Le Qatar ferme ses usines d’hélium, Air Liquide premier impacté

Le Qatar, deuxième producteur d’hélium au monde, a décidé, ce mardi, de fermer ses deux usines de ce gaz rare et noble en raison du blocus économique qui lui a été imposé par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et l’Egypte.

Les usines d’hélium exploitées par RasGas, une filiale du Qatar Petroleum, appartenant à l’État, ont été fermées en raison de la fermeture des frontières par l’Arabie Saoudite, bloquant ainsi les exportations terrestres du gaz, a déclaré un responsable de Qatar Petroleum à Reuters.

En 2013, le Qatar avait mis en service, en partenariat avec le français Air Liquide, la plus grande unité de purification et de liquéfaction d’hélium du monde, basée dans la zone industrielle de Ras Laffan. Cette deuxième unité a porté la capacité de production annuelle du pays à d’environ 2 milliards de mètre cubes d’hélium liquide et peuvent répondre à environ 32% de la demande mondiale totale de gaz, selon le site web de RasGas.

Avec le projet «Helium 2» lancé en mai 2010, second projet d’hélium mené au pays, le Qatar avait pour objectif de garantir une plus grande stabilité du marché de l’hélium qui fait face à une demande mondiale accrue.

L’hélium joue un rôle essentiel dans un grand nombre d’applications : l’imagerie par résonance magnétique (IRM), les semi-conducteurs, les câbles en fibre optique, l’exploration spatiale, la recherche scientifique, la production d’airbags et la plongée sous-marine professionnelle.

Air Liquide et le japonais Iwatani les plus impactés

Cette décision d’arrêt des deux usines du pays, les spécialistes du secteur prévoient une forte instabilité des marchés mondiaux de l’hélium qui connaîtront inévitablement une pénurie temporaire d’approvisionnement si le blocus n’est pas levé très rapidement. Parmi les premiers touchés par cette crise figurent le français Air Liquide et le japonais Iwatani.

En effet, en investissant massivement dans le projet He2 qatari, avec des unités de productions livrées clés-en main et en signant une contrat à long terme d’acquisition de 50% de la production de l’hélium du Qatar, le français Air Liquide semble être le plus impacté par cette crise majeure.

Par ailleurs, la compagnie Iwatani, cotée au Nikkei, qui détient 50% de part de marché de l’hélium au Japon, a vu ses approvisionnements du Qatar stoppés net. Le fournisseur de gaz industriel japonais affirme qu’il dispose d’un mois de stock de sécurité. L’hélium extrait au Qatar est transporté sous forme liquide par l’Arabie saoudite pour atteindre un port dans les Émirats arabes unis, où le gaz est expédié au Japon. Mais le blocus imposé au Qatar par ces deux pays empêche Iwatani d’utiliser cette voie d’approvisionnement.

Le Japon avait l’habitude de se procurer plus de 90% de son hélium des États-Unis jusqu’à ce que les stocks commencent à diminuer vers 2010. Année à partir de laquelle Iwatani a commencé à importer davantage du Qatar avant d’investir dans des concessions en 2013 pour arriver à produire plus de 8 millions de m3 d’hélium dans le pays.

LE1

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Câbles

Allez en Haut de la page