Egypte-Ethiopie-Soudan : Vers la création du Fonds d’investissement le plus important d’Afrique

En dépit des relations particulièrement tendues entre l’Egypte et l’Ethiopie en raison de la construction par cette dernière du barrage de la Renaissance sur le Nil et qui constitue selon les égyptiens une grande menace pour leur approvisionnement en eau, le siège de la banque centrale égyptienne au Caire a abrité les mardi et mercredi, 3 et 4 juillet courant des discussions de haut niveau pour la création d’un Fonds d’investissement et d’infrastructure tripartite entre l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan.

Entrant dans le cadre d’un accord conclu entre les dirigeants des trois pays au début de l’année 2018, les discussions ont abordé toutes les questions relatives à la mise sur pied de ce Fonds, considéré comme le plus important du continent, et notamment ses objectifs, sa gouvernance, son administration et le volume du financement sans donner plus de précision.

Les trois parties ont quand même convenu d’intensifier les consultations pour baliser la voie à un deuxième round de discussions au cours des prochaines semaines. Il aura lieu en marge des réunions annuelles de l’association des banques centrales africaines prévues dans la station balnéaire égyptienne de Charm El Cheikh du 5 au 9 août prochain.

L’accord de lancer ce Fonds tripartite est intervenu le 29 janvier dernier en marge du 30e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine tenu à Addis Abeba entre le président égyptien Abdelfattah al-Sissi, le soudanais Omar al Bachir et le premier ministre éthiopien de l’époque Hailé Mariam Dessalegn.

La presse égyptienne indique que les échanges commerciaux entre l’Egypte et le Soudan tournent autour de 529 millions de dollars. Ils sont de l’ordre de 170 millions de dollars entre le Caire et Addis-Abeba.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Afrique

Facebook
Allez en Haut de la page