CRI DU CŒUR : Aziz, Nabil, sauvez nos jeunes subsahariens de la délinquance

Cher Aziz, Cher Nabil,

Je m’adresse à vous car je pense que vous avez tous les deux le pouvoir de trouver des solutions aux dangers qui guettent nos jeunes subsahariens qui errent dans nos rues sans espoir ni horizon.

Je m’adresse à vous car vous êtes tous les deux reconnus pour votre empathie et votre générosité et puis surtout, vous êtes écoutés paraît-il. Oui, vous êtes l’unique espoir, pour le moment, «après Dieu et Sa Majesté le Roi», formule chère aux footballeurs et les politiques. Et pour cause, Monsieur Laftit me donne la frousse, Mly Hafid me snobera, Ramid est occupé avec ses 2 épouses et mon ami OEF a d’autres chats à fouetter…quant à Ilyas, il est trop occupé avec Zafzafi.

Cher Aziz, Cher Nabil,

Tout d’abord, je voulais vous informer que des centaines de jeunes africains du sud du Sahara, ont choisi de venir s’installer au Maroc cherchant une vie meilleure. Vous les avez certainement aperçus, dissimulés qu’ils sont entre Tanger Med et Sebta occupée, sur la route quand vous partez en week-end à Marbella, (ce sont ces petites têtes brunes que vous apercevez du haut de votre Jet privé mon cher Aziz).

Avant, ces jeunes cherchaient l’Europe, aujourd’hui ils préfèrent le Royaume du Maroc. Un grand nombre de ces jeunes ont choisi également de s’installer à Casablanca et comme j’y habite, je vois quotidiennement leur misère d’où cet appel à vos âmes charitables.

A Casablanca, chassés des artères que vous pratiquez mon cher Aziz – Bd. Al Massira, le périmètre Morocco Mall, Anfa supérieur, quartier Californie, autoroute Casa-Rabat, chez Noor-  des subsahariens mâles bien vigoureux âgés de 15 à 30 ans, ont été contraints, pour pouvoir manger, à demander l’aumône aux carrefours des artères des quartiers les moins nantis à Casablanca. Vous pouvez les retrouver durant toute la journée, sous le soleil en bande de 5 à 10 sur  Route Médiouna, Ouled Ziane, Ibn Tachefine, Bernoussi, Hay Mohammedi et Hay Moulay Rachid.

Les casablancais en voiture, (les vrais, pas les #WeCasablancais dans leurs 4×4 et leurs cigares), sont généralement généreux et sortent quelques dirhams de temps en temps mais ferment leurs fenêtres plus souvent. Ils ont peur ou, au mieux, sont méfiants.

Ces jeunes subsahariens, sont à la merci de la rue, des bandes criminelles et de l’exploitation de toutes sortes. Et même s’ils trouvent un petit job, ils n’arrivent pas à régulariser leur situation car les casablancais refusent de leur délivrer un contrat de bail (les proprios croient dur comme fer que la valeur des biens en copropriété chute si les subsahariens y élisent domicile). D’ailleurs, la police vient de démanteler toute une bande criminelle qui vendait des contrats de bail falsifiés. Des jeunes, désespérés, qui voulaient s’en sortir et ne plus errer dans les carrefours, se sont empêtrés dans des histoires de contrats falsifiés et se sont retrouvés en prison.

Cher Aziz, Cher Nabil,

Vous avez la possibilité chers ministres et patrons des partis politiques qui comptent le plus ces derniers temps dans le pays, de sauver ces jeunes et de participer à la réussite de la vision de Sa Majesté pour une intégration régionale unique en Afrique.

Mes chers ministres, vous êtes à la tête des secteurs qui emploient le plus de jeunes au Maroc (même si le peu regretté ministre de l’informel, Bouhdoud, ‘employait’ le double de vos ministères réunis), pourquoi alors vous n’embauchez pas ces jeunes subsahariens, ils seront d’une grande utilité dans les champs et les chantiers BTP.

Nous savons tous que les saisonniers dans l’agriculture ou dans le BTP sont de plus en plus demandés, et leurs tarifs journaliers peuvent monter jusqu’à 250 dh/jour. Vous savez, si vous lancez un seul marché de bouchages des nids de poules rien qu’à Casablanca, vous pouvez faire travailler toute la population du Mali durant 3 ans.

Vous pouvez également demander la solidarité gouvernementale, faire appel à votre ami Larbi, lui qui a été de toutes les signatures en Afrique, pour vous former ces jeunes, il a les moyens financiers et humains de l’Office dont il a la tutelle. Demandez à votre collègue Mly Hafid, il paraît que ses chantiers immobiliers avancent bien, ou à votre autre compère Sajid qui est à la tête d’un énorme foncier qui à même d’absorber, à l’année, tous ces jeunes subsahariens rien que pour inventorier ses terrains et les garder, ou demandez à votre collègue Boussaid, son frère bitume tout le Royaume. Enfin, demandez à votre collègue Laftit…Ah non, mauvaise idée, il risque de vous faire lire un communiqué dont vous ignorez le contenu et me foutre, moi, en prison. Soumission othmanienne Monsiur Laftit comme dirait mon ami LeDias !

Cher Aziz, Cher Nabil,

Je fais appel à vos âmes charitables et patriotes, prenez la situation au sérieux, s’il vous plaît, s’il vous plaît, l’avenir de notre pays et de son rayonnement en dépend.

#SalutAziz #SalutNabil

NB : J’ai pris quelques photos de ces jeunes mais je me suis refusé de les publier par respect à la dignité de nos hôtes.

 

Nawfal Laarabi

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Latest from Afrique

Go to Top
%d bloggers like this: