Liban: les banques retiennent les salaires des fonctionnaires

Le ministre des Finances démissionnaire a accusé mardi les banques du Liban de «bloquer» les salaires des fonctionnaires du pays, au bord de la faillite économique et agité depuis des semaines par un mouvement de contestation sans précédent.

«Ce qu’il se passe dans certaines banques libanaises est inacceptable», a affirmé Ali Hassan Khalil sur les réseaux sociaux.

«Ils bloquent les salaires des employés (de l’Etat) qui sont versés par le ministère des Finances chaque mois», a-t-il ajouté.

Depuis des mois, le Liban est en proie à l’une de ses pires crises socio-économiques depuis la fin de la guerre civile (1975-1990).

Si le dollar est couramment utilisé au quotidien, une pénurie a poussé les banques à imposer des restrictions de plus en plus sévères depuis plusieurs mois sur l’obtention du billet vert et la situation s’est aggravée avec la contestation.

Les banques ont également commencé à imposer des restrictions sur la livre libanaise, indexée sur le dollar depuis 1997 mais qui a connu une dévaluation de 30% sur le marché noir par rapport à la monnaie américaine depuis septembre.

Ces mesures ont provoqué la colère parmi la population, beaucoup accusant les banques de voler leurs économies.

Mardi, l’ancien ministre des Finances a affirmé que c’était «le droit sacré» des fonctionnaires d’être payés dans les temps.

LIRE AUSSI  Le Roi adresse un message de condoléance à la famille de Fadel Sekkat

«Il n’est pas permis de violer ce droit», a-t-il ajouté, promettant des mesures légales à venir.

Dans les banques de Tripoli, la grande ville du nord, des tensions ont éclaté mardi alors que des clients tentaient de retirer leurs salaires, constate l’AFP.

Une rixe est survenue dans une banque près du principal lieu de manifestations de Tripoli, après que la banque a refusé de délivrer des dollars à un client, selon ce correspondant.

Depuis le 17 octobre, le Liban est en proie à une contestation sans précédent contre l’ensemble de la classe politique, jugée corrompue et incompétente.

Le mouvement a poussé l’ancien Premier ministre Saad Hariri et son gouvernement à la démission le 29 octobre.

La Banque mondiale prévoit une récession au Liban en 2019 (au minimum -0,2%) et de nombreuses entreprises ont fait faillite ou ont dû réduire les salaires voire licencier certains employés.

La dette publique culmine à plus de 87 milliards de dollars, soit 150% du PIB et les craintes d’un défaut de paiement sont de plus en plus vives.

Hassan Diab a été désigné nouveau chef du gouvernement la semaine dernière, promettant de former un cabinet de technocrates dans un délai de six mois.

LIRE AUSSI  Le chinois Alibaba offre 1000 respirateurs à l'Etat de New York qui enregistre son pire bilan sur 24 heures

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*