Hammouchi reçu au Centre national du contre-terrorisme, la nouvelle Task Force du renseignement auprès de Macron

Oubliées les bisbilles diplomatico-judiciaires qui ont entaché les relations entre le Maroc et la France sous François Hollande ? Et les attaques dont Abdellatif Hammouchi, patron de la police et des services secrets marocains, avait été la cible par certaines ONG et autres milieux politico-médiatiques de l’Hexagone ? C’est ce que croient savoir nos confrères de Mondafrique qui font état d’une réunion, il y a quinze jours, à l’Elysée, du directeur général de la DGSN et de la DGST avec ses homologues français du contre-espionnage et du renseignement.

Présenté comme l’interlocuteur «privilégié de la France au Maroc sur les dossiers sécuritaires», Abdellatif Hammouchi aurait eu, «de longues discussions avec les proches collaborateurs du président français, Emmanuel Macron, notamment sur des dossiers se rapportant à la lutte contre le terrorisme.»

Abdellatif Hammouchi ne serait pas «un inconnu» pour Emmanuel Macron, lequel aurait eu «un entretien avec Abdellatif Hammouchi juste après son dîner avec le souverain marocain, Mohamed VI» lors de sa récente visite à Rabat, ajoute Mondafrique. Emmanuel Macron aurait même été, «impressionné par la maîtrise des dossiers sécuritaires dont a fait preuve le patron des renseignements chérifiens».

Informé de la visite de Abdellatif Hammouchi à l’Elysée, «le président français aurait tenu à passer une tête chez ses collaborateurs et à s’entretenir sur les dossiers sécuritaires» avec le patron des services marocains de renseignements.

LE1.ma avait fait état de la création, le 8 juin 2017, d’une «task force» placée auprès du président de la République française chargée du «pilotage stratégique des services de renseignement» à la tête de laquelle a été nommé l’ancien patron de la DST, Pierre de Bousquet de Florian. Emmanuel Macron avait procédé, à la même date, à la nomination du préfet Laurent Nunez en tant que directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), et Bernard Emié, ambassadeur de France à Alger, en tant que patron de la Direction générale des services extérieurs (DGSE).
Pour rappel, Emmanuel Macron a comme «confident» l’historien Benjamin Stora qui s’affiche désormais solennellement auprès du chef de l’Etat français en qualité de «conseiller officieux» pour les affaires du Maghreb et dont il a l’oreille.

LE1

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Europe

Allez en Haut de la page