Agriculture

Le Crédit Agricole du Maroc mobilisé auprès des agriculteurs de la région Fès-Meknès

Fidèle à son rôle d’outil de l’Etat pour l’accompagnement de l’agriculture et du monde rural et en parfaite cohérence avec sa mission de service public, le Crédit Agricole du Maroc se mobilise pour accompagner les mesures préconisées par le Ministère de l’Agriculture , de la Pêche Maritime , du Développement Rural et des Eaux et Forêts afin de faire face aux dégâts causés par la tempête de grêle au niveau de la région de Fès-Meknès.

Le Crédit Agricole du Maroc annonce la mise en place d’un dispositif spécifique pour apporter l’appui nécessaire à l’ensemble des agriculteurs sinistrés par la tempête de grêle au niveau de la région Fès-Meknès, qu’ils soient clients ou non-clients de la banque. L’institution financière dirigée par Tariq Sijilmassi s’active pour permettre aux opérateurs agricoles de dépasser cette conjoncture difficile en les accompagnant pour la continuité et le développement de leur activité.

Ce dispositif s’appuie sur deux volets essentiels : le traitement de l’endettement et l’accès au financement, et prend en compte les spécificités de chaque catégorie d’agriculteurs.

Ainsi, pour les producteurs clients de la Banque, le CAM prévoit, selon les cas :

  • Soit un report des échéances des crédits de campagne ;
  • Soit un report avec décalage des échéances des crédits MLT ;
  • Soit une consolidation de l’encours ;
  • Un financement des nouveaux investissements et du besoin en fond de roulement ;
  • Le financement de la prochaine campagne.

Ces mesures pourraient être cumulées en fonction du degré de sinistralité constaté.

Pour les agriculteurs sinistrés qui ne sont pas clients de la Banque, le CAM étudiera la possibilité de les accompagner pour le renouvellement de leurs investissements avec financement du besoin en fond de roulement ainsi que le financement de leur prochaine campagne.

Par ce dispositif, le Groupe Crédit Agricole du Maroc, banque citoyenne et responsable, réitère, encore une fois, son engagement indéfectible à accompagner les agriculteurs et le monde rural en toutes circonstances.

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc double la taille de son réseau rural mobile et le dote d’une direction centrale

Véritable force de frappe et outil efficace pour servir les populations rurales, surtout en cette période de crise sanitaire, le réseau d’agences mobiles du Groupe Crédit Agricole du Maroc double de taille et muscle son organisation en se dotant d’une nouvelle Direction Centrale dédiée : «la Direction Centrale Réseau Rural Mobile».

Le réseau d’agences mobiles du Groupe Crédit Agricole du Maroc a démontré, au cours de la crise générée par la pandémie du Covid 19, son efficacité et son agilité pour atteindre les populations rurales les plus enclavées. Grâce à sa mobilisation, les aides distribuées par l’Etat ont pu être acheminées in situ vers des milliers de bénéficiaires qui ont ainsi pu y accéder de façon rapide et sécurisée.

Fort de ce constat et fidèle à sa politique de soutien des populations rurales, le Groupe Crédit Agricole du Maroc a décidé de consolider et de renforcer sa politique de proximité en augmentant considérablement le nombre de ses agences mobiles (de 50 à 100 dans l’immédiat) et en organisant leurs actions au sein d’une Direction Centrale dédiée : la Direction Centrale Réseau Rural Mobile.

La Direction Centrale Réseau Rural Mobile a ainsi pour mission d’assurer une gestion centralisée et dynamique du parc des agences mobiles et de veiller à son développement continu ainsi qu’à son déploiement opérationnel grâce à une mutualisation des infrastructures pour le compte de l’ensemble des entités du Groupe : le CAM, ARDI, TEF, CAM Leasing… etc.

Initialement destinées à accompagner les activités hebdomadaires des souks dans les zones rurales, les agences mobiles sont aujourd’hui déployées dans le cadre de l’opération de distribution des aides de l’Etat et seront mobilisées pour des actions spécifiques en rapport avec l’inclusion financière, la digitalisation, l’accompagnement des TPE…

Fruit d’une concertation avec le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts dans le cadre de l’implémentation de la stratégie « Génération Green », ce renforcement organisationnel acte la mobilisation continue du Groupe Crédit Agricole du Maroc en matière d’accompagnement des populations rurales et s’inscrit pleinement dans sa mission de service public.

En effet, le parc des agences mobiles constitue une vraie force de frappe et un outil efficace pour servir les populations rurales, notamment celles des territoires enclavés. Son déploiement permettra au Groupe d’intensifier son intervention au niveau de l’agriculture solidaire et des activités économiques en milieu rural et d’ancrer son rôle de partenaire de référence du monde rural.

Les collaborateurs du Groupe Crédit Agricole du Maroc actent leur solidarité et contribuent avec 15,1 millions de Dirhams au Fonds pour la gestion du Covid-19

Les collaborateurs du Groupe Crédit Agricole du Maroc contribuent avec 15,1 millions de dirhams (MDH) au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus (Covid-19).

Basée sur le volontariat, cette démarche totalement facultative a permis de mobiliser 15.114.071,69 dirhams qui ont été versés en un seul bloc au Fonds de lutte contre le Covid-19.

Cet acte de solidarité individuel témoigne de la mobilisation et de la cohésion des équipes du Crédit Agricole du Maroc dans ce contexte particulièrement difficile.

Rappelons que le groupe financier dirigé par Tariq Sijilmassi s’est fortement mobilisé pour soutenir l’effort national dans la lutte contre la pandémie du Covid-19. Le Groupe Crédit Agricole du Maroc a d’ailleurs été l’un des premiers contributeurs au Fonds spécial Coronavirus en injectant 200 millions de DHS soit 50% de son résultat annuel.

Partenaire historique des agriculteurs, le groupe a veillé à la mise en place d’un dispositif financier spécifique pour soutenir le secteur qui fait face à une année de sécheresse en plus des effets de la crise sanitaire. En plus de ce dispositif, la banque a déployé des agences mobiles pour la distribution des aides octroyées par l’Etat aux populations localisées en milieu rural notamment dans les zones excentrées.

Le Crédit Agricole du Maroc a été particulièrement actif et innovant dans la gestion de son capital humain durant cette crise inédite. Les responsables de la banque de l’agriculteur ont pris le soin de renforcer leur communication interne pour soutenir les collaborateurs dont les conditions de travail ont été bouleversées par le confinement et les mesures de protection essentielles contre le virus. La banque a lancé a cet effet une Radio Interne «CAM Radio» une première au Maroc.

Crédit Agricole du Maroc : 50 agences mobiles à la disposition de l’Etat pour assurer la distribution des aides aux populations rurales excentrées

Le soutien aux populations vulnérables a été au coeur de la stratégie du Royaume dans sa lutte contre les répercussions économiques et sociales de la crise sanitaire. Une stratégie qui a été initiée par le roi Mohammed VI et qui a mobilisé l’ensemble des forces vives de la nation. Le Crédit Agricole du Maroc, partenaire historique des agriculteurs et fin connaisseur des réalités du monde rurale, est l’une des institutions du pays qui a démontré son fort engagement en démultipliant ses actions économiques et sociales. Aujourd’hui, la banque dirigée par Tariq Sijilmassi, passe à la vitesse supérieure en décidant de déployer des agences mobiles pour la distribution des aides octroyées par l’Etat aux populations localisées en milieu rural notamment dans les zones excentrées.

Initialement destinées à accompagner les activités hebdomadaires des souks dans les zones rurales, 50 agences mobiles du Crédit Agricole du Maroc s’apprêtent à être redéployées afin de permettre aux populations vulnérables du milieu rural situées en zones reculées ou enclavées d’accéder rapidement aux aides financières octroyées par l’Etat, annonce un communiqué de la banque.

«C’est dans le cadre de sa forte mobilisation pour la réussite de l’opération de soutien aux populations vulnérables mise en place sur hautes instructions du Roi Mohammed VI, que s’inscrit cette action du Crédit Agricole du Maroc», précise le communiqué.

La Fondation OCP lance la carte de fertilité des sols cultivés au Ghana

/

En partenariat avec la Fondation OCP, le Ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture (MoFA) du Ghana lance un projet d’élaboration de la carte de fertilité des sols en vue de répondre aux défis de la sécurité alimentaire et de la préservation des sols cultivés. Plus de 100.000 hectares de sols ont été analysés et cartographiés sur une zone pilote située dans la région d’Ashanti.

La cérémonie de lancement officiel du projet d’élaboration de la carte de fertilité des sols s’est déroulée, mercredi 11 décembre, dans la capitale ghanéenne sous la présence effective du Ministre de l’Alimentation et de l’Agriculture du Ghana, Dr. Owusu Afriyie Akoto, de l’ambassadeur du Maroc au Ghana, Imane Ouaadil, de hauts responsables ghanéens, de représentants du secteur privé national, de l’industrie des engrais, et des fédérations d’agriculteurs ghanéens.

Lancé par le Ministère ghanéen de l’Alimentation et de l’Agriculture (MoFA) et avec l’appui de la Fondation OCP, le projet s’articule autour de trois axes principaux : le renforcement des capacités des cadres du MoFA, l’équipement des laboratoires et l’élaboration de la carte de fertilité du sol.

A travers ce projet qui a pour but d’apporter aux agriculteurs ghanéens des outils d’analyses de leurs sols, la Fondation OCP participe à l’amélioration des rendements pour les cultures locales et au renforcement des capacités scientifiques et techniques des bénéficiaires.

Ainsi, plus de 100.000 hectares de sols seront analysés et cartographiés dans la zone pilote, à Ashanti, grâce au dispositif déployé par les deux partenaires.

Aussi, toujours dans le cadre de ce projet, la Fondation OCP mettra à la disposition du MoFA les équipements nécessaires à ses deux laboratoires spécialisés dans l’analyse des sols et des fertilisants. La Fondation OCP fournira également au MoFA une unité mobile d’analyse des sols et du matériel roulant adapté (pick-ups et motos) afin de couvrir les zones les moins accessibles pour le prélèvement des échantillons des sols.

L’élaboration de la carte de fertilité comprend un volet important dédié à la formation. Au total, plus de 130 agronomes, ingénieurs, laborantins et cadres du MoFA seron formés par des experts de l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P). Les modules traités s’articuleront autour de la nutrition des plantes et la fertilisation des cultures, les Systèmes d’informations Géographiques (SIG) appliqués à la cartographie
des sols et le contrôle de la qualité des engrais.

A travers cette initiative, la Fondation OCP poursuit son engagement en faveur de l’émergence d’une agriculture durable et résiliente en Afrique. Grâce à ses différentes actions sur le continent africain, la Fondation promeut la création d’outils stratégiques d’aide à la décision en termes de politiques agricoles. Au niveau continental, la Fondation OCP produit des cartes de fertilité en collaboration avec d’autres partenaires africains. A ce jour, plus d’un million d’hectares de sols ont été cartographiés, plus de 240 cadres formés et 14 laboratoires ont été équipés.

L’année 2018, une année de croissance pour le Groupe OCP

/

L’année 2018 aura été un bon cru pour le Groupe OCP. A lire les résultats annuels publiés par l’office aujourd’hui, force est de constater que la quasi-totalité des indicateurs sont au vert et enregistrent une nette croissance.

Portées par une croissance de la demande, les ventes de l’office ont progressé de 15% en passant de 48,5 milliards de DH en 2017 à 55,9 milliards de DH en 2018. Une tendance qui s’est reflétée sur l’EBITDA qui a grimpé de 12,7 milliards de DH en 2017 à 17,07 milliards de DH en 2018, soit une croissance de 34%.

Croissance de 34% de l’EBITDA

La marge d’EBITDA dégagée progresse ainsi de 31% en glissement annuel contre 26% en 2017. L’OCP a poursuivi sa politique d’investissement durant l’exercice 2018 puisque les dépenses consentis dans ce sens ont totalisé 10,8 milliards de DH. Pour le management du Groupe OCP, « les résultats d’OCP ont connu une forte croissance en 2018 avec une amélioration significative des principaux indicateurs financiers, et ce en ligne avec la performance positive affichée tout au long de l’année. Grâce à notre programme d’investissements, lequel a contribué à la transformation d’OCP au cours des dix dernières années, nous continuons d’accroître notre productivité et notre excellence opérationnelle durable, tout en nous assurant une position de leader dans le secteur ».

Une conjoncture favorable qui a neutralisé la hausse des intrants

Au cours de l’année écoulée, la conjoncture a été favorable au Groupe avec « la hausse des prix des engrais phosphatés, combinées à un mix produits favorable et à une maîtrise de nos coûts ont contribué à améliorer notre profitabilité en 2018, et ce en dépit de la hausse des prix du soufre », indique la même source. Grâce à son agilité commerciale et à la diversification géographique des exportations, l’office a pu développer ses ventes. Cette performance a été servie par la croissance des segments de l’acide phosphorique et des engrais, se traduisant par une hausse des volumes et des prix sur ces produits, tandis que dans le segment de la roche, les indicateurs sont restés stables. Dans un communiqué, l’office chérifien a indiqué que « ces résultats positifs assoient la position du Groupe en tant que premier exportateur mondial d’engrais phosphatés, particulièrement en consolidant la position de leader d’OCP sur le marché de l’acide phosphorique et de la roche ». Analysées par segments, les ventes ont progressé de 20% pour les engrais (55% du chiffre d’affaires total) avec une croissance des exportations vers l’Amérique du Nord (24%), l’Amérique Latine (23%), l’Afrique (22%), l’Asie (16%) et l’Europe (15%). Les segments de la roche et de l’acide phosphorique (+39%) ont chacun représenté 18% du chiffre d’affaires total. Malgré la hausse des prix des matières premières, et grâce à son efficacité opérationnelle, le Groupe a réalisé une progression de sa marge brute de 18% à près de 37,18 milliards de DH contre 31,6 milliards de DH une année auparavant.

Un groupe flexible, agile et efficace à l’avenir prometteur

« Notre stratégie continue de porter ses résultats et nous évoluons progressivement vers une demande d’engrais de plus en plus adaptés aux besoins des sols et des cultures avec un focus sur l’innovation et une approche orientée vers le fermier », a mis en relief Mostafa Terrab, Président-Directeur Général.

Concernant l’évolution des agrégats au cours du dernier trimestre de l’année 2018, le Groupe indique que le chiffre d’affaires a atteint 14,8 milliards de DH contre 12,5 milliards de DH à la même période de l’exercice précédent, grâce à la croissance des ventes. La marge brute a atteint 9,3 milliards de DH contre 8 milliards de DH au quatrième trimestre 2017. L’EBITDA a été de 4,24 milliards de DH contre 2,62 milliards de DH une année auparavant, ce qui représente une évolution de +62%. La marge EBITDA a avoisiné les 29% contre 21% pour le quatrième trimestre 2017.

Fort de ces résultats, le Groupe OCP appréhende l’avenir avec sérénité, tout en gardant un œil sur ses concurrents, notamment chinois. Grâce à sa flexibilité industrielle, le Groupe a consolidé sa position de leader sur toute la chaîne de valeur. L’année 210 s’annonce placée sous le signe de la croissance continue de la demande et de la consommation, en raison d’une bonne saison agricole en Amérique du Nord et des bonnes conditions météorologiques en Europe, de la forte demande en Afrique et à la reprise des importations au Brésil. Concernant les intrants, l’augmentation de la capacité de production de l’ammoniac, la disponibilité du soufre sur les marchés, devraient se traduire par une baisse des cours en 2019. Pour ce qui est des engrais, l’équilibre entre l’offre et la demande devrait se maintenir en 2019, mais l’OCP devra avoir à l’œil l’évolution des exportations chinoises. A long terme, et fort de ses importantes réserves, de sa grande capacité de production, de sa flexibilité et de son leadership, le Groupe entend maintenir sa stratégie reposant sur des fondamentaux positifs.

10ème édition de l’Argus Africa Fertilizer : L’OCP au chevet de l’agriculture africaine

/

La stratégie africaine multidimensionnelle du Groupe OCP est entrain de révolutionner la vie de centaines de milliers d’agriculteurs africains. Une approche basée sur deux piliers principaux: la proximité et la technologie. Ainsi, pas moins de 221.000 fermiers du continent ont profité du savoir faire, du conseil et du soutien au financement et à la commercialisation, afin de tirer vers le haut la durabilité et le rendement de leur production. La 10ème édition de l’Argus Africa Fertilizer, a été l’occasion pour les principaux acteurs de l’agriculture africaine de mettre en avant les performances du groupe ainsi que de débattre des pistes de développement de l’agriculture africaine, surtout que le secteur fait vivre plus de 70% de la population active du continent.

Lire ici

1 2 3 5