Idriss Deby salue l’engagement du Roi Mohammed VI dans le développement industriel du Tchad

Le président tchadien Idriss Deby a tenu à saluer les efforts consentis par le Roi Mohammed VI pour la promotion de l’intégration régionale et la coopération Sud-Sud en Afrique, à l’occasion du lancement à Ndjamena de la nouvelle cimenterie du Groupe Addoha.

« La mise en place de cette usine de ciment au Tchad par des investisseurs marocains prouve que les Africains sont capables de s’engager dans une coopération mutuellement bénéfique pour leurs peuples », a déclaré le Président Deby, ajoutant que la nouvelle infrastructure montre également la conviction du roi Mohammed VI que le développement de l’Afrique puisse être atteint grâce aux efforts des États africains.

Appelée «CIMAF-Tchad (Ciment d’Afrique, section du Tchad)», l’usine est située dans le district de Lamadji, au nord de Ndjamena

Le CIMAF-Tchad, le deuxième de son genre dans le pays, commencera par la production de 500 000 tonnes de ciment, extensible à un million de tonnes. Il emploiera dès son démarrage plus de 200 Tchadiens. A ce sujet, le président Deby a encouragé ses compatriotes à travailler à CIMAF-Tchad afin de permettre un transfert de compétences et de savoir-faire des ingénieurs marocains.

Anas Serfrioui, président du Groupe Addoha a déclaré pour sa part que CIMAF-Tchad produirait du ciment de qualité et de quantité suffisante, permettant au Tchad d’atteindre l’autosuffisance.

CIMAF-Tchad opérera avec des matières premières locales de la région méridionale de Mayo Kebbi, a poursuivi Anas Sefrioui, ajoutant que les Tchadiens formés au Maroc ont été choisis pour gérer la cimenterie.

Le prix du ciment ensaché par CIMAF-Tchad n’est pas encore connu, mais les responsables marocains ont déclaré qu’il serait abordable pour les Tchadiens à revenu moyen. CIMAF-TCHAD, doit faire face à ce sujet à la concurrence chinoise. La chine avait en effet construit une première cimenterie, en 2012 dans le sud du Tchad. L’unité produit deux types de ciments de qualité différente, dont un vendu à 7000 francs CFA (120 dhs) et l’autre à 9 000 francs CFA (150 dhs).

LE1

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Afrique

Allez en Haut de la page