Notes/Rédaction

Il y a 39 ans, le Shah d’Iran quittait son pays

Au déclenchement de la Révolution iranienne, une forte opposition s’est organisée dans le pays. Une opposition frontale au Shah d’Iran. Menée au tout début par un front laïque et démocratique, sous l’égide de notables et d’intellectuels libéraux urbains, de l’extrême gauche urbaine et du parti communiste iranien, rapidement des étudiants religieux suivis des dignitaires de la ville de Qom prennent le dessus et récupèrent la contestation sociale.

Croyant jusqu’au bout au soutien inconditionnel des Etats-Unis d’Amérique, notamment suite aux assurances expresses de Zbigniew Brzezinski, puissant Conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter, le Shah d’Iran mate dans le sang la révolte populaire en donnant carte blanche au Savak, ses services de renseignement intérieur, pour réprimer violemment la contestation de son peuple. L’empereur ignorait qu’il signait par là la fin de son règne.

La position géostratégique majeure et sensible de l’Iran faisait de ce pays un acteur central de la politique des Etats-Unis dans la région. Sauf ce que semblait oublier le Shah d’Iran c’est que c’est son pays qui était important aux yeux de Washington et non son régime.

La fronde allant crescendo, et malgré l’introduction de la loi martiale signée par l’empereur lui-même permettant aux militaires d’utiliser les armes lourdes, les manifestants ne se comptent plus en dizaines ou centaines de milliers, mais sont désormais des millions dans la rue.

Si le Savak n’hésitait pas à répondre aveuglément aux ordres du Shah faisant des milliers de victimes, des dissensions commençaient à apparaître au sein de l’armée. C’est à ce moment-là que les capitales étrangères, occidentales notamment, décidaient de prendre du recul par rapport à un régime en place de plus en plus fragile et discrédité.

Entre-temps, la France préparait une alternative au régime des Pahlavi. Depuis plusieurs mois, Paris accueillait et encadrait l’Ayatollah Khomeiny en tant que pièce de rechange à une monarchie iranienne qui vivait ses dernières heures.

Le 16 janvier 1979, le Shah d’Iran accompagné de son épouse l’impératrice Farah Diba, se voit contraint de quitter le pouvoir et le pays. Egypte, Maroc, Etats-Unis, Bahamas, Panama, Mexique, il se cherche un lieu d’exil où finir ses jours en paix. Hospitalisé au Texas pour un cancer, le Shah d’Iran fait face à distance, et dans le désespoir, à une énième fronde de son peuple. En effet, à cause de sa présence en territoire américain, l’ambassade américaine de Téhéran est assaillie et son personnel pris en otage. Le nouveau pouvoir en place en Iran, qui désire juger Reza Pahlavi, réclame son extradition. Le Shah est contraint de quitter les Etats-Unis. Le président égyptien, Anouar Sadate, dans un élan humanitaire sans précédent, reçoit de nouveau l’empereur déchu en Egypte. Il y mourra quelque temps après, sans jamais avoir remis les pieds sur sa terre natale.

Christopher Ross s’oppose aux thèses séparatistes

Des sources concordantes  ont indiqué à #LE1 que l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies, Christopher Ross, aurait informé l’Algérie et la direction du Polisario de l’impossibilité d’aller dans la voie de l’indépendance du Sahara ou la création d’un Etat dans la région. Une position qui conforte le Maroc dans sa proposition qui est… Lire ici

L’architecte du Grand théâtre de Rabat Zaha Hadid est décédée

L’Architecte du Grand théâtre de Rabat, Zaha Hadid, est décédée aujourd’hui à l’age de 65 ans suite à une crise cardiaque dans un hôpital de Miami, où elle a été traitée pour une bronchite. D’origine irakienne, Zaha Hadid, figure majeure de l’architecture, a été la première femme à avoir remporté le prix Pritzker – le « Nobel… Lire ici

Narendra Modi en visite officielle en Arabie saoudite

Huit mois après sa visite aux Émirats arabes unis, le premier ministre indien Narendra Modi (*) se rendra les 2 et 3 avril en Arabie saoudite. Une visite qui démontre de l’importance stratégique que representent l’Arabie saoudite et le proche orient pour la peninsule indienne aussi bien sur le plan économique – l’Arabie saoudite est le principal… Lire ici

L’esprit d’une marche transgénérationnelle pour la Légalité

Le 16 octobre 1975, la Cour internationale de justice de La Haye rendait un avis consultatif sur le droit applicable dans l’affaire du Sahara. Elle a précisé dans ses attendus  que le territoire occupé par l’Espagne ne pouvait être considéré comme terra nullius, estimant que Seguia el-Hamra et le Rio de Oro étaient habités par… Lire ici

Mohamed Hassad reçoit les insignes de la Grande Croix du Mérite

Lors de sa visite à la Direction Générale de la Garde Civile, le ministre de l’Intérieur, M. Mohamed Hassad a reçu les insignes de la Grande Croix du Mérite, la plus haute décoration espagnole de l’Ordre de Mérite Civil. L’attribution de cette décoration est approuvée par le Conseil des ministres et fait l’objet d’un décret… Lire ici

Le Maroc et l’Espagne renforcent leur coopération dans la lutte contre le terrorisme

Dans un communiqué conjoint publié à la suite de la visite à Madrid de Messieurs Mohamed Hassad Ministre de l’Intérieur et Abdellatif Hammouchi Directeur Général de la Direction Générale de la Sureté Nationale et de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire, les Royaumes du Maroc et d’Espagne ont décidé de renforcer leur coopération dans… Lire ici

Allez en Haut de la page