fbpx
/

Après avoir accepté de laisser l’Ukraine exporter des céréales, la Russie met le port d’Odessa à feu et à sang

Start

L’encre de l’accord permettant à l’Ukraine de reprendre ses exportations de céréales par voie maritime venait à peine de sécher lorsque des missiles russes ont frappé le plus grand port d’Ukraine, Odessa, tôt le 23 juillet. Les Russes ont lancé quatre missiles de croisière «Kalibr» contre le port, a déclaré un responsable local. Deux d’entre eux ont touché le port, tandis que les défenses ukrainiennes ont intercepté les deux autres.

Des débris de verre jonchaient certaines rues près du front de mer d’Odessa, et on pouvait voir des équipes de secours tenter d’éteindre un incendie à l’intérieur du port. Un jeune homme qui a assisté aux frappes depuis son balcon a déclaré que les missiles venaient de la mer. Vladimir Poutine a «craché au visage» du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et du président turc, Recep Erdogan, a déclaré Oleg Nikolenko, porte-parole du ministère ukrainien des affaires étrangères.

La veille, Guterres et Erdogan s’étaient serrés la main à Istanbul pour sceller un accord visant à rouvrir les ports ukrainiens pour l’exportation de céréales vers un monde affamé. Alors que les prix mondiaux du blé ont chuté de plus de 6 %, revenant aux niveaux d’avant-guerre, Guterres a salué l’accord comme «un phare sur la mer Noire». L’accord ne favorise pas l’un ou l’autre camp, a-t-il insisté, mais le monde entier.

 

L’Ukraine est l’un des plus importants exportateurs de blé, d’orge, de maïs et d’huile de tournesol au monde. Mais elle n’a pas été en mesure d’expédier la plupart de ses récoltes depuis le début de la guerre en février. La Russie s’est emparée des ports ukrainiens de la mer d’Azov et a bloqué ceux de la mer Noire. Alors que l’Ukraine a miné ses propres eaux pour empêcher une invasion amphibie.

Selon l’ONU, 828 millions de personnes ont souffert de la faim en 2021 et 50 millions de personnes dans 45 pays sont au bord de la famine. Le reste du monde, aux prises avec une inflation élevée, espère un soulagement de la crise du la cherté de la vie.

La flèche indique la direction générale du trajet des livraisons de céréales ; elle ne représente pas un itinéraire exact.

À Istanbul, les envoyés des parties belligérantes – Sergei Shoigu, ministre russe de la défense, et Oleksandr Kubrakov, ministre ukrainien des infrastructures – se sont assis aussi loin que possible les uns des autres à une longue table, séparés par Guterres et Erdogan. Ils n’ont pas signé d’accord entre eux, mais plutôt des accords séparés avec les Nations unies. Outre l’autorisation d’expédier des denrées alimentaires depuis Odessa et deux autres ports, l’ONU affirme que l’accord facilitera également l’exportation d’engrais russes.

L’accord prévoit la création d’un «centre de coordination conjoint» à Istanbul, dont le personnel sera composé des belligérants ainsi que de la Turquie et de l’ONU. Il supervisera le passage des cargos à l’entrée et à la sortie des ports ukrainiens et les inspectera pour s’assurer qu’ils ne transportent pas de «cargaisons non autorisées» (c’est-à-dire des armes). Aucun représentant russe ne sera autorisé à entrer dans les ports ukrainiens, comme cela avait été envisagé à un moment donné. Et l’Ukraine a insisté sur le fait que les navires de guerre russes ne seraient pas autorisés à escorter les cargos.

Toutefois, des pilotes ukrainiens guideront les navires dans les eaux ukrainiennes. Les inspections des navires de transport seront effectuées dans les ports turcs. «En cas de provocations, une réponse militaire immédiate», a tweeté Mykhailo Podolyak, un conseiller du président ukrainien, Volodymyr Zelensky. L’accord est valable pour des périodes renouvelables de 120 jours.

Mais il présente de grandes lacunes. Le tracé du «corridor humanitaire maritime» n’a pas encore été fixé, pas plus que la distance minimale que les navires, avions ou drones militaires seraient tenus de respecter. On ne sait pas qui se chargerait du déminage nécessaire pour ouvrir un passage maritime vers l’Ukraine. Les Nations unies admettent qu’elles n’ont aucun moyen de faire respecter la loi.

La crise alimentaire n’est pas terminée

L’attaque d’Odessa semble violer l’engagement pris par la Russie de ne pas attaquer « les navires marchands et autres navires civils et les installations portuaires ». Même si l’accord survit aux frappes de missiles, rien n’indique qu’il débouchera sur un accord de paix plus large. Il a peut-être été rendu possible en partie par le récent changement de l’équilibre des forces navales à la suite de plusieurs événements : l’expulsion, le mois dernier, des forces russes de l’île de Snake, le naufrage du Moskva, navire amiral de la Russie en mer Noire, et le renforcement des défenses côtières ukrainiennes grâce à la livraison de missiles occidentaux.

Avec l’aide de l’Occident, l’Ukraine tente de développer d’autres voies d’exportation vers l’Europe occidentale par le Danube, le rail et la route. Mais la capacité limitée de ces routes ne peut pas compenser les ports de la mer Noire. L’Ukraine n’exporte qu’environ 2 millions de tonnes de céréales par mois, contre 5 à 6 millions par mois avant la guerre. Pire encore, les silos qui n’ont pas été détruits pendant la guerre sont à moitié remplis. Alors que l’on s’attend à ce qu’environ 60 millions de tonnes de céréales soient récoltées cette année, l’Ukraine manque de stockage pour environ 15 à 18 millions de tonnes de céréales. Si les récoltes ne peuvent être expédiées rapidement, une grande partie sera laissée à l’abandon.

L’accord d’Istanbul permettrait aux agriculteurs ukrainiens de vendre une plus grande partie de leur production et de gagner ainsi plus d’argent pour acheter des semences et des engrais pour les semis de la saison prochaine. Deux autres facteurs contribuent à faire baisser les prix mondiaux. Le premier est que la récolte dans l’hémisphère nord se déroule bien ; la Russie devrait rentrer une récolte de blé record d’environ 90 millions de tonnes. Le second est la force du dollar, qui rend les produits de base libellés en dollars plus chers pour de nombreux acheteurs et incite les agriculteurs à mettre une plus grande partie de leur récolte sur le marché.

Malgré tout, la crise alimentaire n’est pas terminée. Les prix des céréales ont certes baissé d’un tiers par rapport à leur pic du début de l’année, mais ils sont 40 % plus élevés qu’en janvier 2020. Le carburant, les engrais et les autres intrants restent chers. Et une longue guerre se profile : les combats pourraient se prolonger jusqu’en 2023. Cela soulève la question de savoir si l’accord peut vraiment tenir, et quelle quantité de nourriture l’Ukraine peut produire.

Il est difficile de savoir quand (et, à ce stade, si) les exportations de céréales reprendront. Il faudra probablement attendre un à deux mois avant que les premiers navires – qui devraient être ceux bloqués dans les ports ukrainiens depuis le début de la guerre – puissent prendre la mer. L’entrée de nouveaux navires dans les ports prendra plus de temps, car il faudra mettre en place le mécanisme de surveillance, trouver des armateurs et des équipages volontaires et négocier les assurances nécessaires.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.