Les vérités du Prince Charles qui secouent les capitales occidentales et jusqu’en Israël

Une lettre de l’héritier du trône britannique, le prince Charles, écrite en 1986 et adressée à un explorateur sud-africain, suscite une vive polémique en Grande-Bretagne, dans les capitales occidentales et en Israël. Dans sa lettre, le prince dénonce le « lobby juif » et traite les juifs en Israël d’ «étrangers» ayant causé des problèmes au Moyen-Orient.


C’est le très influent journal The Daily Mail qui vient en effet de révéler une lettre datant de 1986 et écrite par le prince Charles. Dans la lettre destinée à l’explorateur Afrikaner Laurens van der Post, le prince Charles se plaint de la présence des «juifs étrangers» au Moyen-Orient qui, selon lui, provoquent des agitations dans la région.

The Daily Mail cite une partie de la lettre du prince dans laquelle ce dernier faisait savoir à Laurens van der Post que l’exode des juifs Européens au Moyen-Orient a «provoqué de grands problèmes» dans cette partie du monde. Dans sa lettre, le prince Charles avait ajouté que le terrorisme qui gangrène le Moyen-Orient ne prendra fin que lorsque ses causes seront éliminées.

Le prince Charles blâme les «Juifs étrangers» pour la tourmente du Moyen-Orient

En Occident et en Israël c’est l’utilisation de l’expression “lobby juif” qui fait vraiment polémique.

En écrivant à son ami Laurens van der Post, le prince a soutenu que l’exode des juifs européens au milieu du siècle dernier «a contribué à causer les grands problèmes» au Moyen-Orient.

“Je comprends maintenant que les Arabes et les Juifs étaient tous des Sémites à l’origine et c’est l’afflux de Juifs européens étrangers (surtout de Pologne, disent-ils) qui a contribué à causer les grands problèmes”, écrit le Prince dans une lettre publiée par le Daily Mail.

“Je sais qu’il y a tellement de problèmes complexes, mais comment peut-on jamais mettre fin au terrorisme à moins que les causes ne soient éliminées?”, a-t-il ajouté.

“Certainement, un président américain doit avoir le courage de se lever et d’assumer le lobby juif aux Etats-Unis? Je dois être naïf, je suppose!

La lettre, datée du 24 novembre 1986, a été écrite à la suite d’une visite officielle du prince, âgé alors de 38 ans, en Arabie saoudite, au Bahreïn et au Qatar accompagné de la défunte princesse Diana.

Le prince de Galles a aussi écrit notamment dans sa lettre que la tournée était «fascinante» et qu’il avait beaucoup appris sur le Moyen-Orient et les attentes des pays arabes.

“J’ai essayé de lire un bout de Coran, et cela m’a donné un aperçu de la façon dont les Arabes pensent et opèrent”.

Face à la polémique, un porte-parole de Clarence House a déclaré dans un communiqué que les opinions exprimées dans la lettre de 1986 n’étaient «pas les propres opinions du prince», mais reflétaient plutôt les opinions de ceux qu’il rencontrait lors de ses voyages.

En Grande-Bretagne, le prince Charles n’est pas le premier à utiliser le terme “lobby juif”. Le politicien Nigel Farage a vivement été critiqué pour avoir affirmé qu’il existait un “puissant lobby juif” aux Etats-Unis.

En 2006, l’ancien chef des eurodéputés libéraux démocrates, Chris Davies, a été contraint de démissionner à cause de son utilisation du terme.

Le rédacteur en chef du Jewish Chronicle, Stephen Pollard, a qualifié les commentaires du Prince de Galles de «choquants » dans un article sur Twitter.

Il a dit que l’utilisation par le Prince du terme de “lobby juif” était la plus étonnante :Que ces commentaires proviennent de l’héritier du trône est troublant, c’est le moins qu’on puisse dire”, a ajouté Stephen Pollard.

Le prince Charles est connu pour avoir entretenu une relation relativement solide avec les communautés juives et arabes britanniques dans le passé.

Le prince, parrain du Centre d’études islamiques d’Oxford, est un ami des musulmans, et considéré comme la grande figure du monde occidental qui a une excellente réputation dans le monde musulman.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Géopolitique

Allez en Haut de la page