Conjoncture - Page 10

Attijariwafa bank: “Les implantations sub-sahariennes sont gérées de manière rigoureuse dans le respect le plus strict de la gouvernance des actionnaires de référence”

///

La rédaction de LE1.ma a reçu une mise au point d’Attijariwafa bank dans laquelle le groupe tient à démentir certains faits rapportés dans l’article intitulé «Mohammed VI ordonne l’audit des filiales africaines d’Attijariwafa bank » publié le 18 mai 2017.

Selon l’éclairage du Groupe Attijariwafa bank, «les faits cités dans l’article sont faux», précisant que les implantations subsahariennes de la banque sont gérées «de manière rigoureuse dans le respect le plus strict de la gouvernance des actionnaires de référence de l’ensemble des filiales

Le Groupe Attijariwafa Bank se dit «confiant dans sa stratégie de développement et du renforcement de la coopération entre les pays du sud

Précisions de LE1.ma :

  1. Ces faits ont été publiés dans la dernière livraison de Maghreb Confidentiel que nous avons cité en référence;
  2. Depuis 2011, plusieurs supports de presse marocains et subsahariens ont rapporté l’ensemble des irrégularités y afférent avec davantage de détails.

LE1

Mohammed VI ordonne l’audit des filiales africaines d’Attijariwafa Bank

//

Branle-bas de combat au sein des filiales africaines d’Attijariwafa Bank. Le Roi Mohammed VI aurait commandité lui-même, dès son retour de sa tournée subsaharienne, un audit interne visant à éplucher les comptes et scruter les activités du réseau africain de la filiale du groupe SNI. L’information révélée par nos confrères de Maghreb Confidentiel coïncide avec la publication du rapport de l’agence de notation Fitch Rating mettant en garde les banques marocaines contre les risques de leurs investissements massifs dans le continent. Elle coïncide également avec l’annonce du limogeage, pour cause d’abus de confiance, de Mohamed Krisni, président de la SCB, la filiale camerounaise d’Attijariwafa bank.

Mohamed Krisni qui a succédé, en octobre 2015, à Jamal Ahizoune, actuel DGA de la Banque de Détail à l’International et frère de Abdeslam Ahizoune, président de Maroc Telecom, a été pointé du doigt par les auditeurs de la SNI qui auraient révélé des irrégularités dans les comptes de la SCB et surtout des opérations irrégulières de sortie de devises vers des banques parisiennes. Sur la base de ces enquêtes, le top management d’Attijariwafa Bank accuserait Mohamed Krisni, le P.-D.G. de la Société Commerciale de Banque, d’abus de confiance.

L’enquête en cours viserait aussi à examiner à la loupe les pratiques de Mohamed Krisni à la Banque internationale du Mali (BIM) dont il était le Président-Directeur Général. En effet, les enquêteurs de la SNI sont revenus sur l’affaire des taxis maliens qui avait fait scandale en 2011.

En effet, en vue de promouvoir le transport urbain, et sur l’initiative du Président de la République du Mali, la BIM avait participé au financement d’une grande opération de renouvellement du parc des taxis de la capitale malienne. Mohamed Krisni serait soupçonné d’avoir utilisé des prêtes-noms pour soumissionner et remporter l’appel d’offre relatif à cette opération dite des taxis de Bamako.

En plus du conflit d’intérêt posé par le statut du Président de la BIM, ordonnateur, prêteur et payeur, Mohamed Krisni n’aurait pas livré la commande des véhicules à leurs propriétaires qui, paraît-il, se seraient regroupés devant le siège de la banque malienne réclamant leur dû.

Ces remous au sein du Groupe Attijariwafa bank, dont a eu vent le souverain, impliqueront sans aucun doute, une refonte du dispositif du contrôle et de pilotage de l’institution, ainsi que de la politique des ressources humaines au sein des filiales africaines du groupe, en vue d’insuffler une nouvelle dynamique à ce mastodonte de la finance africaine en vue de faire face aux défis du Maroc dans son environnement continental et régional.

LE1

Barclays Egypt devient Attijariwafa bank Egypt

//

Le groupe Attijariwafa bank confirme, dans un communiqué de presse, la finalisation de l’acquisition de 100% du capital de Barclays Bank Egypt et ce, après l’obtention de l’ensemble des autorisations réglementaires requises comme l’avait annoncé plus tôt dans la journée www.le1.ma.

La nouvelle filiale portera après l’obtention de l’aval de l’Assemblée Générale Extraordinaire de Barclays Bank Egypt et de la Banque Centrale égyptienne, le nom de “Attijariwafa bank Egypt “.

Cette opération permet à Attijariwafa bank d’étendre son réseau international au sein de la troisième économie africaine riche d’une population de 92 millions d’habitants, et de s’implanter dans un marché bancaire avec des perspectives de croissance soutenue” affirme le communiqué.

Le 1er groupe financier du Royaume rappelle également les modalités de financement de cette acquisition qui avaient été anticipées dès le quatrième trimestre 2016 grâce à la réduction de moitié de sa participation dans Wafa Assurance et l’émission d’un emprunt subordonné perpétuel éligible en capital Tier. Le groupe rassure également que la combinaison de l’ensemble des opérations citées ci-dessus a eu un impact positif sur les ratios de solvabilité d’Attijariwafa bank et un impact relatif sur ses comptes consolidés, améliorant le résultat net par action de 2,1 MAD par action (+9%) et le RoA de 12 points de base.

LE1

 

 

Attijariwafa bank : La bourse du Caire valide l’acquisition de Barclays Bank Egypt

//

La bourse égyptienne a annoncé la finalisation de l’acquisition de 100% de Barclays Bank Egypt, par le groupe panafricain Attijariwafa Bank. Le montant de la transaction a été enfin dévoilé : il s’élève à 494,9 millions de dollars, comme l’indiquent les données de l’Egypt Exchange (EGX).

Dans un communiqué publié par l’agence de presse Mena, on apprend qu’Attijariwafa bank a ainsi acquis 9,951 millions d’actions à travers 93 transactions de gré à gré.

Pour rappel, Barclays avait déclaré en mars 2016, son intention de vendre ses actifs en Egypte et en Afrique pour obtenir des rendements plus élevés à ses actionnaires.

Attijariwafa bank, qui était en concurrence avec plusieurs banques, dont Abu Dhabi Commercial Bank, Emirates National Bank of Dubai, The National Bank of Ras Al-Khaimah (RAKBANK), en plus de Byblos Bank du Liban, a fait la meilleure offre et a déposé en septembre 2016 une demande officielle à la Banque Centrale égyptienne (CBE) pour mener une due diligence auprès de Barclays Bank Egypt.

Un mois plus tard, en octobre 2016, Barclays Bank officialisait son accord pour céder, au premier groupe financier marocain, sa filiale égyptienne qu’elle possédait depuis plus de 150 ans.

Barclays Egypte compte 56 succursales, gère 127 000 clients et emploie 1 400 collaborateurs.

LE1

Le Maroc bénéficiaire du plan allemand “Compact with Africa” d’une valeur de 15 millions de dollars

/

Le Maroc et 4 autres pays africains bénéficieront, dans le cadre du plan “Compact with Africa” d’une série d’initiatives multilatérales engagées par le Fonds monétaire international, l’Allemagne, l’IFC et les dirigeants des principales banques multilatérales de développement (BMD) pour attirer des investisseurs extérieurs sur le continent.

Réunis ce weekend à Washington DC à l’occasion du Global Infrastructure Forum 2017, et dans le cadre du programme G20 “Compact with Africa”, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde et le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, ont signé ce week-end à Washington DC, un pacte de 15 millions d’euros visant à soutenir les activités de renforcement des capacités de développement en Afrique.

“Compact with Africa” est une initiative lancée sous la présidence allemande du G20 en décembre 2016 et vise à stimuler l’investissement privé et à accroître le développement des infrastructures en Afrique. Une initiative qui vient également appuyer le programme pour le développement durable de 2030 du G20. La première phase de ce plan bénéficiera au Maroc, au Rwanda, au Sénégal, à la Tunisie, et à la côte d’Ivoire.

Wolfgang Schaeuble, ministre allemand des Finances, a déclaré lors de ce Forum qui a eu pour thème «Offrir une infrastructure inclusive et durable», qu’il ne serait pas en mesure de décider s’il fallait investir en Afrique. Par contre, a-t-il ajouté, que si nous voulons assurer une stabilité et une sécurité à long terme, nous devons continuer à réduire l’écart de richesse entre les pays riches et les pays pauvres de ce monde, en particulier sur le continent africain.

“Si nous ne voulons pas changer cela, nous devons nous attendre à voir émerger des partis populistes et des démagogues qui auront des effets négatifs sur la croissance économique mondiale”, a-t-il ajouté.

L’événement a rassemblé des investisseurs privés, des représentants des Nations Unies et du G20, des responsables de la Banque africaine de développement (BAD), de la Banque asiatique de développement (ADB), la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la Banque européenne d’investissement (BEI), la Banque interaméricaine de développement (BID), Société interaméricaine d’investissement (IIC), Société financière internationale (IFC), Banque islamique de développement (BID), Nouvelle Banque de développement (NDB) et Banque mondiale.

Par ailleurs, l’IFC et Amundi, l’un des principaux gestionnaires d’actifs en Europe, ont convenu de créer le plus grand fonds d’obligations vert dédié aux marchés émergents, estimé à 2 milliards de dollars, dans le but d’approfondir les marchés de capitaux locaux et d’accroître le financement des investissements climatiques.

LE1

La filiale ivoirienne d’Attijariwafa bank s’exposera moins sur le cacao

/

La Société Ivoirienne de Banque (SIB), filiale du Groupe Attijariwafa bank, a annoncé jeudi la réalisation d’un bénéfice net de 17,09 milliards de francs CFA (28,12 millions de dollars) comptant pour l’exercice 2016, en hausse de 15% par rapport à l’année précédente, et d’un PNB en hausse de 16% sur la même période. La SIB a également pris la décision de limiter l’octroi de prêts au secteur du cacao dans un contexte de chute de prix.

«L’exercice financier de 2017 a commencé par une forte baisse des prix du cacao et des troubles sociaux qui auront un impact indéniable sur les investissements de l’Etat de Côte d’Ivoire», peut-on lire dans le communiqué de la banque.

La forte baisse des prix mondiaux du cacao a fait en sorte que la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial, réduise substantiellement son budget de 2017 d’un dixième, a déclaré, en personne, le président Alassane Ouattara, en début de semaine.

«Dans ce contexte, les activités de financement de SIB continueront d’être davantage axées sur les secteurs moins sensibles et sur la poursuite de la politique de risque menée depuis plusieurs années, dans l’objectif d’augmenter les résultats de 10% en 2017» conclut le communiqué.

LE1 avec Reuters

Othmane Benjelloun: la Chine et l’Afrique, l’avenir du monde

/

Lors de son allocution en marge de la conférence de présentation des résultats 2016 du groupe BMCE of Africa, Othman Benjelloun a déclaré à l’assistance que l’avenir se résumait en 2 mots : Afrique & Chine.

Il est a rappeler que le gentleman de la finance marocaine, a été de tous les déplacements du Roi Mohammed VI en Afrique et en Chine. Son groupe est partie prenante de plusieurs projets de grande envergure, dont le dernier en date est le projet qualifié de “plus grand investissement” de la Chine dans le continent africain, la cité intelligente “Mohammed VI Tanger-Tech”, avec un budget prévisionnel de plus de 10 milliards de dollars.

Dans sa communication, le groupe BMCE Of Africa, suivant les pas du Groupe Attijariwaf bank, a annoncé le lancement réussi de son plan stratégique de développement 2016-2020, tout en confirmant la bonne santé de ses fondamentaux :

  1. Un RNPG dépassant pour la 1ère fois le seuil des 2 Milliards de dhs;
  2. Une amélioration de couverture des créances en souffrance avec un taux de provisionnement de 64% à 2016  contre 59% en 2015;
  3. Un poids des filiales africaines en progression dans les résultats du groupe:  32% du RNPG et 43% du PNB;
  4. Une baisse significative du coût du risque net social de -14% à 821 millions dh contre 955 millions dh en 2015.

LE1