Centre de recherche américain: Les États-unis doivent se préparer à des vagues d’infection étalées sur 18 à 24 mois

Les épidémiologistes du Centre de recherche et de politique en matière de maladies infectieuses de l’Université du Minnesota (CIDRAP) ont présenté la semaine dernière, trois scénarios possibles de propagation du Covid-19, auxquels les États-Unis auront à faire face les mois à venir : petites flambées récurrentes, vague monstre ou crise persistante. Selon cette étude le Coronavirus subsistera pendant des mois, voire des années.

Alors que l’administration Trump pousse pour déconfiner le plus tôt possible les américains, de nouvelles études viennent plomber l’ambiance : « Le Coronavirus n’est pas prêt de partir, il restera avec nous pendant assez longtemps

«C’est une lutte qui durera plusieurs mois à quelques années. Il ne s’agit pas de dépasser le pic de la pandémie, comme certains semblent le croire.» affirme le Dr Marc Lipsitch, co-auteur de deux analyses récentes – l’une du Center for Infectious Disease Research and Policy de l’Université du Minnesota, l’autre de la Chan School publiée dans Science – qui décrivent une variété de formes que la vague pandémique pourrait prendre dans les mois à venir

«Un seul cycle de distanciation sociale, fermeture des écoles et des lieux de travail, limitation de la taille des rassemblements, fermetures d’intensités et de durées variables, ne suffira pas sur le long terme.» croit savoir l’épidémiologiste.

« Dans l’intérêt de gérer nos attentes et de nous gouverner en conséquence, il pourrait être utile, pour notre état d’esprit pandémique, d’envisager cette situation – du moins existentielle – comme une «vague soliton»: une vague qui ne cesse de rouler et de rouler, de continuer sous sa propre puissance sur une grande distance.», recommande Dr Lipsitch.

Pour comprendre à quoi ressemble notre avenir, explique le chercheur, il peut être utile d’imaginer la trajectoire du virus comme une vague ondulante.

Dans l’article scientifique publié le 6 mai, l’équipe de Harvard, constituée de l’épidémiologiste des maladies infectieuses Yonatan Grad, son stagiaire postdoctoral Stephen Kissler, le Dr Lipsitch, son doctorante Christine Tedijanto et leur collègue Edward Goldstein, a examiné de plus près divers scénarios de la propagation de la pandémie en simulant la dynamique de transmission à l’aide des dernières données Covid-19 et des données de virus apparentés.

L’analyse décrit ainsi trois différentes formes que la vague pourrait prendre:

Scénario n ° 1 : Pics et vallées

Il s’agit d’une première vague de cas ( l’actuelle vague ) suivie d’une trajectoire constamment cahoteuse de «pics et de vallées» qui diminuera d’intensité progressivement sur un an ou deux.

Scénario n ° 2 : Pic de l’automne

Ce scénario suppose que la vague actuelle sera suivie d’un «pic d’automne» plus important, ou peut-être d’un pic hivernal, avec par la suite des vagues plus petites, similaires à ce qui s’est produit pendant la pandémie de grippe espagnole de 1918-1919.

Scénario n ° 3 : Lente combustion

Dans ce cas de figure, la pandémie montre un pic printanier intense suivi d’une «combustion lente» avec des hauts et des bas moins prononcés.

Les auteurs de cette étude concluent que, quelle que soit la réalité qui va se matérialiser (en tenant compte des mesures barrières et dans l’attente d’un vaccin), «nous devons être prêts pour au moins 18 à 24 mois supplémentaires d’activité Covid-19 importante, avec des épicentres qui apparaissent périodiquement dans diverses zones géographiques.»

Chacun des scénarios imaginés par les chercheurs montre qu’un seul cycle de distanciation sociale ne sera probablement pas suffisant à long terme. Le monde devra faire face à des restrictions et des confinements occasionnels au cours des prochaines années, jusqu’à ce qu’il y ait une immunité généralisée ou un vaccin efficace.

Nawfal Laarabi

Nawfal Laarabi

Intelligence analyst at UBERAL
Social media strategist / Intelligence analyst. 20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.
Nawfal Laarabi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Marocains bloqués à l’étranger: Nasser Bourita n’a pas fait le job

Article suivant

Algérie: le pouvoir veut enterrer la contestation grâce au virus

Derniers articles de Câbles

15 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap