Khalid Safir

Khalid Safir assure la paix sociale au sein des collectivités territoriales

Le ministère de l’Intérieur et quatre des centrales syndicales les plus représentatives, CDT, UGTM, FDT et ODT, ont signé, mercredi à Rabat, un protocole d’accord à même de jeter les bases de la paix sociale au sein des collectivités territoriales.

Le protocole d’accord a été signé par le wali directeur général des collectivités locales, Khalid Safir, pour le ministère de l’Intérieur d’un côté, et MM. Mohamed El Mers, de la Confédération démocratique du travail (CDT), Moulay Abdelouahed El Alaoui, de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), Hakim El Abayed, de la Fédération démocratique du travail (FDT) et Mohamed Ennahili, de l’Organisation démocratique du travail (ODT), de l’autre.

S’exprimant lors de la cérémonie de signature, Khalid Safir s’est réjoui «des efforts inlassables fournis par tous les services de la Direction générale des collectivités locales (DGCL) et les partenaires sociaux», notant que cette rencontre est un couronnement des efforts de toutes les parties pour faire réussir cette série de sessions et de cycles de dialogue lors desquels ont été tenues plus de quinze réunions de commissions techniques du 23 janvier 2019 au 24 décembre 2019.

Ces réunions «ont connu une discussion ouverte et constructive, notamment au niveau des commissions techniques et thématiques, conduisant à l’élaboration de cet accord important qui contribuera sans aucun doute à jeter les bases de la paix sociale au sein des collectivités territoriales et à améliorer les conditions sociales de ses ressources humaines dans le cadre d’un climat social sain», a-t-il ajouté.

Il s’agit d’une «réalisation importante» qui prévoit de nombreuses procédures et mesures touchant surtout l’institutionnalisation du dialogue social, la consécration du principe de la liberté syndicale dans les collectivités territoriales, la promotion des conditions sociales des ressources humaines des collectivités territoriales et les instances y afférentes, en renforçant les services sociaux et en améliorant leur qualité.

Ces procédures visent également l’enrichissement du cadre juridique des ressources humaines des collectivités territoriales, a poursuivi Khalid Safir, faisant état de l’élaboration d’un projet de loi portant statuts des ressources humaines des collectivités territoriales et des instances y afférentes.

Qualifiant la signature de l’accord de «célébration de la fin de ce cycle du dialogue social sectoriel relatif aux fonctionnaires des collectivités territoriales», le wali a souligné que cette signature «ne signifie pas la fin de ce dialogue social, mais marque un autre nouveau départ».

«Aujourd’hui, nous avons instauré une nouvelle méthode de gestion des questions relatives aux ressources humaines des collectivités territoriales basée essentiellement sur le dialogue effectif et constructif comme moyen de négociations dans le but de réussir le développement du capital humain de nos collectivités», a souligné le responsable.

Khalid Safir a tenu à réitérer «l’engagement du ministère de l’Intérieur», à travers la DGCL, à un dialogue continu, fondé sur un partenariat adoptant les règles de la concertation «permanente pour réaliser des perspectives prometteuses et productives”.

La cérémonie de signature s’est tenue en présence notamment de représentants des associations de présidents des régions, des conseils provinciaux, des provinces et des collectivités, ainsi que des secrétaires généraux et nationaux des centrales syndicales les plus représentatives des collectivités territoriales.

Programme de privatisation : La dream Team de Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a choisi la dream team qui a va être en charge de la mise en oeuvre du programme de privatisation annoncé en 2018. Une dream team composée de femmes et d’hommes qui ont tous un point commun : la discrétion et le sérieux. S’agit-il d’un signal aux différents responsables réputés pour leur médiocrité et leur incompétence à la veille d’un séisme politique salutaire ?

Lire ici

Le digital, «arme létale» de Mohammed VI pour lutter contre la corruption et combattre l’évasion fiscale

C’est un grand signal qu’a donné le roi Mohammed VI à l’opinion publique en nommant à la tête de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption, un professionnel des systèmes d’information et de la transformation digitale, Mohamed Bachir Rachdi. Ce patron d’une société cotée en bourse, Involys, a fait ses armes dans les projets structurants dans le privé mais également au sein des ministères de l’Intérieur et des Finances. Prémonitoire, Rachdi a organisé, cette rentrée, une série de rencontres et de conférences traitant de la transformation digitale notamment dans l’administration publique. La dernière en date, qui s’est tenue à l’hôtel Tour Hassan de Rabat, sous le thème : “ Transformation Digitale et Gouvernance au cœur de la Performance des Organismes Privés et Publics “, a été marquée par un ton particulièrement critique des panélistes au sujet de la gestion des affaires publiques par l’actuel gouvernement. Parmi eux, figuraient Driss Benhima, l’ancien patron de la RAM et Zouhair Chorfi, actuel secrétaire général au ministère de l’Économie et des finances.

Lire ici