fbpx

Chuck Schumer

Donald Trump décrète l’urgence nationale sous forte contestation des démocrates

Le président américain a signé ce vendredi le décret instaurant l’urgence nationale, annonce faite dans un tweet par l’attachée de presse de la Maison Blanche, Sarah Sanders où on y lit : « Le président Donald Trump signe la déclaration d’urgence nationale pour faire face à la crise de sécurité nationale et humanitaire à la frontière sud ».

Par cette manoeuvre, Donald Trump va pouvoir débloquer l’argent nécessaire our la construction de «son» mur sur la frontière avec le Mexique. Il a en même temps promulgué la loi adoptée début de semaine par le Congrès prévoyant l’octroi d’1,4 milliard de dollars pour l’édification d’un mur long de 90 kilomètres.

Dans un point de presse justifiant sa démarche en affirmant qu’Israël a bien édifié son mur et personne ne s’en est soucié en soulignant : « Nous allons le construire ce mur. Nous voulons empêcher la drogue, les criminels et les gangs dans notre pays ».

Les démocrates ont immédiatement réagi dans un communiqué conjoint signé par la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer en condamnant la démarche de Trump qualifiant la déclaration d’illégale partant d’une crise qui n’existe pas et viole la Constitution.

C’est vraisemblablement (re)parti pour un nouveau bras de fer et pour une bataille juridique comme l’a fait miroiter hier Nancy Pelosi.

Le «Roadtrip» américain, complet et détaillé, de MBS révélé

//

Le prince héritier d’Arabie Saoudite, qui effectue actuellement une tournée de deux semaines aux États-Unis, traversera l’Amérique de bout en bout pour faire la promotion de son pays. Il y a rencontré, et continue, les personnalités les plus influentes du monde de la politique, des affaires, des hydrocarbures et du divertissement. Placé notamment sous le signe du business et des milliards de dollars, l’itinéraire complet de la visite de deux semaines aux Etats-Unis du prince héritier saoudien a fuité dans la presse israélienne.

Au début du mois d’avril, Mohammed Ben Salmane achèvera son voyage sur la côte ouest où il sera l’invité d’honneur d’un dîner de gala organisé à Los Angeles par le président de William Morris Endeavor, Ari Emanuel, une entreprise de production artistique dans laquelle l’Arabie Saoudite vient d’acquérir une participation à hauteur de 400 millions de dollars.

Mercredi, MBS l’avait consacré à rencontrer les dignitaires juifs influents de l’establishment de la capitale fédérale, parmi lesquels les dirigeants du puissant AIPAC, l’American Israel Public Committee, de la Conférence des Présidents, des Fédérations juives d’Amérique du Nord, de l’Anti-Defamation League, une organisation non gouvernementale visant à soutenir les juifs contre toute forme d’antisémitisme et de discrimination, du Comité des juifs américains, et du B’nai B’rith, organisation internationale réunissant des juifs de toutes origines.

La veille, mardi, le prince héritier Mohammed Ben Salmane s’était entretenu, à New York, avec Henry Kissinger, Bill Clinton, Hillary Clinton, le sénateur Chuck Schumer, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et l’homme d’affaires et ancien maire de New York Michael Bloomberg.

MBS a également réuni lors d’un dîner à New York, tout le gotha de la presse et des journalistes qui comptent : Rupert Murdoch, Thomas Friedman, Jeffrey Goldberg, et les board de The Atlantic, du New York Times, du Washington Post, du Wall Street Journal, du Los Angeles Times, du San Francisco Chronicle ainsi que des entrevues avec Time et Vanity Fair.

Auparavant, à Washington, MBS s’était entretenu à la Maison Blanche avec le président américain Donald Trump, avant de tenir des réunions de travail avec les hauts responsables de l’Administration américaine, à leur tête le vice-président Mike Pence, le secrétaire d’État Mike Pompeo, le directeur de la CIA, le secrétaire à la Défense, James Mattis et le conseiller-gendre du président, Jared Kushner.

Le prince héritier saoudien a rencontré aussi les patrons des grandes d’entreprise et multinationales américaines dont Bill Gates, Elon Musk, Peter Thiel, Tim Cook, ainsi que les PDG de Microsoft, Boeing, Amazon, Uber, Walt Disney et Lockheed Martin.