Bouteflika à Genève pour se «doper» en prévision des élections du 18 avril

Pour faire face à l’épreuve des élections présidentielles du 18 avril prochain, où il sera obligé de faire plusieurs apparitions publiques, Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, affaibli par un accident vasculaire cérébral en 2013 qui a affecté sa mobilité et son élocution, ne se déplaçant que sur un fauteuil roulant, s’envolera dimanche pour Genève pour un coup de boost médical. L’annonce de sa énième candidature malgré son lourd handicap a suscité colère et indignation dans son pays.

Abdelaziz Bouteflika se rendra à Genève dimanche pour «effectuer ses contrôles médicaux périodiques», a annoncé jeudi soir la présidence algérienne.

Le séjour de Bouteflika sera «court», indique sans autre détail la présidence dans un bref communiqué publié par l’agence de presse officielle APS. Le candidat à sa propre réélection, pour un cinquième mandat, se rend régulièrement à l’étranger pour des «contrôles médicaux périodiques», depuis un AVC dont il a été victime en 2013 et qui l’a cloué sur un fauteuil roulant. Hospitalisé 80 jours à Paris en 2013 après l’AVC qui l’avait frappé, le chef de l’Etat algérien a effectué depuis plusieurs «contrôles médicaux périodiques» à Paris, Grenoble ou Genève.

Le dernier séjour médical de Bouteflika en Suisse remonte à fin août dernier. Il y avait passé cinq jours. Aucun détail n’avait été communiqué sur le type d’examens subis ni sur l’hôpital dans lequel il s’était rendu.

L’AVC a affecté sa mobilité et son élocution. Ses apparitions publiques sont rares. La dernière remonte au 1er novembre dernier. Il ne s’exprime plus en public, suscitant de constantes spéculations sur son état de santé en Algérie.

Avec agence de presse suisse ( ats/nxp )

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Câbles

Allez en Haut de la page