Crise diplomatique avec l’Algérie : le patronat marocain monte au créneau

À l’instar du GPBM et de Royal air Maroc qui ont réagi au lendemain de la diffusion du communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale fustigeant les propos insultants et diffamatoires du chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel, la CGEM (patronat marocain) a catégoriquement rejeté, ce dimanche, “les propos irresponsables et les accusations infondées portées par le ministre des Affaires étrangères algérien à l’encontre d’acteurs économiques marocains opérant sur le continent Africain.”

Dans un communiqué publié à ce propos, le patronat marocain qualifie les termes de Abdelkader Messahel de “diffamatoires” et “une insulte à l’intelligence des acteurs économiques algériens” tout d’abord, qui demeurent “conscients de la pertinence du modèle économique et du partenariat marocain, basé sur une démarche Sud-Sud équitable, porteuse de développement et de croissance pour l’ensemble de notre continent.”

La CGEM, qui a tenu à fustiger dans les termes les plus forts les “propos graves et sans fondement” du haut responsable algérien, estime qu’ils “constituent également une atteinte à la souveraineté des Etats Africains et une agression à leurs organes de gouvernance, de régulation et de sécurité.”

En plus d’être des “des institutions modèles en matière d’engagement, de développement et de solidarité avec tous les pays Africains”, les organismes et entreprises pointées du doigt par Abdelkader Messahel, “participent activement (…) à l’émergence économique de l’Afrique et à la consolidation d’un modèle de partenariat gagnant-gagnant basé sur le respect mutuel et le transfert de savoir-faire.”

Tout en rappelant et en soulignant le rôle fondamental des banques marocaines qui opèrent, dans plus d’une vingtaine de pays en Afrique, “selon les meilleurs standards mondiaux”, la CGEM a tenu aussi à préciser “le rôle majeur joué par Royal air Maroc dans la mise en place d’une connectivité aérienne permettant de transporter 2 millions de passagers par an dans 27 pays Africains et de densifier les relations d’affaires.”

Et si “l’engagement des entreprises marocaines en Afrique ne souffre pas des aléas de la conjoncture”, le patronat marocain estime qu’il est “le reflet d’une conviction forte et inébranlable dans le potentiel Africain et d’une stratégie de développement et de partenariat portée par la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.”

D’ailleurs, la CGEM relève, à juste titre, que “les propos du ministre des Affaires étrangères Algérien concernant l’environnement des affaires au Maroc dénotent d’une profonde méconnaissance du sujet et surtout d’une mauvaise foi flagrante”. En effet, précise le communiqué du patronat marocain, “les classements mondiaux de référence en la matière saluent régulièrement les progrès réalisés par le Maroc et qui lui permettent d’améliorer constamment son classement Doing Business.”

Raison pour laquelle la CGEM tient à saluer vivement “l’action de toutes les entreprises marocaines agissant sur le continent Africain” et tient à rappeler “leur apport en termes de développement à travers la réalisation de projets d’infrastructures économiques et sociales ainsi que la création de valeur ajoutée et d’emplois locaux.”

Pour rappel, le ministre algérien des Affaires étrangères s’exprimait vendredi lors d’une allocution devant un parterre d’opérateurs économiques de son pays où il s’est permis de s’attaquer frontalement à la présence marocaine en Afrique en insultant et en diffamant les banques marocaines et la compagnie nationale Royal air Maroc.

LE1

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Afrique

Allez en Haut de la page