L’ancien garde du corps de Macron en garde à vue pour corruption

Start

Un mois après sa condamnation à 3 ans de prison, l’ancien garde du corps d’Emmanuel Macron Alexandre Benalla et sa femme ont été placés en garde à vue ce mardi 14 décembre 2021 dans le cadre d’une nouvelle enquête. Benalla est soupçonné d’avoir usé de sa position à l’Elysée pour obtenir un contrat de protection rapprochée de l’oligarque russe Iskander Makhmudov.

Confirmant une information du Point et de TF1, l’AFP rapporte qu’Alexandre Benalla et son épouse ont été interpellé, ce mardi 14 décembre, par la police judiciaire à leur domicile.

Le couple été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de « corruption » autour d’un contrat de sécurité signé entre l’oligarque russe Iskander Makhmudov et son ancien acolyte Vincent Crase.

L’ancien homme à tout faire d’Emmanuel Macron est interrogé par la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), dans le cadre d’une enquête préliminaire du Parquet national financier (PNF).

Mars, Velours et une étonnante équipe de gardes du corps

L’affaire remonte au printemps 2018 quand Benalla aurait usé de son influence pour conclure un contrat de sécurité avec un milliardaire russe pour son ami Vincent Crase lui aussi collaborateur d’Emmanuel Macron.

Vincent Crase, propriétaire de la société Mars, s’était vu refuser l’agrément nécessaire pour diriger une entreprise dans le secteur de la sécurité rapprochée, en raison d’un dossier incomplet. Et pour ne pas rater le juteux contrat avec l’oligarque russe Iskander Makhmudov, Alexandre Benalla a fait appel à son ancien employeur, la société Velours.

L’existence de ce contrat de sous-traitance a été révélé par Mediapart en décembre 2018. Selon le site d’information, Benalla aurait participé à un rendez-vous entre Vincent Crase et les dirigeants du futur sous-traitant du contrat, Velours International. La rencontre aurait eu lieu au Damas Café, un bar à chicha proche de l’Elysée où Vincent Crase et lui avaient leurs habitudes.

«L’accord de sous-traitance liant Mars et Velours est signé le 25 juin », avait rapporté Mediapart, et le paiement de la première tranche du contrat (294 000 euros par trimestre) est arrivé le 28 juin sur le compte de Mars à la Société générale, dont une partie (172 200 euros) a été reversée le 6 juillet à Velours.

Vincent Crase aurait lui-même fourni au sous-traitant (Velours International) une liste des gardes du corps à recruter. Parmi les sept recrues, un gendarme, un ancien parachutiste de l’infanterie de marine ou un ancien fusilier marin basé au Maroc, chargé de veiller sur les Makhmudov, mais aussi trois bonnes connaissances d’Alexandre Benalla, selon LeMonde.

«Vincent Crase impose dans le dispositif Chokri Wakrim, le sous-officier du commandement des opérations spéciales et dont la compagne, Marie-Elodie Poitout, dirigeait encore le groupe de sécurité du premier ministre. M. Wakrim était chargé de protéger les Makhmudov lors de séjours» révèle Libération.

Iskander Makhmudov, est un milliardaire à la tête d’un empire industriel en Russie et par ailleurs détenteur de plusieurs propriétés en France. Réputé proche du Kremlin, il est présenté par la justice espagnole comme faisant partie d’une puissante organisation criminelle.

Benalla, condamné en novembre pour 3 ans de prison dans 1 an ferme

Vendredi 5 novembre, Alexandre Benalla a été condamné dans le cadre d’une autre affaire, par le tribunal correctionnel de Paris.

L’ancien garde du corps de l’Élysée, – qui était poursuivi pour violences en réunion en marge de la fête du Travail de 2018, immixtion dans la fonction de policier, port d’arme sans autorisation et utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques, a écopé d’une peine de trois ans de prison, dont 1 an ferme.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.