Veolia

Caixa ne compte pas aider Suez à contrer Veolia

La banque espagnole Caixa, actionnaire de Suez, n’envisage pas de participer au moindre consortium susceptible de soumettre une offre sur la participation d’Engie dans le groupe français, convoitée par Veolia, a dit une source informée de la situation à Reuters.

Reuters

Caixa, via sa filiale de banque d’investissement, est le deuxième actionnaire de Suez avec une participation de 5,9%.

Selon la source, Caixa attend de connaître l’issue de l’offre soumise par Veolia sur la quasi-totalité de la participation d’Engie.

La banque espagnole ne compte jouer aucun rôle actif pour aider Suez à contrer l’offre de son concurrent, a ajouté cette source.

La direction de Suez juge l’offre de Veolia hostile et elle s’efforce de trouver des solutions alternatives.

Veolia, numéro un mondial du traitement de l’eau et des déchets, propose de racheter 29,9% du capital de Suez à Engie, qui en contrôle 32%, en vue de lancer ensuite une offre sur l’ensemble du capital.

Des représentants de Criteria, la maison mère de Caixabank, et de Suez ont refusé de s’exprimer sur le sujet.

Offre de rachat de Veolia sur Suez : Engie fait monter les enchères

Engie veut que Veolia relève le prix de son offre d’achat de l’essentiel de sa participation dans Suez et demande 1 milliard de plus. Elle n’exclut pas d’examiner des propositions alternatives qui pourraient survenir au cours des prochaines semaines, rapporte Reuters.

Veolia a proposé dimanche de racheter l’essentiel de la participation d’Engie dans Suez – soit 29,9% de quelque 32% à 15,50 euros par action représentant un montant de 2,9 milliards – en prévoyant ensuite une offre sur le reste du capital du numéro deux mondial de la gestion de l’eau et des déchets.

“Le montant proposé n’est pas suffisant, il faut que Veolia revoie sa copie”, a déclaré à Reuters une source interne à Engie, selon laquelle le président du conseil Jean-Pierre Clamadieu a fait connaître cette position aux administrateurs du groupe.

Selon une autre source au fait du dossier, un prix de 17,00 euros par action, évoqué dans un premier temps par BFM Business, “serait plus proche de ce qu’Engie est en droit d’attendre”.

Selon la même source, le groupe énergétique sait que le PDG de Veolia, Antoine Frérot fera les efforts nécessaires pour remporter la mise. Selon plusieurs sources, Engie fixe déjà ses conditions.

Engie a en outre demandé à Suez d’examiner la possibilité de racheter lui-même la participation du groupe à son capital, ont également indiqué deux des sources interrogées par Reuters.

L’une d’elles a ajouté qu’Engie se réservait la possibilité d’examiner des propositions alternatives qui pourraient émerger de la part d’un ou plusieurs autres investisseurs.

La négociation ne fait que commencer. L’offre de Veolia est valable jusqu’à fin septembre

Avec Reuters et BFM business