Kaoutar Fal, Sherpa du EEMA Youth Exchange en Afrique

Casablanca a abrité samedi dernier, la conférence « The Power of One », officialisant le lancement pour la première fois en Afrique du programme international EEMA Youth Exchange. Organisé par, Kaoutar Fal, présidente du club Rotary Casablanca City, cet événement a vu la participation des fondateurs et dirigeants du programme ainsi que plusieurs invités de plus de 11 nationalités, venus des quatre coins du globe.

Depuis plus de 67 ans le programme d’échange du Rotary international permet aux jeunes et familles d’accueil d’élargir leur vision du monde. Chaque année, plus de 9 000 participants étudient et séjournent dans près de 100 pays. Lors de la conférence EEMA 2019 organisée le 30 août dernier à Valence en Espagne, l’Afrique a été abordée comme premier sujet à l’ordre du jour des débats. Ainsi, grâce au lobbying de la marocaine, Kaoutar Fal, présidente du club Rotary Casablanca City, femme d’affaires et présidente de plusieurs associations, il a été décidé d’attribuer un budget spécial pour pas moins de 50 jeunes africains pour l’année scolaire 2020-2021.

Kaouta Fal n’a pas perdu de temps. En moins de deux mois, elle réussira à convaincre les responsables du projet à se déplacer à Casablanca pour lancer officiellement le programme « The Power of One – African Exchange».

Une centaine de rotariens influents venant du monde entier, de Turquie, du Danemark, du Canada, de la Suisse, du Brésil, des Pays bas, du Mexique, d’Egypte et d’Afrique subsaharienne en plus de personnalités marocaines de différentes sphères ainsi qu’une centaines d’étudiants marocains, ont participé aux travaux de cette conférence internationale.

Dans son mot d’ouverture, Kaoutar Fal a rappelé le caractère exceptionnel de la conférence « The power of one » : en 67 années d’existence, c’est la première fois qu’un pays africain abrite une telle manifestation.

Dans son intervention, le président du programme, le danois, Jakob Volther, a précisé que l’objectif de cette conférence est d’aider les districts africains à :

  1. Augmenter le nombre d’échanges
  2. Accompagner les districts afin qu’ils soient pleinement certifiés
  3. Améliorer les relations entre les districts africains et les districts hôtes potentiels.

«L’Afrique est mon rêve» s’est exclamé par la suite, le turque, Serdar Kelahmet, fondateur du programme «Power of One». Grâce à vos efforts remarquables, les jeunes Africains libéreront leur véritable potentiel pour développer leurs leaderships; apprendront une nouvelle culture; noueront des amitiés durables avec des jeunes du monde entier et deviendront des citoyens du monde, a-t-il poursuivi.

Au cours des différents débats, les participants ont échangé sur le retour d’expérience du programme EEMA Youth Exchange de par le monde. Il était question également du déroulement d’un plan d’action pour l’envoi de 10 étudiants africains de milieux défavorisés, pour une année scolaire à l’étranger. Il a été précisé que la seule condition de sélection était le mérite et qu’un grand choix de pays d’accueil était offert notamment le Canada, les États-Unis et le Danemark.

«Une grande partie des invités de la Conférence ont pour la première fois visité le Maroc. Ils ont d’ailleurs rallongé leur séjour pour profiter de la beauté du pays. De plus nous avons profiter des travaux de la conférence pour mettre en exergue l’expérience marocaine dans la coopération sud-sud et la stratégie royale d’accueil et d’intégration des jeunes ressortissants africains qui ont pu poursuivre leur formation supérieure au Maroc, grâce aux milliers de bourses qui leur ont été accordées.» s’est félicitée Kaoutar Fal.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*