Le président catalan appelle à la suspension du processus d’indépendance et réclame un mandat pour annoncer la république de Catalogne

Dans son allocution devant le parlement catalan, le président Carles Puigdemont, a annoncé que son gouvernement avait fait un geste de générosité et tendait la main à Madrid pour un dialogue ouvert. Pour lui, il y a un avant et un après 1er octobre, en référence au référendum d’autodétermination. C’est ainsi qu’il a demandé aux catalans de lui conférer un nouveau mandat pour déclarer la République de Catalogne. Un appel certain à des élections anticipées pour une plus grande majorité, plus forte et plus légitime.

Plus d’une semaine après le référendum sur l’autodétermination de la Catalogne qui s’est tenu le 1er octobre 2017, le président de la Generalitat -gouvernement autonome- Carles Puigdemont, s’exprime en ce moment devant le Parlement régional.

Après avoir expliqué qu’il a écouté toutes les parties, il expose les raisons ainsi que les tenants et aboutissants de la tenue du référendum d’autodétermination dans des conditions très difficiles, tout en dénonçant les représailles des autorités centrales de Madrid.

Selon lui, malgré la pression sans précédent du gouvernement fédéral, les votants ont participé massivement au scrutin. Il les a remerciés au passage pour leur mobilisation et leur engagement.

Carles Puigdemont explique que la Catalogne a joué un rôle fondamental dans la construction démocratique du pays depuis la fin du franquisme, mais que ce maillon de l’histoire représente un début à la chaîne démocratique et non un aboutissement.

S’exprimant en langue catalane, Carles Puigdemont assure que les catalans ont respecté tout le processus démocratique et qu’aujourd’hui la Catalogne veut, en toute légitimité, changer le statut d’autonomie, vers plus de liberté. Et le seul moyen d’y arriver est que la Catalogne soit un État indépendant. En toute liberté et par les moyens pacifiques. Il regrette que Madrid ait choisi la réponse policière alors que la volonté de négocier était maintenue jusqu’à la dernière minute, laquelle s’est vu opposer une fin de non-recevoir.

Dans l’absence d’un interlocuteur à Madrid, et que la monarchie s’est éloignée de son rôle de modérateur, nous voulons juste avoir notre mot à dire dit le président de la Catalogne. Si la Constitution est un cadre démocratique, le référendum est l’expression suprême de la démocratie explique Carles Puigdemont : “nous ne voulons pas de coup d’Etat” mais de l’indépendance de la Catalogne.

Solennellement, le gouvernement et moi-même, demandons au parlement de tenir compte des résultats du référendum selon la volonté du peuple catalan.

Par responsabilité, nous nous sommes donnés le temps d’écouter les Espagnols. Aux opérateurs économiques, et aux médias nous leur demandons d’écouter le peuple catalan.

Pour l’intérêt de tous, je demande que le Parlement suspend le processus de la déclaration d’indépendance et qu’on initie un dialogue national et international.

Abdellah EL Hattach

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Latest from Europe

Go to Top
%d bloggers like this: