OTAN - Page 3

Retrait des troupes d’élite américaines d’Afrique : Rabat dans l’expectative et Paris dans l’embarras

Décidément, Emmanuel Macron entame une rentrée internationale de tous les dangers. Lui, le chef de guerre qui a fait de la lutte anti-terroriste son cheval de bataille géopolitique au Sahel et au Moyen-Orient, se retrouvera désormais seul embourbé dans les sables mouvants du désert africain. Si l’information câblée ce lundi par The New York Times venait à se confirmer, tout retrait d’Afrique des troupes d’élite américaines, notamment celles œuvrant dans la lutte anti-terroriste, constituerait un signal négatif à l’adresse de Paris et à l’ensemble des pays de la région du Sahel et d’Afrique du nord, du Sénégal jusqu’à la Libye, en passant par la Mauritanie et le Niger. Avec les prémisses d’une proche fin de guerre en Syrie et la bataille décisive en cours dans le dernier bastion de résistance de Daech à Idlib, le Sahel risque de se transformer en un nouveau terrain de jeu de l’Etat islamique.

Lire ici

Maroc et Espagne, partenaires dans la stabilité de l’ouest de la Méditerranée

/

Indubitablement, l’espace méditerranéen demeure une des zones les plus sensibles de la planète tant sur le plan géostratégique que militaire et économique. Si la Mare Nostrum est commandée par la VIe Flotte aéronavale américaine avec Naples comme PC avancé, le flanc est de cet espace est sous influence multiple : russe, israélienne, turque, égyptienne et iranienne par Hezbollah interposé. A l’opposé géographique de cette zone en ébullition où se perpétuent d’interminables conflits armés, le flanc ouest de la Méditerranée contrôlé par le Maroc sur sa rive sud et par l’Espagne au nord, connaît une certaine stabilité. Relative certes mais bien réelle. Ces deux pays, séparés par l’ultra-stratégique détroit de Gibraltar sont avant-postes de leur continent respectif : l’Afrique et l’Europe. Par cette position de choix, le Maroc n’est plus le gendarme de service du vieux continent mais son allié et partenaire stratégique ainsi que celui de l’OTAN. Et l’Espagne est bien consciente de ce statut particulier dont jouit le royaume chérifien. Raison pour laquelle toute la politique étrangère de Madrid prend pleinement en considération les attentes de son voisin méridional, et de même pour Rabat qui fait de l’Espagne une de ses priorités absolues, non seulement en termes de politique de bon voisinage, mais plus globalement dans toute la plénitude de ses relations internationales.

Lire ici

Le numéro 2 du département d’Etat américain traite à Rabat les questions de sécurité, de défense et de culture

//

Dans le cadre d’une tournée régionale, le secrétaire d’État adjoint des États-Unis était à Rabat ce vendredi où il a eu des entretiens de haut niveau avec les responsables de la diplomatie marocaine. Partenaire clé des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, selon la littérature américaine, le Maroc est un allié majeur des Etats-Unis hors Otan, et contribue à faire face aux différentes questions et problèmes auxquels est confrontée la région du Moyen-Orient et d’Afrique du nord.

Lire ici

ESL&Network : En dépit du satisfecit de Bourita, Akhannouch opte pour un deal en gré à gré avec Cambre

/

Réagissant à l’article intitulé «Aziz Akhannouch vire ESL et choisit Cambre Associates, le défenseur des pollueurs» publié dans LE1 le 25 mai 2018, le Groupe ESL&Network, par la voix de son associée senior Mme Najwa El Haité, nous a fait parvenir un droit de réponse dans le cadre d’une «démarche qui s’inscrit dans une volonté d’éclairer le lecteur avec des informations justes». On y apprend que le Groupe ESL&Network, qui a œuvré aux côtés de la Mission du Maroc auprès de l’UE et de l’OTAN pour défendre les intérêts du Royaume, et qui a été retenu suite au lancement d’une consultation où trois entreprises étaient en lice, n’avait pas pour mandat d’agir auprès de la Cour de justice de l’Union européenne lequel incombait à un cabinet d’avocats. Le ministère marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, et au bout de six mois du mandat de ESL&Network auprès de la Commission européenne et du Parlement européen, aurait été satisfait du bilan dudit cabinet et souhaitait même renouveler leur contrat. Sauf que le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, a décidé de congédier sans ménagement ESL&Network sans tenir compte de leur «bilan positif», préférant s’attacher les services, en gré à gré, sans consultation et sans appel d’offres, d’un «cabinet connu pour représenter des intérêts éloignés de la cause environnementale.» Ci-après, le texte intégral de la mise au point.

Lire ici

Macron se cherche toujours une stature internationale

///

Pour sa première visite officielle en Russie, Emmanuel Macron est arrivé jeudi après-midi à Saint-Pétersbourg en vue de participer la 22e édition annuelle du Forum économique organisé dans cette ville de l’extrême ouest du pays. Accompagné de son épouse et d’une forte délégation comprenant notamment le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et le chef de son état-major particulier, l’Amiral Bernard Rogel , Emmanuel Macron a été accueilli par le président russe. Parmi les sujets qui seront abordés, les dossiers relevant des intérêts de la France et de la Russie ainsi que les sujets clés de la politique internationale. Sur le plan bilatéral, il sera question de booster les relations économiques dont le chiffre d’affaire a augmenté de 20% l’année dernière et se poursuit en 2018. D’ailleurs, au cours de cette visite, plusieurs contrats seront signés entre les deux pays.

Lire ici

Clôture à Washington du Xème Comité consultatif de la défense Maroc-États-Unis

A la tête d’une importante délégation militaire comprenant les trois corps d’armée des FAR, le général Abdelfattah Louarak a achevé sa visite officielle à Washington D.C. où il a représenté le Maroc aux réunions du Xème Comité consultatif de la défense Maroc-États-Unis. L’inspecteur général des Forces armées royales y a rencontré les plus hauts responsables militaires des Etats-Unis.

L’objectif de ce Comité stratégique, qui s’est tenu au siège du Pentagone, à Arlington en Virginie, dans la banlieue de la capitale fédérale américaine, est de renforcer la coopération militaire entre les armées des deux pays alliés. Le Maroc est allié stratégique non-membre de l’OTAN alors que les Etats-Unis sont membres fondateurs et dirigeants de l’Alliance Atlantique Nord.

Des manœuvres militaires conjointes -African Lion 2018- entre les Forces Armées Royales et l’US Army sont prévues au mois de mai dans le sud du Maroc.

Le général Louarak conduit une délégation militaire marocaine à Washington

//

Washington abrite depuis hier, et sur trois jours, les réunions du Xème Comité consultatif de la défense Maroc-États-Unis, qui se tiennent au siège du Pentagone, à Arlington en Virginie, dans la banlieue de la capitale fédérale américaine. La délégation marocaine est conduite par le général de corps d’armée Abdelfattah Louarak, inspecteur général des Forces armées royales.

A la tête d’une importante délégation militaire comprenant les trois corps d’armée des FAR, le général Abdelfattah Louarak se trouve actuellement en visite à Washington D.C. pour y représenter le Maroc aux réunions du Xème Comité consultatif de la défense Maroc-États-Unis.

L’objectif de ce Comité stratégique est de renforcer la coopération militaire entre les armées des deux pays alliés.

Les Etats-Unis sont membres et dirigeants de l’OTAN alors que le Maroc est allié stratégique non-membre de l’Organisation transatlantique.

Des manœuvres militaires conjointes -African Lion 2018- entre les Forces Armées Royales et l’US Army sont prévues au mois de mai dans le sud du Maroc.