Sinovac Biotech

Le Roi Mohammed VI annonce la gratuité du vaccin contre le coronavirus au profit de tous les Marocains

Le Roi Mohammed VI a donné ses hautes instructions au gouvernement pour l’adoption de la gratuité du vaccin contre l’épidémie de la COVID-19 au profit de tous les Marocains.

Dans un communiqué publié sur l’agence de presse MAP, le cabinet royal annonce la gratuité du vaccin contre le coronavirus au profit de tous les marocains. Ci après le texte intégral du communiqué du cabinet royal :

« Ce geste Royal noble puise son essence dans la Haute sollicitude royale et la bienveillance humaine dont le Souverain ne cesse d’entourer l’ensemble des composantes du peuple marocain depuis l’apparition des premiers cas de ce virus au Maroc.

Il s’inscrit également dans le cadre des Hautes Orientations Royales visant le lancement, dans les prochaines semaines, d’une opération de vaccination massive contre cette épidémie. Il vise à garantir le vaccin pour tous les Marocains comme moyen adéquat pour s’immuniser contre le Virus et contenir sa propagation dans la perspective d’un retour progressif, par la Grâce de Dieu, des citoyens à leur vie normale dans la quiétude et la sécurité.

Il convient de rappeler que Sa Majesté le Roi, que Dieu Le préserve, avait présidé le 9 novembre dernier, une séance de travail consacrée à la stratégie de vaccination contre la Covid-19, qui s’inscrit dans le cadre du suivi continu par le Souverain de l’évolution de cette pandémie et des mesures pour lutter contre sa propagation et protéger la santé et la sécurité des citoyens ».

Coronavirus: Le chinois Sinovac obtient un financement de 515 millions de dollars pour son vaccin

Le laboratoire chinois Sinovac Biotech, coté en Bourse aux Etats-Unis, a obtenu un financement de 515 millions de dollars (424 millions d’euros) de Sino Biopharmaceutical pour doubler la capacité de production de son vaccin CoronaVac contre le coronavirus, ont déclaré les entreprises lundi.

Reuters

Sino Biopharmaceutical prendra une participation de 15,03% dans Sinovac Life Sciences, a déclaré Sino Biopharmaceutical dans un dépôt à la bourse de Hong Kong.

Sinovac a déclaré dans un communiqué indépendant qu’elle serait en mesure de fabriquer 300 millions de doses de vaccins par an.

Le laboratoire espère aussi achever la construction d’un deuxième site de production d’ici la fin de 2020 afin de porter sa capacité de production annuelle de vaccins à 600 millions de doses.

La France prudente quant à un éventuel vaccin contre le COVID-19

La France restait prudente mardi quant à l’éventualité de la mise au point d’un vaccin contre le COVID-19, après l’annonce par le laboratoire américain Pfizer et l’allemand BioNTech d’un vaccin potentiellement efficace à 90%.

«Il est trop tôt pour dire dans quelles conditions nous déploierons un vaccin alors même qu’aucun vaccin aujourd’hui n’a été validé», a déclaré le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, lors du compte rendu du conseil des ministres, où le président Emmanuel Macron a évoqué le sujet.

https://twitter.com/NashiraNews/status/1326153569775591426

«Il faut être d’une très grande prudence dès lors que les données scientifiques ne sont pas connues, dès lors que l’ensemble des essais et des tests n’ont pas été réalisés», a-t-il dit. «Il faut être transparent avec les Français pour leur dire que le vaccin ne pourra pas être une solution à la deuxième vague que nous vivons

Gabriel Attal a rappelé que l’arrivée d’un vaccin faisait l’objet d’un plan européen et que 1,5 milliard d’euros étaient prévus dans le budget 2021 de la Sécurité sociale en France pour financer une campagne de vaccination.

La Chine se dit prête pour la production à grande échelle d’un vaccin contre le Covid-19, baptisé «Coronavac»

Il tient peut-être le remède tant attendu. Dans un laboratoire du nord de Pékin, un homme en blouse blanche exhibe un tube du «Coronavac», l’un des tout premiers vaccins expérimentaux contre le nouveau coronavirus.

Sinovac Biotech, l’un des quatre labos chinois autorisés à engager des essais cliniques, voit grand. Même si son vaccin n’a pas encore fait ses preuves, le groupe privé se dit prêt à produire 100 millions de doses par an pour combattre le virus, apparu en Chine fin 2019 avant de se répandre dans le monde entier.

Le pharmacien peut se montrer confiant. En 2009, il avait coiffé ses concurrents sur le poteau en devenant le premier au monde à mettre sur le marché un vaccin contre la grippe porcine H1N1.

Dans ses vastes installations de Changping, en grande banlieue de la capitale, des laborantins contrôlent la qualité du vaccin expérimental, à base de pathogènes inertes, déjà produit à des milliers d’exemplaires. Dans sa boîte blanche et orange, il porte même un nom: «Coronavac».

Le sérum a été administré à 144 volontaires

Même si le traitement est encore loin d’une homologation, le fabricant doit montrer qu’il est capable de le produire à grande échelle et soumettre des lots au contrôle des autorités. D’où le lancement de la production avant même la fin des essais cliniques.

Si plus d’une centaine de laboratoires mondiaux rivalisent pour être le premier à mettre au point un vaccin, moins d’une dizaine ont pour l’heure engagé des essais sur l’être humain, selon l’Ecole d’hygiène et de médecine tropicale de Londres.

C’est le cas de Sinovac, qui assure avoir obtenu des résultats encourageants chez le singe, avant d’administrer son sérum pour la première fois à 144 volontaires à la mi-avril dans le Jiangsu (est).

Mais le labo fondé en 2001 ne se prononcera pas sur la date à laquelle son injection d’un demi-millilitre pourra éventuellement être commercialisée.

«C’est la question que tout le monde se pose…», reconnaît Liu Peicheng, directeur de la marque.

D’après l’OMS, la fabrication d’un vaccin peut prendre entre 12 et 18 mois.

Résultats des essais fin juin

Sinovac, qui emploie un millier de salariés, espère obtenir fin juin de premiers résultats quant à la sécurité de son produit, dans le cadre des essais de phase 1 et 2, explique à l’AFP Meng Weining, directeur des affaires internationales.

Ces essais consistent simplement à vérifier que le vaccin n’est pas dangereux pour l’homme. Pour s’assurer qu’il est efficace, il faut engager un essai de phase 3 auprès de porteurs du virus.

Problème: désormais, «seulement quelques cas sont signalés en Chine chaque jour», souligne Meng Weining. A moins d’une deuxième vague épidémique sur le sol chinois, le groupe va donc devoir tester des personnes positives à l’étranger.

«Nous sommes actuellement en contact avec plusieurs pays d’Europe et d’Asie», précise-t-il.

«Un essai de phase 3 comprend normalement plusieurs milliers de personnes. Ce n’est pas facile d’obtenir ces chiffres, dans aucun pays», prévoit-il.

Une revanche pour la Chine

Le groupe n’en a pas moins engagé au sud de Pékin la construction d’un site de production d’une capacité de 100 millions de doses, qui doit pouvoir fonctionner avant la fin de l’année.

«Nous travaillons jour et nuit, nous faisons les trois-huit, ce qui signifie que nous ne perdons pas une minute», assure M. Meng.

Rapporté à la population mondiale, un éventuel vaccin Sinovac ne suffirait pas à protéger la planète. Mais Meng assure que son groupe, coté au Nasdaq, est prêt à «des collaborations» avec ses partenaires étrangers, auxquels il vend ses vaccins existants contre la grippe ou l’hépatite.

Etre la première à offrir un vaccin contre le Covid-19 serait une revanche pour la Chine, désireuse de faire oublier que la pandémie a pris naissance chez elle.

«Nous recevons beaucoup d’appui de la part du gouvernement chinois», témoigne M. Meng. «Pas tant d’argent que ça», mais des coopérations avec des instituts publics auprès desquels Sinovac s’approvisionne en souches virales.

Outre Sinovac, Pékin a approuvé l’essai clinique de trois autres vaccins expérimentaux: l’un lancé par l’Ecole militaire des sciences médicales et le groupe de biotechnologie CanSino; l’autre par l’Institut de produits biologiques et l’Institut de virologie de Wuhan, la ville où le coronavirus a fait son apparition; et un dernier par le groupe China Biotics, qui a engagé des essais mardi auprès de 32 volontaires.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com