Russie - Page 2

Trump rencontrera mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov

/

Donald Trump recevra mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, une rencontre qui sera scrutée avec attention tant les relations du président américain avec Moscou ont été marquées par d’innombrables controverses.

«Le président Trump rencontrera demain (mardi) le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour évoquer l’état des relations bilatérales», a lundi à l’AFP un haut responsable de l’administration américaine sous couvert d’anonymat.

La dernière visite du ministre russe à la Maison Blanche, en mai 2017, avait fait couler beaucoup d’encre: son passage dans le Bureau ovale avait alimenté une polémique sur l’éventuelle divulgation par Donald Trump de documents confidentiels sur la Syrie.

Les photos de la rencontre, diffusées par l’agence russe d’Etat Tass et à laquelle avait aussi participé l’ambassadeur russe Sergueï Kysliak, montraient un Trump tout sourire face aux diplomates. Elles avaient provoqué de très vives réactions dans le camp démocrate qui dénonce de longue date la bienveillance de Donald Trump vis-à-vis de son homologue russe Vladimir Poutine.

La rencontre entre Trump et Lavrov interviendra par ailleurs après celle lundi entre Poutine et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky qui se sont rencontrés à Paris afin de relancer le processus de paix en Ukraine sous la houlette de la France et de l’Allemagne.

Après trois ans de paralysie des négociations pour tenter de mettre fin à la guerre dans l’est de l’Ukraine, la rencontre entre le maître du Kremlin, rompu aux rapports de force internationaux, et le jeune président ukrainien, un ancien comédien arrivé au pouvoir en mai, était très attendue. A l’issue de cette dernière, Poutine a salué un «pas important» vers une désescalade.

La guerre entre Kiev et les séparatistes pro-russes a fait plus de 13.000 morts dans le Donbass, bastion industriel de l’Est ukrainien, et un million de déplacés depuis 2014.

AFP

Afrique-Russie : La percée de Moscou

/

La Russie a le vent en poupe en Afrique. Forte du fait qu’elle n’a jamais été une puissance coloniale dans le continent, qu’elle a soutenu les luttes pour l’indépendance des nations africaines, qu’elle respecte la souveraineté des Etats et qu’elle n’a jamais pillé les ressources naturelles dans cette région, la Russie à travers son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, essaie d’avancer ses pions en Afrique et y réussit assez bien. Au cours des deux dernières années, la Russie a donné un coup de fouet à ses relations avec plusieurs pays africains qui étaient tombées en désuétude après la fin du régime soviétique.

Plusieurs chefs d’Etat africains ont visité Moscou comme le Président soudanais Omar Al-Bachir, en novembre 2017, le président centrafricain Faustin Archange Touadéra en mai 2018, celui du Rwanda, Paul Kagamé en juin, du Sénégal en juillet et le Zimbabwéen Emmerson Mnangagwa au début de cette année. Aujourd’hui, le ministre des affaires étrangères de Sierra Leone effectuera une visite à Moscou pour « discuter de la situation sur le continent africain, y compris de la résolution des conflits armés ». Pour sa part, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, vient d’achever une tournée dans le continent qui l’a conduit en Algérie, au Maroc et en Tunisie.

Booster les relations avec l’Afrique

En parallèle, Moscou multiplie les initiatives pour renforcer sa présence en Afrique. C’est ainsi qu’en octobre 2018 a été organisé le premier Forum social russo-africain en prélude au premier forum d’affaires, et surtout au premier Sommet Afrique-Russie, qui devrait avoir lieu en octobre 2019. Ce dernier sera abrité par la ville de Sotchi, au bord de la mer noire avec la participation de chefs d’Etat et d’opérateurs russes et africains pour renforcer la coopération avec le continent noir. Signant son « grand retour » en Afrique, la Russie entend maintenir le même trend. Selon Anton Kobyakov, conseiller du président Vladimir Poutine, «les événements à venir seront sans précédent dans les relations entre la Russie et les pays africains. Ils vont être un vecteur pour le développement de contacts multilatéraux pour les prochaines décennies ».

Un premier forum économique Russie-Afrique

Liée par des accords de coopération militaire avec 16 pays africains, la Russie a les capacités nécessaires, la puissance et l’expérience pour aider les pays africains à se développer. En tant que second producteur d’armes au monde, les Russes ont beaucoup vendu sur le continent. L’année 2019 a été qualifiée d’année de l’Afrique par certains médias spécialisés. L’agence russe, Rosobonexport, créée par décret en 2001 et sous le slogan « Make Africa Safe », a participé du 22 au 24 janvier au Salon international sur la sécurité et la défense « Shield Africa 2019 » qui s’est tenu à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Son directeur général, Alexandre Mikheiev a affirmé connaître les besoins et travailler avec succès avec la Communauté de développement de l’Afrique australe et le G5 du Sahel. En se positionnant comme une alternative aux anciennes puissances coloniales, la Russie «fournit une assistance multiforme aux partenaires africains pour la résolution des conflits internes, et la lutte contre la menace terroriste, dont la propagation s’est intensifiée après les événements bien connus en Libye» Lundi 29 janvier, le Kremlin reconnaissait même la présence d’experts militaires russes au Soudan. Sans parler de la présence, dans plusieurs pays africains, dont le Soudan et la république Centrafricaine, de mercenaires russes travaillant pour le groupe privé Wagner et appartenant à un homme d’affaires proche du Kremlin, à l’instar de la société américaine Blackwater Worldwide qui avait notamment travaillé en Irak et en Afghanistan.

Un partenaire fiable sur le plan sécuritaire

En mars 2018, la tournée de Sergueï Lavrov et de Nikolaï Patrouchev, président du Conseil de sécurité nationale russe, avait permis de porter ce message dans plusieurs capitales africaines. Sous le prétexte de « lutte contre le terrorisme », Moscou a effectué un déploiement militaro-diplomatique qui a irrité certaines puissances, notamment la France en République centrafricaine. Tout en proposant des armes à prix bas et avec de longues lignes de crédit, la Russie s’évertue à gagner la confiance des dirigeants africains. En 2018, elle a annulé 20 milliards de dollars de dettes au profit de plusieurs pays africains. D’autres Etats ont vu leur dette annulée contre des investissements russes dans l’énergie, les ressources naturelles, voire l’agriculture.

A vrai dire, la Russie n’est pas la seule à essayer de percer sur le plan de la coopération sur le continent. La Chine, Israël, l’Inde, la Corée du Sud sont aussi dans la course. La ruée vers l’Afrique s’annonce rude. Une chose est sûre, les puissances coloniales sont en baisse de régime dans cette course.

Soudan : Vladimir Poutine vole au secours d’Omar el-Béchir

//

Depuis le 19 décembre dernier, date de l’éclatement du mouvement de protestation au Soudan à la suite d’une décision gouvernementale de tripler le prix du pain, la contestation n’a pas faibli mais a pris de l’ampleur et embrasant pratiquement tout le pays. Un lourd bilan en pertes humaines d’au moins 50 morts dans les rangs des manifestants qui réclament la liberté et justice mais aussi la tête du président Omar el-Béchir au pouvoir depuis 30 ans, et la chute de son régime.

Le maréchal El Béchir, qui se trouve dans de mauvais draps, a cherché appuis et aides auprès de certains Etats comme les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, l’Egypte qu’il visite ce lundi pour demander le soutien du Rais Abdelfattah al-Sissi, la Turquie et la Russie en particulier.

Contesté el lâché même par une partie de son parti, le Congrès National, sans oublier la principale formation de l’opposition et son chef Sadek Al-Mahdi qui a appelé vendredi au départ du président

Plusieurs médias et des observateurs n’ont pas hésité à qualifier ce mouvement de « nouvelle vague de printemps arabe » mais sans préciser ses commanditaires. En attendant de voir plus clair, il est fort probable que ce qui se passe au Soudan fasse partie d’une nouvelle guerre froide entre Moscou, d’une part, et Washington et autres puissances, d’autre part, dans le cadre d’une lutte d’influence aussi bien sur le continent africain que dans le monde arabe.

Le Soudan ce vaste pays de plus de 40 millions d’habitants censé être le grenier de l’Afrique, se trouve frappé par la misère en raison d’un régime gangréné par la corruption et le clanisme. Le régime aux abois aujourd’hui cherche par tous les moyens à survivre. Pour ce faire ? El-Béchir n’a pas hésité à demander le secours au chef du Kremlin, Vladimir Poutine.

Une aubaine pour Moscou pour élargir sa zone d’influence. Les médias britanniques ont révélé que des mercenaires russes aident à réprimer les manifestations au Soudan et que des éléments russophones dans la capitale soudanaise ont suscité des inquiétudes quant à la décision du Kremlin de soutenir le régime autocratique du président Béchir.

Les reportages et les photos de Khartoum sont apparus alors que les manifestations antigouvernementales se multipliaient et que le président faisait face à la plus grande menace qui pèse sur sa dictature militaire depuis sa prise du pouvoir il y a 30 ans.

Le déploiement apparent du muscle russe intervient alors que le Kremlin cherche à développer des liens de commerce, de sécurité et de défense avec l’Afrique subsaharienne. Au cours des deux dernières années, il a autorisé des projets d’énergie nucléaire civile en République du Congo, au Nigeria et au Soudan. Les entreprises russes participent également à une entreprise d’extraction de platine d’une valeur de 400 millions de dollars au Zimbabwe, à une immense centrale nucléaire devant être construite en Égypte et à un projet de bauxite de 220 millions de dollars…

The Times : Des soldats de la société privée de services militaires russes Wagner aperçus dans les rues de Khartoum le mois dernier

Information démentie quatre jours plus tard par le gouvernement soudanais par la voix de son ministre de l’intérieur, Ahmed Bilal Osman, qui l’a qualifiée de Fake news !

Manque de pot pour le responsable soudanais, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a reconnu ce lundi l’existence d’ «instructeurs russes dans le cadre des relations bilatérales russo-soudanaises qualifiant ce soutien de « légitime ».

Idem pour le vice –ministre des affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov qui a déclaré que des « instructeurs privés et gouvernementaux sont au Soudan pour des missions de formation » !

Droit dans ses bottes, el-Béchir n’arrête pas d’accuser les médias d’attiser la colère des soudanais tout en reconnaissant l’existence d’un véritable malaise: “Il y a un problème. On ne peut pas nier qu’il y a un problème, mais il n’a pas l’ampleur et les dimensions qu’en donnent les médias. C’est une tentative de clonage du Printemps arabe au Soudan. Ce sont les mêmes slogans et une très large utilisation des médias sociaux. Mais le peuple soudanais est en alerte.

Finira –t-il par subir le même sort que le tunisien Ben Ali, le libyen Kaddafi ou l’égyptien Moubarak ?

L’agence russe TASS invite la MAP au Forum économique de Saint-Pétersbourg en 2019

/

L’agence de presse officielle russe TASS a invité les hauts responsables de la MAP à participer au Forum économique international de Saint-Pétersbourg début juin 2019. L’invitation a été transmise par Mikhail Gusman, premier vice-président de l’Organisation des agences de presse de l’Asie-Pacifique (OANA), qui a rencontré la semaine écoulée le président de la Fédération atlantique des agences de presse (FAAPA) et directeur général de l’agence de marocaine MAP, Khalil Hachimi Idrissi. La réunion s’est tenue en marge de la 4ème assemblée générale de la FAAPA. Il s’agit là de la seconde rencontre de cette nature entre russes et marocains en moins de deux semaines, ce qui dénote non seulement d’un grand pas vers une coopération raffermie entre Rabat et Moscou dans le domaine sensible de l’information, mais d’une nouvelle ère de la coopération entre deux pays liés, depuis la visite de Mohammed VI à Moscou en 2016, par un Partenariat stratégique approfondi.

Lire ici

Succession en Arabie Saoudite : La Russie met en garde contre les ingérences américaines

/

La Russie voit d’un mauvais œil la campagne contre son nouvel allié dans le Palais royal de Riyad, le Prince héritier Mohamed Ben Salmane. Elle a mis en garde les Etats-Unis contre toute ingérence dans la succession royale saoudienne par la voix de l’envoyé spécial de Vladimir Poutine au Moyen-Orient, Mikhail Bogdanov, qui occupe également le poste de vice-ministre des Affaires étrangères. La Russie apporte ainsi de manière indirecte son soutien à MBS, objet d’une vive critique internationale après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays en Turquie.

Lire ici

Khalil Hachimi Idrissi veut former ses équipes en Russie

/

Le directeur général de l’agence de presse marocaine MAP, Khalil Hachimi Idrissi, et le chef du Centre des projets internationaux à l’agence russe SPUTNIK, Vasily Vladimirovich Pushkov, ont signé, lundi, un accord qui vise à établir un partenariat bilatéral et une coopération fructueuse entre les deux agences sur le territoire russe et marocain. SPUTNIK avait l’habitude de relayer les informations et les positions officielles de l’Algérie et du polisario, en particulier celles attentant aux intérêts du Maroc, mais depuis quelques semaines, les observateurs avertis ont constaté un changement de ton, une plus grande objectivité de l’agence russe dans le traitement des informations concernant cette région du monde.

Lire ici

Macron se cherche toujours une stature internationale

///

Pour sa première visite officielle en Russie, Emmanuel Macron est arrivé jeudi après-midi à Saint-Pétersbourg en vue de participer la 22e édition annuelle du Forum économique organisé dans cette ville de l’extrême ouest du pays. Accompagné de son épouse et d’une forte délégation comprenant notamment le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et le chef de son état-major particulier, l’Amiral Bernard Rogel , Emmanuel Macron a été accueilli par le président russe. Parmi les sujets qui seront abordés, les dossiers relevant des intérêts de la France et de la Russie ainsi que les sujets clés de la politique internationale. Sur le plan bilatéral, il sera question de booster les relations économiques dont le chiffre d’affaire a augmenté de 20% l’année dernière et se poursuit en 2018. D’ailleurs, au cours de cette visite, plusieurs contrats seront signés entre les deux pays.

Lire ici