L'intelligence de l'information

 

Le Président du Parlement de la CEDEAO plaide pour l’adhésion du Maroc

Le Maroc a été invité à prendre part à la plénière de la première session ordinaire de l’année 2018 du parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest qui se déroule du 10 au 30 mai courant dans la capitale nigériane Abuja. Le royaume est représenté par les deux vices présidents de la Chambre des représentants, Amina Maelainine et Rachid El Abdi. La candidature du Maroc à cet ensemble régional fera partie des délibérations des parlementaires de la sous-région.

C’est le Président du Parlement de la CEDEAO, Moustapha Cissé Lô, qui a fait cette révélation jeudi en aparté avec des journalistes. Il a noté que cette démarche approfondirait l’intégration du continent africain.

Cependant, le vice-président du Parlement de la CEDEAO, Yusuf Lasun, citant des considérations économiques, a déclaré que le Nigeria restait fidèle à sa position antérieure sur la question.

Alors que la CEDEAO est composée de 15 pays d’Afrique de l’Ouest, aucun ne partage ses frontières avec le Maroc, un pays d’Afrique du Nord.

S’adressant aux journalistes, sur la présence des invités marocains lors de la session d’ouverture, Cissé Lo, qui a noté que la pratique était une partie habituelle de la diplomatie parlementaire, a cependant souligné que le développement serait bénéfique pour tous. «Je ne suis pas d’accord sur le fait que nous ne devrions pas impliquer le Maroc dans ce que nous faisons parce que certaines personnes disent qu’elles sont très en avance. Je suis d’avis que nous devrions coopérer avec eux, parce que nous allons tous y gagner», a déclaré Cissé Lo.

Selon lui, il y a eu une collaboration de haut niveau entre la CEDEAO et le Maroc, ajoutant qu’un mémorandum d’entente sur le renforcement des capacités pour les parlementaires a été récemment signé par les deux parties.

«La diplomatie parlementaire fait partie de notre mission. C’est la raison pour laquelle nous discutons avec des pays extérieurs à la CEDEAO. Nous voulons que l’Afrique soit unie et prospère et vous ne pouvez que travailler avec les pays voisins et les autres. C’est le cas du Maroc», a-t-il déclaré. Il a ajouté que, sur invitation du royaume, la direction du Parlement de la CEDEAO s’est rendue au Maroc l’année dernière.

«Nous espérons discuter de la question, c’est à notre ordre du jour et nous en discuterons à la tribune», a-t-il précisé.

Sur la question de la signature de la Zone de libre-échange continentale africaine, il a félicité la plupart des dirigeants africains pour avoir ajouté leur signature, notant que cela faciliterait la réalisation du projet africain.

Tout en respectant la souveraineté des États membres du bloc régional, il a toutefois déclaré qu’il attendait avec impatience une situation où l’Afrique parlerait d’une seule voix sur les questions.

Répondant à la présence du Maroc en séance plénière, Yusuf Lasun a toutefois exprimé sa préoccupation quant aux implications économiques de l’adhésion du Maroc. Il a dit que «tout gouvernement qui refuse de penser à l’aspect économique de la vie, ce pays est condamné.»

«Le Maroc observe toujours le statut d’observateur et ne fait pas encore partie de la CEDEAO. Comme lors du dernier rapport, l’Autorité des Chefs de Gouvernement de la CEDEAO a mis en place une commission chargée d’examiner l’éventuelle inclusion du Maroc dans la CEDEAO (…) Donc, ils ne font pas partie, ils observent seulement, et bien sûr c’est fait comme ça partout dans le monde. Nous allons tous à d’autres unions parlementaires en tant qu’observateurs», a déclaré Lasun.

Répondant à la question de savoir si le Maroc est susceptible d’être accepté dans la CEDEAO, il a déclaré: «il faudra probablement beaucoup de temps avant qu’un tel exploit puisse être accompli.»

Auparavant, le président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Brou, a assuré le Parlement de son soutien indéfectible pour faire avancer le processus d’intégration régionale.

Il a affirmé qu’il allait, dans les prochains jours, présenter au Parlement le statut de la communauté.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Afrique

Facebook
Allez en Haut de la page