Le pouvoir “humanise” Moulay Hafid Elalamy

Annoncée comme le point d’orgue de la conférence internationale Africa Convergence, organisée par La Tribune Afrique, la conversation intime à laquelle s’est prêtée Moulay Hafid Elalamy en clôture de la conférence, a dévoilé le côté “humain“ du ministre réputé pour être un redoutable homme d’affaires sans états d’âmes. Une réelle confession ou un coup de com’ réussi ?

C’est dans une mise en scène à la GAFA, pensée et exécutée de manière chronométrée par Abdelmalek Alaoui maître de cérémonie et organisateur en chef de Africa Convergence, que le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a surgi de l’espace VIP vers une scène spécialement aménagée pour accueillir la discussion qui allait fermer le rideau d’une riche journée d’échange et de débat organisée sous le thème « les Nouveaux champions du Sud ».

L’idée était de ne pas s’adresser au ministre ou à l’homme d’affaires mais à l’homme tout court. Et c’est le directeur éditorial d’Africa News, François Chignac, qui a été chargé de diriger cette conversation intimiste avec le loup de la finance marocaine, devant une salle comble où étaient réunis, en plus du gotha de la place, plusieurs de ses collaborateurs, du secteur privé s’entend et non du ministère.

Storytelling: Orphelin responsable, nostalgique de la mixité sociale, amoureux du luth, oui MHE avait et a une vie en dehors d’AGMA, Saham et Colina

Les marqueurs médiatiques de Moulay Hafid Elalamy les plus partagés chez l’opinion publique ont été davantage forgés par ses opérations de rachats et ses entrées fracassantes dans des secteurs comme l’assurance et la santé, que par les détails de sa vie personnelle. Cette conversation inédite était l’occasion pour François Chignac de tenter d’emmener le “sujet” à développer un storytelling, afin humaniser et adoucir la marque MHE.

La trame de la conversation a eu un premier point d’ancrage, Marrakech, la ville natale de MHE. Un “symbole affectif personnel” mais aussi marqueur émotionnel pour l’assistance. Nostalgique, voix douce, rythme cadencé et lent, MHE rappelle son enfance, et l’événement qui va marquer sa personnalité à vie, le décès de son père. Orphelin à l’âge de 10 ans, Moulay Hafid, confie qu’en s’auto-psychanalysant, il réalise de n’avoir cessé de vouloir démontrer à son défunt père qu’il en était à la hauteur.

Marrakech a été également l’occasion pour le ministre de revenir sur le souvenir de la qualité des relations qui prédominaient durant son enfance où, dans un même quartier vivaient, côte-à-côte, riches et pauvres unis et soudés dans le meilleur et dans le pire. S’il devait avoir à regretter quelque chose de cette époque -au risque d’être taxé de has been- ce sont bien sûr ces “relations humaines qui ont disparu.” a-t-il dévoilé à son confesseur.

Ce dernier va activer un autre marqueur que seuls quelques intimes en avaient la connaissance, à savoir sa passion pour la musique. La carapace de Téflon de MHE a eu du mal à s’ouvrir davantage cette fois-ci, il évite de trop s’étaler sur un terrain qui, normalement, paraîtrait comme un terrain de prédilection pour le virtuose du luth qu’il est.


MHE clôture cette conversation, en rappelant l’idée principale qu’il tenait à véhiculer : “J’ai vraiment changé, j’avais des ambitions matérielles fortes comme tout marocain. Je me rend compte aujourd’hui que l’argent, le pouvoir tout ça est éphémère. L’essentiel est de donner un sens à sa vie : si un steak fait du bien, deux steaks rendent malade”. Façon singulière de fustiger les excès.

Qu’il s’agisse d’une opération de communication huilée et bien orchestrée ou d’un vrai coming out sincère, cette humanisation de l’un des businessman les plus redoutables du Maroc, suivant les pas d’un Othman Benjelloun, et l’un des ministres qui pèsent le plus dans le gouvernement, sa sortie en mode conversation intimiste demeure, sans conteste, un événement politique de premier plan dans lequel des dizaines de messages cryptées ont été véhiculés.


Nawfal Laarabi

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Latest from Câbles

Go to Top
%d bloggers like this: