La Turquie tournerait le dos à l’Union Européenne pour le “Shanghai Five”

Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan a menacé que son pays allait demander l’adhésion au «Shanghai Five», organisation regroupant la Russie, la Chine et les pays d’Asie centrale. C’est peut-être un tournant dans l’histoire houleuse entre la Turquie et l’UE.

« L’Union Européenne fait perdre du temps à la Turquie depuis 53 ans. Nous allons patienter jusqu’à la fin de l’année. D’ici là, s’il y a un développement, d’accord. Sinon, nous allons clore ce dossier, y compris l’accord de réadmission » a averti Erdogan lors d’une conférence de presse tenue à Samarcande avec Chavkat Mirzioïev, Premier ministre et président par intérim d’Ouzbékistan.

« Pourquoi la Turquie ne ferait-elle pas partie de l’Organisation de coopération de Shanghai (Shanghai Five) ? » s’est interrogé Erdogan, mettant ainsi l’accent sur une éventuelle adhésion de la Turquie à l’organisation.

En 2013, Ankara a reçu le statut de partenaire de dialogue à l’OCS. La Mongolie, l’Inde, l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan ont le statut d’observateur au sein de cette organisation, alors que la Biélorussie possède également le statut de partenaire de dialogue qui permet une participation u niveau ministériel dans les négociations sans avoir de droit de vote.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*