Notes/Rédaction

Il y a 39 ans, le Shah d’Iran quittait son pays

Au déclenchement de la Révolution iranienne, une forte opposition s’est organisée dans le pays. Une opposition frontale au Shah d’Iran. Menée au tout début par un front laïque et démocratique, sous l’égide de notables et d’intellectuels libéraux urbains, de l’extrême gauche urbaine et du parti communiste iranien, rapidement des étudiants religieux suivis des dignitaires de la ville de Qom prennent le dessus et récupèrent la contestation sociale.

Croyant jusqu’au bout au soutien inconditionnel des Etats-Unis d’Amérique, notamment suite aux assurances expresses de Zbigniew Brzezinski, puissant Conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter, le Shah d’Iran mate dans le sang la révolte populaire en donnant carte blanche au Savak, ses services de renseignement intérieur, pour réprimer violemment la contestation de son peuple. L’empereur ignorait qu’il signait par là la fin de son règne.

La position géostratégique majeure et sensible de l’Iran faisait de ce pays un acteur central de la politique des Etats-Unis dans la région. Sauf ce que semblait oublier le Shah d’Iran c’est que c’est son pays qui était important aux yeux de Washington et non son régime.

La fronde allant crescendo, et malgré l’introduction de la loi martiale signée par l’empereur lui-même permettant aux militaires d’utiliser les armes lourdes, les manifestants ne se comptent plus en dizaines ou centaines de milliers, mais sont désormais des millions dans la rue.

Si le Savak n’hésitait pas à répondre aveuglément aux ordres du Shah faisant des milliers de victimes, des dissensions commençaient à apparaître au sein de l’armée. C’est à ce moment-là que les capitales étrangères, occidentales notamment, décidaient de prendre du recul par rapport à un régime en place de plus en plus fragile et discrédité.

Entre-temps, la France préparait une alternative au régime des Pahlavi. Depuis plusieurs mois, Paris accueillait et encadrait l’Ayatollah Khomeiny en tant que pièce de rechange à une monarchie iranienne qui vivait ses dernières heures.

Le 16 janvier 1979, le Shah d’Iran accompagné de son épouse l’impératrice Farah Diba, se voit contraint de quitter le pouvoir et le pays. Egypte, Maroc, Etats-Unis, Bahamas, Panama, Mexique, il se cherche un lieu d’exil où finir ses jours en paix. Hospitalisé au Texas pour un cancer, le Shah d’Iran fait face à distance, et dans le désespoir, à une énième fronde de son peuple. En effet, à cause de sa présence en territoire américain, l’ambassade américaine de Téhéran est assaillie et son personnel pris en otage. Le nouveau pouvoir en place en Iran, qui désire juger Reza Pahlavi, réclame son extradition. Le Shah est contraint de quitter les Etats-Unis. Le président égyptien, Anouar Sadate, dans un élan humanitaire sans précédent, reçoit de nouveau l’empereur déchu en Egypte. Il y mourra quelque temps après, sans jamais avoir remis les pieds sur sa terre natale.

L’Iran membre de l’EAEU ?

L’Iran a annoncé sa volonté d’intégrer, en 2018, l’Eurasian Economic Union, un marché commun de libre-échange entre les principales économies de l’Eurasie, piloté par la Russie. L’annonce, si elle se concrétisait aurait des retombées géopolitiques non négligeables : l’appartenance de Téhéran à l’EAEU serait un coup dur pour la stratégie de sanctions conduite par Washington… Lire ici

African Entrepreneurship Award, «l’Union Africaine de l’Entrepreneuriat»

Sous l’impulsion personnelle de Othman Benjelloun et sa présence effective, et la participation de plusieurs chefs de missions diplomatiques africaines accrédités au Maroc, s’est tenue le lundi 11 décembre 2017, au siège de BMCE Bank of Africa à Casablanca, la cérémonie de remise des Prix de l’African Entrepreneurship Award. Lancé en 2014 à l’occasion du… Lire ici

#OnePlanetSummit le selfie de clôture d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a clôturé le #OnePlanetSummit par un selfie avec Arnold Schwarzenegger, Charles Michel, le premier ministre belge, ainsi que les 180 jeunes et enfants qui ont été conviés à l’événement.   Cet événement a vu la participation très remarquée du Roi Mohammed VI ainsi que du Prince Héritier Moulay El Hassan, reçus chaleureusement à… Lire ici

#LE1Facts – Hassan Il : L’Islam, cette “Cité Idéale”

S’adressant à la Conférence islamique des ministres des Affaires étrangères réunie en sa 10e session à Fès au mois de mai 1979, le défunt Roi Hassan II a appelé les délégués ministériels représentant les 57 pays musulmans qui forment l’OCI, à être à la hauteur des valeurs et des principes voulus par l’Islam et ne… Lire ici

L’exercice naval OXIDE à La Réunion, l’Amiral Christophe Prazuck à Rabat

Habituellement à prédominance maritime, l’exercice naval Oxide a, cette année, renforcé sa dimension interarmées. La France et l’Afrique du Sud ont engagé des moyens de l’armée de l’air, de l’armée de terre -parachutistes du 2e régiment de parachutistes d’infanterie de marine- aux côtés d’imposants moyens maritimes. L’Amiral Christophe Prazuck, patron de la Marine française, qui… Lire ici

Kaïss Benyahia refait surface

Après une longue traversée du désert où il a complètement disparu des radars, Kaïss Benyahia est revenu au devant de la scène. L’ancien homme fort de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité a présidé, ce mardi à Fès, la commission royale qui a procédé à la remise de dons royaux aux chorfas des mausolées… Lire ici

Mohammed VI prend part au Sommet mondial sur le climat «One Planet Summit»

Le Roi Mohammed VI, accompagné du prince héritier Moulay El Hassan a pris part, mardi, au Palais de l’Elysée, au déjeuner offert par le président français, Emmanuel Macron, en l’honneur des chefs d’Etat et de délégation qui participent au Sommet mondial sur le climat «One Planet Summit», qui se tient à Paris. Emmanuel Macron, Jim… Lire ici

Allez en Haut de la page