Benchamach : Après le coup de boule, l’uppercut

Après avoir essuyé un humiliant coup de boule d’un influent député sahraoui, il y a à peine quelques semaines, Hakim Benchamach, a subi samedi soir un énième revers, un uppercut qui a mis définitivement à terre son leadership. Face à une démonstration de force de ses réfractaires qui n’ont jamais été aussi unis ni aussi déterminés, le secrétaire général du PAM a tout simplement fuit la réunion du Comité préparatoire du 4ème congrès du parti, quand il s’est rendu compte qu’il n’allait pas pouvoir placer son candidat à la tête de ce comité. Mais la politique de la chaise vide de Benchamach va accentuer son isolement, car Cheikh Biadillah n’arrêtera pas les travaux de la réunion et entérinera la nomination de Samir Koudar, ennemi juré du secrétaire général, à la tête du comité préparatoire, devant une salle enflammée complètement acquise au groupe «Appel de l’avenir».

Parmi les qualités indispensables d’un leader politique figure sa capacité à rassembler les différents courants de son parti autour d’un projet commun, tout en maniant l’art de la préparation et de l’organisation des évènements clés de sa formation politique. En douze mois à la tête du Parti Authenticité et Modernité, Hakim Benchamach a failli à garder l’unité du parti et a fait preuve de son incapacité d’imposer son leadership aussi bien au sein de son parti que sur l’ensemble du paysage politique national.

Enchaîné par un mystérieux pacte qui le lie avec l’ancien baron du parti, Larbi Mharchi, et diminué par les scandales à répétition sur son enrichissement personnel, Hakim Benchamach s’est embourbé dans des manoeuvres visant à faire taire les voix critiques en sein du PAM. Pire, il va se constituer un ennemi de taille, Ahmed Akhchichine, Président de la région Marrakech-Safi et l’un des fondateur du parti. Benchamach déclarera publiquement la guerre à ce dernier, quand il va tenter d’exclure du parti l’ensemble de ses lieutenants. Plus puissant et plus influent, l’ancien ministre va réussir, quelques semaine après cette manoeuvre, à se faire élire secrétaire-général adjoint du parti.

Ahmed Akhchichine, Mohamed El Hammouti, Fatima Zahra El Mansouri, Samir Koudar, Salaheddine Aboulghali, Mehdi Bensaid et Najoua Koukous les tombeurs de Benchamach/El Mharchi

Hakim Benchamach et Ahmed Akhchichine, respectivement Secrétaire et Secrétaire adjoint du PAM

A l’approche du 4ème congrès du PAM qui désignera celui ou celle qui livrera la bataille électorale de 2021, le PAM est en proie à des affrontements de plus en plus violents à chaque réunion de ses instances. Une escalade qui a poussé cinq membres parmi les fondateurs du Parti à lancer, le 21 avril dernier, «l’appel à la responsabilité». Hassan Benaddi, Mohamed Cheikh Biadillah, Mostafa Bakkoury, Ali Belhaj et Mohamed Benhammou se sont inquiétés de l’aggravation de la situation qui met en danger l’avenir du parti et ont appelé à sortir le PAM de «la crise dans laquelle il se débat».

Un appel qui va faire réagir d’autres membres qui militent pour l’ouverture du parti sur une nouvelle génération dirigeante. Fatima Zahra El Mansouri, présidente du Conseil national du parti, va ainsi signer et diffuser avec 12 de ses collègues « l’Appel de l’avenir », invitant le PAM à s’investir davantage dans des méthodes civilisées et démocratiques pour remédier à sa crise interne et continuer de contribuer efficacement à l’édification de la nation. Les signataires de cet appel réclament également à faire de la gestion régionale du parti un choix stratégique.

La réunion du samedi dernier, pour l’élection du président du Comité préparatoire du 4ème congrès du parti a été l’occasion pour le courant réformateur du PAM, représenté entre autres par les signataires de « l’Appel de l’avenir », de faire une démonstration de force malgré un «inzale» préparé en coulisses par Larbi Mharchi, qui n’est autre que le véritable secrétaire général du parti, vu l’ascendant qu’il a sur Benchamach.

Au moment des présentations des deux candidats pour diriger le comité préparatoire, à savoir Mohamed Benhammou et Samir Koudar, Hakim Benchamach a été déconcerté par le plebiscite unanime de la salle pour la candidature de Koudar. Un scénario auquel le couple Benchamach / Mharchi ne s’y était pas préparé. Piqués au vifs, ils vont choisir la fuite en avant en quittant la réunion, espérant d’annuler le processus de désignation du comité préparatoire. Sauf, que Cheikh Biadillah, décidera autrement et officialisera la victoire de Samir Koudar.

Hakim Benchamach va immédiatement diffuser un communiqué où il déclare nulle cette élection pour vice de forme. Le courant d’Akhchichine va à son tour publier un communiqué contradictoire où il déclare Samir Koudar président du comité préparatoire du 4ème congrès du parti et donne sa version des faits quant à la réaction irresponsable de Hakim Benchamach.

Une vidéo montrant la joie des amis de Samir Koudar suite à sa nomination, scandant l’hymne «PAM parti de la révolution contre l’obscurantisme», a fait le tour des réseaux sociaux, annonçant la couleur pour le prochain congrès prévu entre juillet et septembre prochains.

Nawfal Laarabi

Nawfal Laarabi

Intelligence analyst at UBERAL Public Affairs
Social media strategist / Intelligence analyst. 20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisation dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.
Nawfal Laarabi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Câbles

Allez en Haut de la page
33 Shares
Share via