Benjamin Netanyahu - Page 12

Israël : les flammes gagnent les bâtiments stratégiques et l’aeroport ben gourion fermé

/
Plusieurs bâtiments à caractère stratégique et sécuritaire ont été évacués à Tel Aviv et à Al-Qods ouest pendant que les flammes continuaient à gagner les points sensibles de plusieurs villes de Palestine occupée.

C’est ainsi que des flammes sont visibles des bureaux du premier ministre israélien Benyamin Netanyahu dont les fonctionnaires suffoquent sous l’effet des denses fumées emportées par le vent fort qui ne facilite pas la tâche des pompiers. Tous ont été évacués. De la même manière, le bâtiment avoisinant qui abrite les services du renseignement stratégique et de la planification est en état d’alerte maximum et est prêt à être vidé rapidement si les flammes ne sont pas maîtrisées dans l’heure, car la rapidité avec laquelle fonce le feu laisse planer un risque de large embrasement du quartier administratif et diplomatique.

Sur l’aile est, le siège du Conseil de la sécurité nationale est entouré par les flammes ce qui a fait dire au ministre Israélien de l’enseignement que le pays était la cible d’une vaste attaque terroriste.

De son côté, Benyamin Netanyahu a appelé à une réunion d’urgence du conseil des ministres pour tenter de trouver des solutions rapides à cette grave catastrophe, unique dans les annales de Palestine occupée. Et comme un malheur ne vient jamais seul, Israël est aujourd’hui partiellement isolée du monde extérieur car son principal aéroport civil, Ben Gourion, a été fermé à la navigation aérienne jusqu’à nouvel ordre.

Abdellah EL HATTACH

Israël s’embrase !

En Israël, au cours des dernières 36 heures, les équipes de lutte contre les incendies sont engagées dans un combat acharné contre les feux qui ont été largement alimentés par le temps sec et les vents violents, malgré les avions bombardiers d’eau supplémentaires qui doivent venir de Grèce, de Croatie, de Russie ou encore d’Italie.

De son côté, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, qui dirige en personne le PC opérationnel érigé spécialement pour la lutte contre les multiples foyers d’incendie, a déclaré que des éléments laissent penser que les incendies qui ravagent le pays depuis deux jours sont d’origine criminelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les informations en provenance de l’Etat hébreux sont distillées au compte-gouttes, les autorités israéliennes ne désirant pas trop communiquer sur cette catastrophe qui secoue le pays. Seuls quelques journalistes israéliens postent quelques informations sur Twitter après l’ébruitement de la demande d’aide internationale, confirmant ainsi le black-out imposé par le gouvernement israélien.



Les 220 départs de feu s’étalent sur toute la superficie d’Israël

Les quelques rares informations postées sur les réseaux sociaux, montrent que les départs de feu de ce grave incendie qui embrase Israël s’étalent sur tout le territoire israélien et principalement prés des colonies. Le feu aurait ravagé une tour de contrôle militaire et s’approcherait dangereusement d’autres installation miliaires et stratégiques c’est qui aurait poussé Netanyahu à faire appel à l’aide internationale.

 

 (Israël brûle), un hashtag qui “enflamme” Twitter et Facebook

Plusieurs comptes Twitter et Facebook d’utilisateurs arabes se sont enflammés cette nuit, considérant cet incendie comme un châtiment divin contre l’interdiction de l’appel à la prière.

En effet aujourd’hui a été verbalisé à Jérusalem la première mosquée n’ayant pas respecté la nouvelle loi sur l’appel à la prière entrée en vigueur cette semaine.




Netanyahu annonce la première visite d’un Premier ministre israélien aux îles Fidji

/

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a annoncé aujourd’hui qu’il effectuera incessamment une visite officielle dans les Îles Fidji, au début d’une tournée qui le conduira également au Kazakhstan, en Azerbaijan, à Singapore, en Australie et en Afrique de l’Ouest.

Durant ce périple, Netanyahu tentera de casser le bloc (largement majoritaire) anti-israélien qui se constitue systématiquement à chaque vote de l’Assemblée générale des Nations unies et qui implique l’Etat hébreux.

Aucun premier ministre israélien assis n’a jamais visité aucun de ces pays.

S’adressant par vidéoconférence aux dirigeants juifs américains , Netanyahou a indiqué que son voyage à la petite nation insulaire – qui compte quelque 910 000 habitants, légèrement plus que Jérusalem – aura lieu dans le cadre de sa visite prévue à Singapour et en Australie en février, puis il conclut:

“Je peux vous assurer que dans moins d’une décennie, et peut-être beaucoup plus tôt, que la majorité systématique contre Israël à l’ONU s’effondrera, et Israël y trouvera un auditoire équitable. Ça arrivera, et tôt ou tard.”

Israël ouvre son bureau au siège de l’OTAN après la levée du Veto turc

/

Après plusieurs années de blocage, la Turquie a levé son opposition pour qu’Israël puisse ouvrir un bureau de représentation au sein du quartier général de l’OTAN à Bruxelles

Le gouvernement israélien a été notifié hier mardi (03.05.2016) par l’OTAN de son accord pour qu’Israël, Etat non-membre, puisse mettre en place une représentation à son siège de Bruxelles, un signe provisoire de rapprochement entre l’Etat juif et membre de l’OTAN en Turquie.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a confirmé, au cours d’une réunion des ministres appartenant à son parti, le Likoud, que la Turquie a levé son opposition, qui bloquait la décision depuis plusieurs années.

L’OTAN a déclaré par ailleurs, dans un communiqué, que l’ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne, David Walzer, pouvait désormais diriger sa mission du siège de l’alliance.

Nous avons dit que nous pouvons l’accueillir si tous les pays sont traités de la même manière

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a déclaré de son côté, qu’Ankara avait discuté de l’ouverture de la mission israélienne à l’OTAN avec le secrétaire général Jens Stoltenberg. “Nous avons dit que nous pouvons l’accueillir si tous les pays sont traités de la même manière”, a précisé Cavusoglu. «Il est important que non seulement Israël, mais d’autres partenaires du Sud se voient accorder le même droit.”

L’agression israéliene contre “flottille de la paix ” pour Gaza

A la suite de l’agression de la marine israélienne contre la “flottille de la paix » pour Gaza, en mai 2010, au cours de laquelle neuf citoyens turcs avaient été tués par les commandos israéliens, les relations entre la Turquie et Israël étaient très tendues, et Ankara s’opposait à toute activité militaire conjointe entre l’OTAN et Israël.

Comme le note Haaretz, les liens entre l’OTAN et Israël (qui n’en est pas membre) sont pourtant étroits, mais les règles internes de l’OTAN exigent l’accord unanime de tous les pays membres pour la coopération militaire avec les pays non-membres.

Pendant que le mouvement de défense des droits des Palestiniens se consacre à la énième campagne censée « stopper Israël », celui-ci a poursuivi son annexion de la Palestine tout en consolidant sa pénétration de toutes les instances stratégiques de pouvoir. Silvia Cattori.

Depuis 2010, la participation de l’armée israélienne aux exercices militaires conjoints donc avait été “gelée”, en dépit des fortes pressions exercées sur la Turquie par les États-Unis et d’autres pays de l’OTAN.

Le gouvernement israélien interprète par conséquent la levée de l’opposition d’Ankara à l’ouverture de sa représentation au quartier-général bruxellois de l’OTAN comme un signe supplémentaire du désir de la Turquie de normaliser ses relations avec Israël. Il y a quelques jours, cependant, le Premier Ministre turc, Ahmet Davutoglu a posé comme condition à la signature d’un accord de réconciliation qu’une solution intervienne au problème de l’approvisionnement en eau et en électricité dans la Bande de Gaza. Les deux problèmes sont liés, puisque l’énergie électrique manque pour faire fonctionner une usine d’épuration d’eau. La Turquie a proposé depuis des années d’envoyer un navire-centrale électrique à Gaza, mais Israël s’y est jusqu’ici toujours opposé.

Des pourparlers devraient reprendre dans une quinzaine de jours entre Israël et la Turquie, et il semble que les précédentes rencontres ont déjà permis de progresser, notamment à propos de la construction d’une centrale électrique à Gaza (au financement de laquelle l’Allemagne participerait) ainsi que d’une usine de désalinisation de l’eau de mer (on peut évidemment se demander combien de temps après leur inauguration ces installations vitales seraient bombardées par l’aviation israélienne).

Un point de crispation demeure, selon Haaretz : la Turquie refuse d’ordonner la fermeture du bureau de représentation du Hamas dans sa capitale, alors qu’Israël affirme que ce bureau sert à planifier et à financer “des activités terroristes” en Cisjordanie occupée.

Avec ReutersHaaretzPourlapalestine.be

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com