Le chinois Wanbao mining prend le contrôle de la filiale congolaise de Managem

C’est par augmentation de Capital que Managem et Wanba mining se sont mis d’accord pour se renforcer sur le marché congolais en injectant dans Lamikal SA, 56 millions de dollars permettant au groupe international chinois de monter à hauteur de 61,2% du capital de la filiale congolaise de Managem.

Le groupe Managem a accepté de perdre le contrôle de sa filiale en RDC créée en 2006, pour mieux allouer ses actifs et mieux se renforcer dans le pays, mais également de se doter des ressources permettant l’atteinte d’un niveau de production important et diversifié et d’exploiter au mieux le potentiel de la mine détenue par Lamikal qui vient d’être revalorisée à plus de 660.000 tonnes de cuivre.

Ce partenariat, qui intervient quelques jours après le lancement du méga-projet de la Cité Mohammed VI Tanger-TECH en association avec le géant chinois HAITE, est qualifié de “stratégique” par le Groupe minier marocain, et offre la perspective de constituer un acteur minier de référence en République Démocratique du Congo, et conforte l’étroite coopération entre Rabat et Pékin dans les secteurs sensibles à fort potentiel.

Le PDG de Managem Imad Toumi juge que cet accord avec Wanba mining, impactera positivement les résultats 2017 du Groupe, et permettra de développer un projet cuprifère de taille importante. Le successeur de Abdelaziz Abarro, qui signe avec cet accord sa première grande opération après une année de ses prises de fonctions, reste très optimiste sur les potentialités de la République Démocratique du Congo et assure du maintien du pays dans le scope de Managem et ce à travers d’autres filiales détenant notamment des permis de Cobalt, d’Étain et de Coltan en phase d’exploration. Les deux parties ambitionnent, en effet, d’atteindre une production annuelle cible de 50 000 tonnes de cuivre à horizon 2019.

Suite à cette annonce, la cotation des titres de capital du groupe marocain Managem est suspendue à la Bourse des Valeurs de Casablanca.

Pour rappel le quotidien l’Economiste avait révélé dans ses bonnes sources du lundi 27 mars que les commissaires aux comptes de Managem avaient attiré l’attention sur la situation financière de certaines filiales laissant apparaître des moins-values latentes. Il s’agit d’Akka Gold Mining (AGM), de Compagnie minière de Guemassa (CMG) et de Compagnie minière d’Oumejrane (CMO). Une information que le management du groupe, n’a pas jugée inquiétante étant donné que les résultats et les perspectives d’évolution de ces filiales sont favorables. Tout en assurant que ces participations ne devraient pas nécessiter de dépréciation.

 

LE1

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Latest from Afrique

Go to Top