fbpx

Royaume-Uni : Le parti conservateur au pouvoir enregistre la pire performance électorale de ses 190 ans d’histoire

Partager

Le Parti travailliste britannique a remporté une victoire écrasante aux élections, les électeurs semblant vouloir accorder à son leader, Keir Starmer, l’une des plus grandes majorités parlementaires de l’histoire britannique et placer un gouvernement de centre-gauche à Downing Street pour la première fois en 14 ans, après l’exploit de Tony Blair.

L’élection de jeudi a marqué un énorme changement dans le paysage politique britannique et une lourde réprobation du Parti conservateur de Rishi Sunak, qui a été au pouvoir pendant une décennie tumultueuse de politique britannique, incluant le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, des luttes politiques internes et des scandales ayant vu quatre premiers ministres en cinq ans, la pandémie, la guerre en Ukraine et une crise du coût de la vie.

Sunak, le premier leader non blanc de la Grande-Bretagne, est devenu Premier ministre il y a 20 mois après que son prédécesseur, Liz Truss, a mis en place d’énormes réductions d’impôts qui ont effrayé les marchés financiers et provoqué une dévaluation de la livre, la forçant à démissionner quelques semaines seulement après le début de son mandat.

Le Premier ministre Rishi Sunak a concédé l’élection tôt vendredi et a présenté ses excuses à son parti pour l’ampleur de la défaite. « Les Britanniques ont rendu un verdict sévère ce soir… et j’assume la responsabilité de cette défaite », a-t-il déclaré.

Keir Starmer, ancien procureur public et grand gagnant des élections, s’est engagé à apporter une période de calme pragmatique à la politique britannique et à « stopper le chaos » des conservateurs.

« Le changement commence ici », a déclaré Starmer, après avoir conservé son siège.

La pire performance électorale de ses 190 ans d’histoire du parti conservateur

Le vote de jeudi est probablement le dernier exemple en date de la frustration croissante des électeurs envers les partis politiques au pouvoir dans de nombreuses démocraties, alors que les retombées économiques de la pandémie et de la guerre en Ukraine ont provoqué une forte inflation et endommagé les revenus. De l’Afrique du Sud à l’Inde en passant par la France, de nombreux électeurs punissent les politiciens au pouvoir.

L’ampleur de la victoire travailliste signifie que des régions de la Grande-Bretagne qui ont voté conservateur depuis des générations passeront probablement aux travaillistes, leur offrant un énorme mandat pour commencer à réparer une nation dont l’économie est stagnante et dont les services publics, tels que les hôpitaux et les chemins de fer, se dégradent.

Le parti de Keir Starmer (Travailliste) a renversé plus de 200 sièges tout en n’en perdant que sept, assurant une majorité de 172 sièges, la plus importante depuis la victoire de Tony Blair en 1997.

Juste cinq ans après que les conservateurs aient balayé le Labour dans ses bastions traditionnels avec un mandat pour “réaliser le Brexit”, le parti a subi une défaite catastrophique, perdant d’énormes pans d’électeurs au profit de Reform UK ainsi que du Labour et des libéraux-démocrates.

Le soutien aux conservateurs s’est effondré à 120 sièges – le pire résultat depuis la création du parti en 1834. Des circonscriptions fidèles aux conservateurs depuis des décennies sont tombées, donnant au Labour sa deuxième plus grande majorité de l’ère post-guerre. (Source : CNN)

Comment le Labour a gagné

Contrairement à certaines élections précédentes, le vote du Labour a été réparti efficacement à travers le pays. Au lieu d’empiler les votes dans leurs sièges sûrs, ils ont obtenu le soutien dans des circonscriptions clés aux dépens à la fois des conservateurs et du Parti national écossais.

Le Labour a repris des dizaines de sièges aux conservateurs dans le soi-disant mur rouge, s’étendant dans le nord de l’Angleterre et les Midlands.

Le détaille des chiffres montre également que le résultat traduit davantage un rejet massif et viscéral des Tories ( Conservateurs) qu’un véritable engouement pour les travaillistes.

En effet, la part du vote national du Labour n’a augmenté que légèrement pour atteindre 33,8 %, soit 1,7 point de plus que lors des dernières élections, mais 6,2 points en dessous de la performance du parti en 2017, dirigé par Jeremy Corbyn.

La débâcle des conservateurs trouve également sa source dans la défection de nombreux de leurs électeurs au profit du Reform Party (extrême droite). De plus, il a profité de la chute du Parti national écossais, le SNP en Écosse, fragilisé par les scandales et l’usure du pouvoir.

LIRE AUSSI  Qui est Masoud Pezeshkian, le nouveau président Iranien dit «réformateur»

Aussi, la colère suscitée par la réponse du Labour à la guerre à Gaza a également réduit le soutien au parti dans un certain nombre de circonscriptions avec de grandes populations musulmanes.

Quatre sièges ont été perdus au profit d’indépendants à Blackburn, Leicester South, Dewsbury & Batley et Birmingham Perry Barr, les électeurs accusant le Labour de retarder les demandes de cessez-le-feu et de ne pas prendre une position suffisamment forte en faveur des Palestiniens. Wes Streeting, le secrétaire d’État à la santé de l’ombre, a échappé de justesse à un défi similaire.

Avec seulement 34 % des voix, le Labour remporte 65 % des sièges ! L’écart entre le nombre de voix obtenues et la représentation parlementaire est sans précédent. Ce phénomène est permis par le système majoritaire à un tour, qui engendre une telle distorsion et masque l’émergence d’un multipartisme.

Comment les conservateurs ont perdu

Les conservateurs ont vu leur part des voix presque réduite de moitié, à 23,7 %, contre 43,6 % lors de la dernière élection.

Beaucoup des électeurs plus âgés et favorables au Brexit qui ont propulsé Boris Johnson à la victoire en 2019 ont changé d’allégeance pour le parti Reform de Nigel Farage, qui a grimpé à environ 14 % du vote national.

Farage a été élu au parlement pour la première fois à Clacton, une circonscription ayant l’une des populations les plus âgées et les plus favorables au Brexit du pays, alors que la part des voix conservatrices y a diminué de 72 % à 28 %.

Son parti, Reform a terminé deuxième dans 98 autres sièges, dont 89 remportés par le Labour et 10 par les conservateurs.

Farage a déclaré qu’il utiliserait son siège au Parlement pour tenter d’attirer des législateurs partageant les mêmes idées de ce qui reste du Parti conservateur et former un nouveau bloc de vote de droite.

« Croyez-moi, mes amis, ce n’est que le premier pas de quelque chose qui va vous étonner tous », a déclaré Farage dans son discours de victoire alors qu’il était élu au Parlement à sa huitième tentative.

L’effondrement des conservateurs a également profité aux libéraux-démocrates, qui ont remporté 71 sièges, leur meilleur résultat depuis 1923.

Les conséquences pour les conservateurs

Pour les conservateurs, largement considérés comme le parti politique le plus réussi au monde au cours des 150 dernières années en termes d’années au pouvoir, une perte de cette ampleur représente un énorme retournement de situation. Il y a tout juste cinq ans, ils avaient remporté une majorité de 80 sièges en promettant de réaliser le Brexit. La question du Brexit a permis aux conservateurs de bâtir une nouvelle coalition s’étendant des régions industrielles postindustrielles se sentant laissées pour compte par la mondialisation aux partisans traditionnels de la classe moyenne aspirante du parti.

Mais cette coalition s’est affaiblie au fil des années. Certains électeurs de la classe ouvrière qui ont soutenu les conservateurs en 2019 se tournent à nouveau vers les travaillistes, tandis que d’autres sont allés vers Reform. Les bastions considérés comme conservateurs passent aux travaillistes. Sunak, le député d’une circonscription du Yorkshire, lutte même pour conserver son propre siège.

La désaffection générale signifie qu’une poignée de petits partis sont en passe de bien performer en siphonnant des votes de protestation. Les libéraux-démocrates, dont le leader Ed Davey a fait les gros titres en se filmant lors de sa campagne réalisant des cascades publicitaires telles que le saut à l’élastique et les chutes dans les rivières, pourraient enregistrer l’une de leurs meilleures performances, avec 61 sièges prévus par la BBC.

Reform a également bien réussi avec un message visant à réduire l’immigration. Les conservateurs ont longtemps promis de réduire l’immigration, et certains Britanniques qui ont soutenu le Brexit l’ont fait dans l’espoir que cela réduirait le nombre de travailleurs entrant en provenance d’Europe de l’Est. Mais au lieu de cela, l’immigration a atteint des niveaux records pour pallier les pénuries de main-d’œuvre, avec des migrants légaux en provenance d’Afrique et d’Inde remplaçant largement l’immigration en provenance d’Europe de l’Est. Cela a laissé de nombreux partisans du Brexit se sentant désillusionnés.

Les défis pour le nouveau locataire de 10 Downing Street

Un grand défi pour Keir Starmer et les travaillistes est qu’ils n’auront pas beaucoup d’argent à dépenser pour améliorer les services publics tels que le système de santé et un réseau ferroviaire vieillissant. La dernière fois que les travaillistes ont remporté une grande victoire, c’était en 1997, lorsque Tony Blair a mis fin à 18 ans de règne conservateur dans une vague d’enthousiasme. Mais l’économie britannique croissait beaucoup plus rapidement à la fin des années 1990 et au début des années 2000, et l’augmentation des recettes fiscales a permis à Blair d’augmenter les dépenses dans tous les domaines, de l’éducation à la santé.

Cette fois-ci, il y a peu de marge de manœuvre. Pour protéger l’économie de la pandémie et de la guerre, la charge fiscale du gouvernement britannique en pourcentage de l’économie est à son plus haut niveau depuis la Seconde Guerre mondiale, et la dette publique a grimpé à 90% de la production économique annuelle. Une économie à croissance lente, quant à elle, ne génère pas de recettes fiscales supplémentaires.

Keir Starmer, essayant de se débarrasser de l’image des travaillistes comme un parti qui taxe et dépense trop, n’a proposé que des augmentations d’impôts ciblées pour réparer les services publics de la nation et s’est engagé à maintenir la dette publique sous contrôle. Lui et la probable nouvelle chef du Trésor, Rachel Reeves, prévoient de réduire la bureaucratie pour construire plus de logements ; de réduire l’immigration ; de créer un fonds pour accélérer le développement des infrastructures d’énergie verte ; et de faciliter l’accès aux rendez-vous dans le système de santé.

Ils ont également dû revoir leurs plans à la baisse. Les travaillistes ont abandonné leur idée plus ambitieuse d’emprunter 28 milliards de livres, soit l’équivalent de 35,4 milliards de dollars, pour financer un équivalent britannique de l’Inflation Reduction Act américain l’été dernier, alors que les coûts d’emprunt du gouvernement restaient élevés.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -