de cultes, musées, mémoriaux, zoos, aires de jeu le pourront aussi ou l’ont déjà fait.

Lieux culturels, bars, restaurants –sauf pour les livraisons–, aires de jeu, terrains de sports, demeurent fermés. Les grands rassemblements resteront interdits au moins jusqu’au 31 août.

Masque progressivement obligatoire dans les transports et les magasins.

Autriche

Vienne a déjà autorisé la réouverture de certains commerces non essentiels. Grandes surfaces alimentaires, coiffeurs et installations de sport en plein air (tennis, golf…) ont rouvert ce week-end.

Les restrictions de déplacement sont levées, les rassemblements autorisés jusqu’à 10 personnes, avec respect de la distanciation sociale.

Lundi, les élèves de terminale passant le bac vont retourner à l’école dans un cadre aménagé, avant une rentrée progressive pour les autres.

Les restaurants devraient rouvrir mi-mai.

Masque obligatoire dans les transports et les magasins.

Belgique

Les entreprises qui n’accueillent pas de public s’apprêtent à voir revenir leurs employés à partir de lundi, et le masque deviendra obligatoire dans les transports.

La plupart des commerces rouvriront à partir du 11 mai, à condition de respecter la distanciation sociale.

Certaines classes rouvriront le 18 mai, avec un maximum de 10 élèves par classe.

Réouverture progressive des restaurants à compter du 8 juin au plus tôt.

Portugal

Librairies et concessionnaires automobile vont rouvrir lundi. Le commerce local, jusqu’à 200 m2, donnant sur la rue, va pouvoir rouvrir, avec masque obligatoire. Salons de coiffure et d’esthétique le pourront aussi sur rendez-vous.

Certains services publics, tels que les centres d’impôts, vont rouvrir sur rendez-vous, avec masque obligatoire.

Dans les transports publics, le masque est obligatoire.

Les sports individuels en plein air sont autorisées.

Les lycées, musées, galeries d’art, restaurants et cafés rouvriront le 18 mai, les théâtres et les cinémas le 1er juin, avec des règles de distanciation sociale.

Slovénie

Réouverture lundi des terrasses de café et restaurants, coiffeurs, musées, librairies. Reprise des entraînements sportifs professionnels.

Masque obligatoire dans les lieux publics fermés, les transports et les magasins.

Hongrie

Hors Budapest, réouverture des terrasses de café et restaurants, des plages et bains publics. Reprise des entraînements sportifs professionnels.

Masque obligatoire dans les transports et les magasins.

Pologne

Le gouvernement a annoncé l’ouverture lundi d’hôtels, de centres commerciaux, d’une partie des institutions culturelles, dont des bibliothèques et certains musées.

A partir de mercredi, crèches et jardins d’enfants pourront rouvrir, mais les autorités locales dont ils dépendent ont annoncé que la plupart d’entre eux resteront fermés.

Croatie

Certains magasins, les musées, les bibliothèques, ainsi que les transports publics ont rouvert la semaine dernière. Les rassemblements religieux sont autorisés depuis samedi.

Lundi, les services impliquant un contact rapproché avec le client, comme les coiffeurs, pourront rouvrir.

Le 11 mai, ce sera le tour des terrasses, bars et restaurants. Les rassemblements seront autorisés jusqu’à 10 personnes et les jardins d’enfants et écoles rouvriront sur la base du volontariat.

Serbie

Réouverture lundi des cafés et restaurants avec distanciation sociale, des transports publics, trains intercités et bus longue distance avec port du masque obligatoire.

Les centre commerciaux rouvriront le 8 mai, les jardins d’enfants le 11.

Le couvre-feu est maintenu.

Grèce

Près de 10% des commerces fermés vont pouvoir rouvrir lundi: librairies, salons de coiffure et de beauté, magasins d’électronique et d’articles de sport, jardineries.

Le 11 mai, tous les autres magasins pourront rouvrir à l’exception des centres commerciaux, fermés jusqu’au 1er juin.

Pays nordiques

En Islande, les universités, musées et salons de coiffure rouvrent lundi.

Le Danemark et la Norvège, en régime de « semi confinement », ont été parmi les premiers pays européens à alléger leurs restrictions. Les Danois ont été les premiers à reprendre le chemin de l’école, le 15 avril.

Helmut Kohl, l’homme qui a unifié l’Allemagne est mort

L’homme qui a été décoré du Grand Cordon du Ouissam Alaouite par le défunt Hassan II, père de la réunification allemande, digne successeur des mastodontes Bismarck et Konrad Adenauer, le Chancelier allemand, détenteur du record de longévité à la chancellerie, pendant seize ans, de 1982 à 1998, Helmut Kohl, est mort vendredi à l’âge de 87 ans.

Malade et affaibli depuis plusieurs années, il s’est éteint dans sa maison de Ludwigshafen (sud-ouest), écrit le journal Bild, très proche de celui qui détient le record de longévité à la chancellerie allemande (1982-1998) depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale.

Selon le même journal, il est mort paisiblement avec à ses côtés sa seconde épouse, Maike Kohl-Richter. «Il n’allait pas bien depuis plusieurs jours», poursuit-il.

Helmut Kohl, en très mauvaise santé depuis des années et cloué dans un fauteuil roulant depuis 2009, avait notamment souffert d’un accident vasculaire cérébral et s’était cassé la hanche.

Il apparaissait peu en public et avait de graves difficultés d’élocution.

L’Allemagne unifiée et Maastricht c’est lui, Helmut Kohl

Helmut Kohl restera dans l’histoire pour avoir forcé la main,en usant à la fois de sa bonhomie et de fermeté, des dirigeants soviétique et américain, Mikhaïl Gorbatchev et George H. W. Bush, mais aussi de ses alliés européens, afin que la RDA rejoigne la RFA (République fédérale allemande) en 1990, moins d’un an après la chute du mur de Berlin.

Fervent partisan de l’extension à l’est du projet européen, il est aussi avec son ami le président français François Mitterrand l’architecte du nouveau visage de l’Union européenne avec le Traité de Maastricht (1992) et l’introduction de l’euro, actée en 1999.

Helmut Kohl décoré par le Roi Hassan II

C’est le 31 mai 1996 que l’ex-chancelier allemand se déplace au Maroc pour une visite officielle de 3 jours. Il sera décoré du Grand Cordon du Ouissam Alaouite par feu le Roi Hassan II.

Réactions unanimes de par le monde 

Il «a été une chance pour tous les Allemands et Helmut Kohl a aussi changé ma vie de manière décisive»,  «Il restera dans nos mémoires comme un grand Européen, comme le chancelier de l’unité [du pays]» a réagi la chancelière Angela Merkel au sujet de son mentor.

« Kohl était le leader qui a unifié l’Allemagne d’une main ferme et déterminée. Son admiration pour Israël et pour le sionisme s’est exprimé dans nos nombreuses rencontres, et dans ses positions déterminées en faveur d’Israël, qu’il a sans cesse présentées en Europe et sur la scène internationale » a déclaré le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le président russe Vladimir Poutine a rendu hommage à un «partisan du développement des relations amicales entre nos deux pays.»

«Artisan de l’Allemagne unie et de l’amitié franco-allemande : avec Helmut Kohl, nous perdons un très grand Européen», a réagi le président français Emmanuel Macron.

«Très affecté», le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a perdu «un ami personnel», selon son porte-parole.

«C’était sans aucun doute une personnalité exceptionnelle qui laissera son empreinte dans l’histoire allemande, européenne et internationale», a déclaré M. Gorbatchev.

George Bush a salué «un vrai ami de la liberté» et «l’un des plus grands leaders de l’Europe d’après-guerre».

« La mort d’Helmut me peine profondément. Mon mentor, mon ami, l’essence même de l’Europe. Il va grandement, grandement nous manquer », a écrit Jean-Claude Juncker sur Twitter.

Jacques Delors, président de la Commission de 1985 à 1995, a aussi rendu hommage à un « citoyen de l’Europe ». « Tous les Européens doivent s’incliner devant l’homme Helmut Kohl et son action qui a inspiré et mis en oeuvre l’unification de l’Allemagne, en dépit des obstacles de toutes natures », a-t-il déclaré dans un texte.

Fin de carrière ternie

Sa fin de carrière sera moins glorieuse, ternie par un scandale de caisses noires pour le financement de son parti. Il finira par reconnaître avoir recueilli des dons occultes et Angela Merkel en profitera pour prendre sa place.

Plus récemment, en avril 2016, Helmut Kohl a dénoncé la politique d’accueil de son ancienne protégée, qui a permis l’arrivée de près d’un million de migrants en 2015, et reçu le premier ministre hongrois Viktor Orban, farouche détracteur de la chancelière.

Les soubresauts de sa vie privée, étalés dans divers livres et journaux allemands – brouilles avec ses enfants, polémique sur le rôle de sa nouvelle femme, manière dont il a traité sa première épouse malade, Hannelore, qui s’est suicidée en 2001 – ont achevé d’assombrir ses dernières années.

 

LE1 avec agences

Italie – Naissance de la IIIe République !

La chambre des députés italiens a approuvé ce mardi le projet de réforme constitutionnelle visant à réduire les pouvoirs du Sénat.

Ce vote historique, obtenu par 361 voix pour et 7 contre, vise à réduire les pouvoirs du Sénat afin de limiter les crises gouvernementales dans le pays.

Un référendum sera tenu avant la fin de l’année pour entériner définitivement cette réforme tant attendue depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Cette réforme permettra de renforcer la stabilité politique en Italie et mettra fin à la fragilité chronique des gouvernements, aspect qui rendait difficile tout redressement économique du pays.

La nouvelle constitution retire au Sénat le pouvoir de renverser le gouvernement et permet à ce dernier de se maintenir désormais toute une législature, alors qu’auparavant les gouvernements italiens étaient connus pour être les moins stables d’Europe. Depuis 1945, l’Italie a connu en moyenne 1 gouvernement par an.

Abdellah El Hattach
.

L’architecte de la réunification allemande tire sa révérence

/

L’ancien ministre allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher, père de l’«Ostpolitik» et architecte de la réunification du pays en 1990, est décédé le 31 Mars 2016, à l’âge de 89 ans.

L’ex-responsable du parti libéral allemand et chef d’orchestre de la diplomatie allemande pendant près de vingt ans a succombé à un arrêt cardiaque, «entouré de sa famille», dans sa maison de Wachtberg-Pech, dans l’ouest du pays, ont précisé ses services dans un communiqué.

« Il fut l’un des grands acteurs de la réunification et aura marqué par ses qualités tant politiques qu’humaines cette période majeure de l’histoire de l’Europe », a ajouté le communiqué.