Whatsapp

Vous devez écouter Elon Musk et laisser tomber WhatsApp pour Signal

L’homme le plus riche du monde et l’une des voix les plus influentes du monde de l’entrepreneuriat technologique, a incité jeudi matin ses 41,5 millions de followers sur Twitter d’utiliser Signal. Depuis, l’application de messagerie est saturée par les nouvelles inscriptions.

L’appel d’Elon Musk sur Twitter d’utiliser Signal a créé une déferlante d’inscriptions à l’application de messagerie réputée pour être la plus sure du marché. A tel point que la société basée à San Francisco a publié un communiqué demandant à ses utilisateurs de patienter pour la réception de la confirmation de leur inscriptions en raison de la forte demande.

«Les codes de vérification sont actuellement retardés chez plusieurs providers car beaucoup de nouvelles personnes essaient de s’inscrire sur Signal en ce moment. Nous travaillons avec nos partenaires pour résoudre ce problème le plus rapidement possible. Accrochez-vous.» a publié Signal sur twitter.

Une heure plus tard, la société a publié un nouveau tweet annonçant le rétablissement de l’inscription.

«Tout le monde devrait pouvoir s’inscrire à nouveau sans délai. Merci à tous les opérateurs qui ont inversé les bons commutateurs pour que les gens puissent continuer à basculer (vers la Signal)».

Elon Musk vs Mark Zuckerberg

Elon Musk, le patron du constructeur de véhicules électriques haut de gamme Tesla, qui s’est hissé, jeudi 7 janvier, au rang d’homme le plus riche du monde grâce à l’envolée des actions en Bourse, a tweeté ce jeudi une phrase en deux mots «Utilisez Signal», juste après que des changements aient été apportés à la politique de confidentialité de WhatsApp qui conduirait à davantage de partage de données avec sa société mère Facebook.

Plus tôt dans la journée, Musk a également tweeté un mème «effet domino», dans lequel il a laissé entendre que le début de Facebook était responsable du chaos et de la violence qui ont eu lieu au Capitole américain à Washington.

Ce jeudi soir, Musk a publié un autre mème sur twitter avec la photo de «Q Chaman», l’homme déguisé au milieu des partisans de Trump qui ont dévasté le Congrès à Washington mercredi soir, avec l’inscription : «C’est ce qui se passe quand on annule Burning Man».

Burning Man est un festival de sable et de feu, qui se tient chaque année dans le désert de Black Rock au Nevada pendant neuf jours.

La charge de Musk contre WhatsApp n’ont surpris personne. Ces antécédents de désaccords avec le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, sont souvent partagés sur Twitter. D’ailleurs, il a été la tête de file de la campagne #DeleteFacebook de 2018, après la révélation du scandale Cambridge Analytica. Le patron de Tesla n’avait pas seulement supprimé sa propre page personnelle, mais aussi celles de Tesla et SpaceX.

iMessage et Signal alternatives à WhatsApp

Cette semaine, WhatsApp a mis à jour sa politique de confidentialité informant les utilisateurs que l’application partagera leurs données personnelles avec sa société mère, Facebook, et qu’il n’y aura plus d’option de désinscription.

Depuis cette annonce, les utilisateurs de Twitter se sont passés le mot pour basculer vers iMessage d’Apple. Pour ceux qui sont sur Android, c’est Signal qui est désormais l’application de messagerie de prédilection.

Signal est une application de messagerie connue pour être axée sur la confidentialité, largement utilisée par les experts en sécurité, les chercheurs en confidentialité, les universitaires et les journalistes du monde entier. Le protocole Signal sous-tend également le cryptage de bout en bout de WhatsApp, bien qu’une différence essentielle soit que Signal est open source, alors que WhatsApp ne l’est pas.

En février 2020, la Commission européenne a recommandée Signal à ses équipes, en particulier pour sécuriser les échanges avec des personnes extérieures à l’organisation. Les journalistes de l’AFP témoignent également d’installations massives chez les politiques, et – dans une moindre mesure – parmi leurs sources judiciaires ou policières, rapportait Ouest-France en février de l’année écoulée.

L’application concurrente Telegram est considérée comme risquée car leur code source reste propriétaire, alors que Signal est libre et ne peut être taxé de partisanisme vis-à-vis de tel ou tel État. L’image de l’application russe, qui avait séduit les partis politiques de tous bords, a été entachée par sa large utilisation par des djihadistes et ses relations troubles avec le pouvoir russe.

Les origines de Signal remontent à 2010, elle était baptisée RedPhone, une appli développée par Whisper System qui sera racheté plus tard par Twitter. L’un de ces chercheurs, Matthew Rosenfeld (un hackeur-navigateur aux dreadlocks blondes plus connu sous le pseudonyme de Moxie Marlinspike) fonde à San Francisco en Californie l’organisation Open Whisper Systems pour continuer le développement d’une messagerie libre.

Il va lancer Signal en 2015, financée totalement par des dons, sans campagne marketing ni budget de communication.

Gratuite, l’application devient populaire parmi les lanceurs d’alertes et les journalistes, notamment grâce au soutien public d’Edward Snowden, à l’origine des révélations sur les procédés des services secrets américains pour surveiller les télécommunications.

Snowden qui a déclaré utiliser Signal chaque jour grâce au chiffrement de bout en bout proposé par cette application qui est selon lui, le meilleur moyen de contrer les programmes de surveillance massive dont il a révélé l’existence en 2013.

Les Emirats arabes unis espionnent le Qatar et leur allié saoudien via une société israélienne

//

Le gouvernement des Émirats arabes unis aurait utilisé pendant plus d’un an une technologie téléphonique israélienne pour espionner les dissidents émiratis ainsi que de hauts responsables du Qatar et de l’Arabie saoudite, à leur tête le Cheikh Tamim Ben Hamad al-Thani et le prince Meteb Ben Abdellah Ben Abdelaziz, ancien patron de la Garde nationale saoudienne, un corps militaire d’élite formant la garde rapprochée du roi d’Arabie. C’est ce que croit savoir le journal américain The New York Times qui explique que cette technologie permet de transformer secrètement les smartphones en dispositifs de surveillance.


Le ministère qatari des Affaires étrangères dit ce soir qu’il suit de très près l’évolution de cette affaire qui, selon le journal américain, pourrait avoir des répercussions sérieuses sur certaines alliances dans la région, sachant que les Emiratis arabes unis auraient demandé, par e-mail, si cette technologie était capable d’enregistrer les conversations téléphoniques de l’émir du Qatar, de journalistes et même du Commandant de la Garde nationale d’Arabie saoudite, pourtant alliée des Emirats.

Sur le plan technique, on comprend que grâce au logiciel d’espionnage baptisé «Pegasus» par NSO, son concepteur, les communications et emplacements d’un smartphone, notamment les communications iMessage, Gmail, Viber, Facebook, WhatsApp, Telegram et Skype peuvent être enregistrés.

C’est grâce aux deux actions en justice à laquelle fait face NSO Group Technologies, l’une en Israël et l’autre à Chypre, pour espionnage illégal, que le New York Times a réussi de dévoiler des échanges de courriels entre les Emirats et la société israélienne de sécurité.

Pour sa part, le groupe NSO explique que sa mission était de fournir aux « gouvernements autorisés » une technologie leur permettant de lutter contre le terrorisme et la criminalité, et que «les accords signés avec les clients de la société exigent que les produits de la société soient utilisés de manière licite ». Selon NSO, la société n’exploite pas le logiciel pour ses clients, mais le développait simplement. A noter que le ministère israélien de la Défense est un des clients majeurs de la société NSO.

Whatsapp de nouveau en panne dans une bonne partie du globe !

Twitter s’est affolé durant la soirée du mercredi 3 mai avec le hashtag #Whatsappdown, après que l’application de messagerie instantanée appartenant à Facebook ait subi une panne d’ampleur qui a laissé des milliers d’utilisateurs à travers le monde incapables d’utiliser Whatsapp.

L’application de messagerie instantanée WhatsApp, qui n’était plus très stable ces dernières semaines, a été touchée par une panne mondiale laissant les utilisateurs dans l’incapacité d’envoyer ni recevoir de messages vers 18h05 GMT et ceci pendant 1 heure durant.

 

Selon le site DownDetector, le problème a été résolu pour les utilisateurs du Royaume-Uni et du Maroc vers 18h50 GMT, toutefois des utilisateurs dans d’autres pays comme les États-Unis et le Mexique déclarent sur les réseaux sociaux avoir encore des difficultés à envoyer ou à recevoir des messages.

Ce dysfonctionnement de Whatsapp est survenu exactement deux semaines après la panne mondiale du 3 mai, laissant des millions d’utilisateurs incapables d’envoyer ou de recevoir des messages et surtout le lendemain de deux attaques informatiques mondiales l’attaque #Wanacry et #Adylkuzz.

WhatsApp, qui a été acheté par Facebook en 2014 pour près de 20 milliards de dollars, compte un peu plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde entier.

LE1

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com