fbpx

Abdelouafi Laftit - Page 4

Le ministère de l’intérieur dément les rumeurs de fermetures des commerces ce week-end

Fortement mobilisé depuis l’éclatement de la crise sanitaire, le Ministère de l’Intérieur marocain mène un combat quotidien contre les fakes-news. Une «infodémie» aussi galopante et dangereuse que le virus lui-même. Aujourd’hui, les services de Abdelouafi Laftit réagissent aux messages qui circulent sur les Whatsapp prétendant la fermeture des commerces ce week-end. Une fausse nouvelle démentie par le ministère.

Dans une mise au point, le ministère relève que des posts, messages et séquences vidéo ont été publiés sur les applications de messagerie instantanée et les réseaux sociaux selon lesquels il sera procédé à la fermeture de tous les espaces commerciaux et de vente de denrées alimentaires à partir de vendredi à 12H jusqu’à lundi.

Pour éclairer l’opinion publique nationale, le ministère de l’Intérieur souligne qu’aucune décision de ce genre n’a été prise, ajoutant qu’il n’y a aucun changement dans les horaires de travail de l’ensemble des activités commerciales qui continueront à offrir leurs services et produits aux citoyens durant la période de l’état d’urgence sanitaire.

Coronavirus: L’armée et l’Intérieur lancent conjointement une nouvelle plateforme téléphonique «Allô 300»

En vue de renforcer les mécanismes et canaux de communication directe et d’élever le niveau de vigilance des citoyens pour garantir leur sécurité sanitaire, une nouvelle plateforme téléphonique «Allô 300» a été lancée en coordination entre le ministère de l’Intérieur et les Forces armées royales (FAR).

Un communiqué conjoint indique qu’à travers cette plateforme qui fonctionne 24h/24 et 7j/7, une équipe spécialisée veillera à donner des conseils et des réponses à toutes les questions des citoyens, de recevoir leurs réclamations concernant le volet sanitaire lié au covid-19 et de les orienter vers les services compétents selon les cas

Cette nouvelle plateforme s’ajoute aux deux lignes téléphoniques du ministère de la santé «Allô Yakada» (0801004747) et (Allô SAMU 141) dédiées aux informations et conseils relatifs à l’aspect sanitaire, ajoute la même source.

Coronavirus : Le Maroc accélère les mesures de confinement. Les forces de l’ordre contrôleront désormais le respect des consignes des autorités publiques

Le gouvernement marocain a officiellement appelé les marocains à limiter leurs déplacements et à se conformer à «l’isolement sanitaire» dans leurs domiciles. Ainsi les déplacements dans les lieux et places publics seront conditionnés par la nécessité absolue d’aller faire des courses ou de se soigner ou de rejoindre le travail. Des consignes qui seront désormais contrôlées par les forces publiques.

Le Maroc fait face à l’épidémie de coronavirus depuis le 2 mars 2020, date à laquelle a été détecté le premier cas de contamination d’un ressortissant marocain ayant séjourné en Italie qui a d’ailleurs été déclaré guéri le 13 mars dernier. En seize jours, le nombre de cas a sensiblement augmentés : plus de 49 malades sont recensés dans le pays et 2 morts sont déplorés.

Pour faire face à cette crise sanitaire inédite, et sous les hautes instructions du Roi Mohammed VI, le gouvernement a mis en place des mesures progressives en fonction de l’évolution de la pandémie au niveau national et international.

Plusieurs chantiers ont été lancés durant ses dernières semaines. Il fallait instaurer une veille sanitaire, coordonner les décisions avec les pays partenaires, assurer la continuité des services vitaux du Royaume et mettre en place un montage financier pour faire face aux impacts économiques et sociaux de la pandémie. Tout cela en veillant à rassurer et orienter l’opinion publique.


Lire aussi : Le Roi Mohammed VI au front pour endiguer la propagation du Coronavirus

La cabinet royal a rendu public la tenue d’une séance de travail à Casablanca sous la présidence du Roi Mohammed VI, dont l’objet a été le suivi des mesures entreprises depuis l’éclatement de l’épidémie. A l’issue de cette réunion, le souverain a donné ses instructions au Chef du Gouvernement et à tous les départements concernés de prendre toutes les mesures nécessaires, et de se préparer à une nouvelle étape en cas de nécessité.

Objectif : Confiner le virus et arrêter la circulation du virus sur tout le territoire

En 2011, et suite de la pandémie de la grippe aviaire (H1N1) de 2009, la France a instaurer un référentiel sanitaire dans lequel 4 stades ont été fixés pour faire face à une épidémie grippale étendue à tout un territoire :

Stade 1 : Freiner l’introduction du virus dans le territoire nationale avec la mise en place une détection précoce des premiers cas arrivant sur le territoire.

Stade 2 : Ralentir la propagation du virus sur le territoire avec la mise en œuvre des mesures-barrières comme l’annulation des grands rassemblements et la fermeture des écoles.

Stade 3 : Atténuer les effets de la vague épidémique. Une phase durant laquelle il est constaté l’augmentation rapide du nombre et qui marque l’arrêt de la surveillance individuelle des cas. Il s’agit alors de limiter la contagion par des mesures barrières, de réduire la charge sur le système de santé, de limiter l’absentéisme au travail, de renforcer la capacité de réponse sanitaire.

Stade 4 : Évaluer des conséquences de la vague pandémique et se préparer pour une éventuelle nouvelle vague épidémique.


Lire aussi : Sur instructions du Roi Mohammed VI : Al Mada accorde un don de 2 MMDH au Fonds spécial Covid-19

Les décisions annoncées par le dernier communiqué du gouvernement marocain vont dans le sens de confiner le virus pour éviter sa propagation dans dans le territoire national.

Ce que nous demandent les autorités marocaines dans cette étape délicate

  1. Restreindre et à limiter nos déplacements et nous conformer à «l’isolement sanitaire» dans nos domiciles respectifs,
  2. Seuls les déplacements dans les lieux et places publics de nécessité absolue sont désormais permis : aller faire des courses, se soigner, ou rejoindre son travail,
  3. Les autorités locales et les forces publiques, Sûreté Nationale et Gendarmerie Royale, vont veiller à ce que les marocains respectent les consignes de déplacement,
  4. Ne pas craindre une pénurie des denrées alimentaires où de produits et services de première nécessité,
  5. Respecter les règles d’hygiène et de sécurité physique annoncées par les autorités sanitaires,
  6. Se diriger exclusivement aux centres sanitaires habilités si on présente des symptômes liés au virus.

Coronavirus ferme mosquées, cafés, restaurants, salles de cinéma et de théâtre, salles de fêtes, clubs et salles de sport, hammams, salles de jeux et terrains de proximité

Dans le cadre des mesures et dispositions préventives prises pour faire face au danger de propagation du nouveau Coronavirus dans le pays et en partant de la responsabilité et du souci de garantir la sécurité sanitaire des citoyens et en réponse à la demande de fatwa adressée par le roi Mohammed VI au Conseil supérieur des Oulémas il a été décidé la fermeture temporaire des mosquées pour les cinq prières et celle du vendredi à partir de ce lundi 16 mars. Plus tôt dans la matinée, le ministère de l’Intérieur a annoncé pour sa part la fermeture au public jusqu’à nouvel ordre à partir de ce lundi à 18H00, les cafés, restaurants, salles de cinéma et de théâtre, salles de fêtes, clubs et salles de sport, hammams, salles de jeux et terrains de proximité.

Le ministère de l’Intérieur annonce qu’il a été décidé de fermer, au public jusqu’à nouvel ordre à partir de ce lundi à 18H00, les cafés, restaurants, salles de cinéma et de théâtre, salles de fêtes, clubs et salles de sport, hammams, salles de jeux et terrains de proximité et ce, dans le cadre des mesures et dispositions préventives prises pour faire face au danger de propagation du nouveau Coronavirus dans le pays et en partant de la responsabilité et du souci de garantir la sécurité sanitaire des citoyens.

Dans un communiqué, le ministère précise que cette décision ne concerne pas les souks, les commerces et les locaux de vente de produits et matières de première nécessité ainsi que les restaurants qui livrent à domicile, tout en soulignant la nécessité de garantir l’approvisionnement continu et régulier des marchés nationaux en produits de base et de ne pas affecter les circuits de distribution et garantir une offre suffisante de ces produits dans les différents points de vente et l’ensemble des marchés du Royaume.

Le ministère de l’Intérieur invite l’ensemble des citoyens à adhérer et à contribuer fortement avec un sens de responsabilité et de patriotisme et à interagir positivement avec l’ensemble des orientations et mesures prises pour gérer cette situation exceptionnelle, et à éviter de se rendre sur les lieux de grands rassemblements et respecter les normes générales de prévention et de sécurité sanitaire préconisées par les autorités compétentes, conclut le communiqué.

Pour toutes les considérations préventives de la charia et de la raison, l’instance scientifique chargée des fatwas au Conseil supérieur des oulémas recommande la fermeture des mosquées

En réponse à la demande de Fatwa, adressée au Conseil supérieur des oulémas par le Roi Mohammed VI, commandeur des croyants, eu égard au graves dommages causées par l’épidémie qui sévit dans le monde et compte tenu des orientations émises par les parties compétentes, dont le ministère de la Santé en vue de veiller à la prévention contre le virus par la fermeture des lieux publics et privés, l’instance scientifique chargée des fatwas au Conseil supérieur des oulémas recommande :

  • De fermer les mosquées pour les cinq prières ou la prière du vendredi et ce à partir du lundi 16 mars 2020 correspondant au 21 Rajab 1441.
  • De rassurer les citoyens et citoyennes que cette mesure est temporaire et que les prières reprendront dans les mosquées dès que les autorités compétentes auront décidé que la situation sanitaire est normalisée.
  • De continuer à appeler à la prière (al adhan) dans toutes les mosquées.

Un nouveau souffle pour les instances représentatives des communautés juives du Maroc

Le roi Mohammed VI, commandeur des croyants, vient d’insuffler une nouvelle dynamique qui devrait donner un nouveau souffle aux instances représentatives des communautés israélites au Maroc. Après la nomination, le 13 avril dernier, de Yoshiyahu Pinto en tant que chef du Tribunal religieux, le souverain a ordonné l’organisation des élections des Instances représentatives des communautés juives, non-tenues depuis 1969, ainsi que le respect de la périodicité du renouvellement de ces instances.

Contrairement à ce qu’ont rapporté certains médias, Yoshiyahu Pinto a été nommé le 13 avril dernier, non pas Grand rabbin du Maroc, mais Av Beth Din, c’est-à-dire dirigeant du Tribunal religieux. Le Conseil des Communautés Israélites du Maroc (CCIM) a indiqué le 17 avril dernier que «Yoshiyahu Pinto ne sera pas grand rabbin, mais Av Beth Din, c’est-à-dire dirigeant du Tribunal religieux». Le Grand rabbin devrait être désigné prochainement a indiqué le CCIM. Le dernier Grand rabbin du Maroc, Aharon Monsonégo s’est éteint en août 2018 à l’âge de 90 ans. Ce dernier a motivé la création d’un Beth-Din maroc par la volonté de « différencier les responsabilités des chambres rabbiniques des tribunaux marocains, avec les autres tâches du rabbinat dont la cacherout (NDLR : alimentation prescrite pour les enfants juives selon la Bible hébraïque).

La nomination de Yoshiyahu Pinto a suscité plusieurs remarques en raison des controverses le concernant. En 2017, le nouveau Av Beth Din a purgé une peine de 1O mois dans les prisons israéliennes pour avoir offert un pot-de-vin de 200 000 dollars à un haut sécuritaire afin d’obtenir des informations sur une enquête le concernant, rapporte le site Yeshiva World. A la tête de plusieurs organisations caritatives et religieuses en Israël, il a également suscité l’intérêt du FBI américain qui a enquête sur lui en 2011.

Lancement du musée de la culture juive à Fès

Quelques jours après cette nomination, le Souverain, a donné Hautes instructions à Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur pour organiser les élections des Instances représentatives des communautés israélites marocaines, non-tenues depuis 1969, rapporte un communiqué du ministère de l’Intérieur. Le Souverain a également demandé au ministre de respecter dorénavant la « périodicité du renouvellement de ces instances conformément aux dispositions du Dahir du 7 mai 1945 relatif à la réorganisation des comités de communautés israélites ».

Le Roi Mohammed VI a lancé, lundi 15 avril 2019, les travaux de construction d’un musée de la culture juive.

Un cas d’école de la coexistence et de la tolérance

Cette initiative intervient peu de temps après le lancement par le Roi, le 15 avril dernier, du chantier de construction d’un musée de la culture juive au Maroc. Selon Serge Berdugo, Secrétaire général du Conseil des Communautés Israélites du Maroc (CCIM), cette initiative est d’une portée symbolique « absolument extraordinaire ». Et d’ajouter que la création de « ce lieu de mémoire, dans une ville berceau de la civilisation marocaine, où l’empreinte du judaïsme marocain a été des plus marquantes, montre le dessein du Souverain de voir que tous les courants qui ont irrigué la civilisation marocaine soient présents ». A travers ce musée, le Maroc montrera la coexistence pacifique entre juifs et musulmans, la vie de la communauté israélite durant des siècles et montrera la voie pour une « véritable tolérance sans aucune ambiguïté », comme l’a souligné le Souverain, pour les générations futures.

Pour les USA, le Maroc est un partenaire très compétent dans la lutte contre le terrorisme

/

Réagissant à l’annonce faite par le ministère de l’intérieur marocain, relative au rapatriement le dimanche 10 mars de huit marocains se trouvant dans des zones de conflit en Syrie et qui feront l’objet de poursuites judiciaires pour leur implication présumée dans des faits de terrorisme, les Etats-Unis ont réagi, le jour même, par un communiqué du porte-parole adjoint du Département d’Etat, Robert Palladino, en affirmant que les États-Unis félicitent le Maroc pour le rapatriement de huit combattants terroristes marocains de Syrie, soulignant que le royaume est un partenaire très compétent de la Coalition mondiale pour vaincre l’organisation terroriste de Daech.

 

Alors que le territoire occupé par Daech en Irak et en Syrie se rétrécit chaque jour, le retour des recrues étrangères qui avaient rejoint ses rangs dans constitue un véritable casse-tête aussi bien pour leurs pays d’origine qu’à la communauté internationale. Il n’y a qu’à suivre les débats publics quotidiens au sein des pays européens aux sujet du probable retour de leurs ressortissants. Des débats qui font chavirer les gouvernements en place, en raison de l’absence de mécanismes juridiques et sociaux d’accueil et de déradicalisation.

L’annonce du Maroc faite dimanche par le ministère de l’intérieur, du rapatriement de huit ressortissants marocains qui se trouvaient dans des zones de conflits en Syrie, relève de l’exploit sécuritaire et de l’engagement humanitaire.

« Dans le cadre de leurs contributions aux efforts internationaux de lutte contre le terrorisme, et en s’acquittant de la responsabilité de protection des nationaux, les autorités marocaines compétentes ont procédé, dimanche, au rapatriement d’un groupe de 8 ressortissants marocains qui se trouvaient dans des zones de conflits en Syrie » , a indiqué le ministère de l’Intérieur.

Les services de Abdelouafi Laftit ont assuré que cette opération de rapatriement, revêt un caractère humanitaire et que les ressortissants marocains qui ont pu retourner dans leur pays d’origine en toute sécurité, feront l’objet d’enquêtes judiciaires pour leur implication présumée dans des faits liés au terrorisme, sous la supervision du Parquet compétent.

L’annonce a été immédiatement suivi par un communiqué du porte-parole adjoint du Département d’Etat américain, Robert Palladino, qui se félicite de l’engagement du royaume en faveur de la lutte contre le terrorisme.

Le responsable américain a précisé que les actions du Maroc devraient encourager d’autres nations à rapatrier et à poursuivre en justice leurs citoyens partis se battre dans les rangs de Daech. Rapatrier les combattants terroristes étrangers dans leur pays d’origine est la meilleure solution pour les empêcher de retourner sur le champ de bataille, conclut le communiqué.

Le « contingent » de Daech est estimé à plusieurs centaines éparpillées entre l’Irak et la Syrie et plus de cents veuves avec leurs enfants. Des dizaines ont trouvé la mort, d’autres sont emprisonnés par les forces en présence sur le terrain dont notamment les kurdes.

Le Maroc est outillé pour gérer ce retour.

Cette reconnaissance américaine fait s’ajouter à d’autres formulées par plusieurs pays pour la précieuse aide et coopération du Maroc dans son implacable lutte contre le terrorisme dans les quatre coins de la planète.