Conseil de sécurité : Le projet de résolution russe condamnant les frappes contre la Syrie rejeté

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réuni d’urgence, ce samedi 14 avril, à la demande de la Russie pour évoquer la situation et voter un projet de résolution russe condamnant les frappes aériennes menées quelques heures plutôt par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France contre la Syrie pour la punir contre l’usage présumé d’armes chimiques contre la ville de Douma, dans la Ghouta orientale samedi dernier. Frappes menées à la veille de l’arrivée des experts de l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) dans la capitale syrienne pour entamer une enquête. Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres et les 15 membres du Conseil de sécurité en plus de l’ambassadeur syrien à l’ONU Bashar Jaafari ont pris part à cette réunion.


La réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies s’est soldée par le rejet du projet de résolution russe lors du passage au vote : la Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour, huit contre et quatre autres pays se sont abstenus (ndlr : pour qu’un projet de résolution passe, il faut 9 voix et qu’aucun des 5 membres permanents du Conseil de sécurité n’oppose son véto). Un projet de résolution qui qualifie l’attaque de violation du droit international et de la charte de l’ONU.

A l’ouverture de la réunion, Guterres a appelé à la retenue pour éviter toute aggravation de la situation en Syrie : « la situation en Syrie représente aujourd’hui la menace la plus sérieuse pour la paix et la sécurité internationales. Aussi, faut-il éviter que la situation ne devienne incontrôlable. »

Par la suite, les ambassadeurs ont pris la parole pour clarifier ou défendre les positions de leurs pays.

L’ambassadeur russe Vassily Nebenzia : un acte d’agression contre un Etat souverain

Parlant des frappes de missiles, l’ambassadeur russe, Vassily Nebenzia, a déclaré que Moscou condamne l’attaque, soulignant que Washington, Londres et Paris ont ignoré les appels au bon sens et aux lois internationales en menant des attaques contre la Syrie. Il a ajouté que les actions américaines conduisaient à la détérioration de la situation humanitaire en Syrie.

« Votre agression est une menace majeure pour la possibilité de poursuivre le processus politique sous les auspices de l’ONU », a-t-il déclaré. Nebenzia a ajouté que les « installations scientifiques attaquées en Syrie sont utilisées uniquement pour des activités pacifiques visant à renforcer l’efficacité de l’activité économique en Syrie. »

Ayant décrit les attaques comme un acte de «hooliganisme sur la scène internationale», Nebenzia a souligné que Washington avait miné sa tentative de négocier l’accord pour le processus de paix syrien.

L’ambassadrice américaine Nikki Haley : les frappes sont légitimes, justifiées et proportionnées

De son côté, l’ambassadrice américaine, Nikki Haley, a affirmé que les frappes avaient été soigneusement planifiées afin de minimiser les pertes civiles, qualifiant l’attaque de « légitime, justifiée et proportionnée » à l’attaque chimique présumée. « Nous sommes convaincus que nous avons paralysé le programme d’armes chimiques de la Syrie et nous sommes prêts à maintenir cette pression si le régime syrien est assez fou pour tester notre volonté », a-t-elle déclaré.

La représentante permanente des Etats-Unis à l’ONU a ajouté que le régime syrien avait utilisé des armes chimiques à Douma le 7 avril, ajoutant que des données claires démontraient la « culpabilité » d’Assad.

Haley a également accusé Moscou d’avoir défendu le président syrien Bachar Assad et de ne pas avoir assuré la destruction des armes chimiques syriennes en 2013.

L’ambassadeur syrien, Bashar Jaafari: les frappes ne condamneront pas la détermination à détruire les terroristes

L’ambassadeur syrien à l’ONU Bashar Jaafari a déclaré que les frappes visaient à saper le travail de l’équipe de l’OIAC dans le pays qui devait inspecter le site de l’attaque chimique présumée à Douma. Il a déclaré que trois personnes avaient été blessées et que des dégâts matériels avaient été causés par les frappes contre les cibles syriennes.

L’ambassadrice britannique aux Nations Unies, Karen Pierce : utiliser la force pour empêcher l’assassinat de personnes innocentes

Parlant de l’attaque contre la Syrie, l’ambassadrice britannique aux Nations Unies, Karen Pierce, a déclaré: « il ne peut pas être illégal d’utiliser la force pour empêcher l’assassinat d’un tel nombre de personnes innocentes ». Dans le même temps, elle a déclaré que les trois États qui avaient mené l’attaque continueront à faire pression en faveur de la «solution diplomatique» en Syrie. « L’évaluation complète n’est pas encore terminée, mais nous pensons que les frappes seront couronnées de succès », a déclaré Pierce. Elle a également déclaré qu’aucun autre groupe que le gouvernement syrien ne pouvait avoir mené l’attaque chimique à Douma.

L’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre : la Russie a « trahi » l’engagement de 2013 de détruire l’arsenal chimique syrien

L’ambassadeur France à l’ONU, François Delattre, a déclaré que le gouvernement syrien était sans aucun doute responsable des attaques chimiques. Il a exhorté Moscou à appeler Damas à mettre fin aux souffrances des Syriens.

Delattre a également ajouté que la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis présenteraient une nouvelle résolution sur la Syrie (ndlr : le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a déclaré ce samedi lors d’une interview accordée à TF1 :
« Il faut que l’on s’achemine vers un règlement pacifique. (…) Nous allons prendre des initiatives dès lundi au Conseil de sécurité à New York et à Bruxelles lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères pour tracer la feuille de route avec ceux qui veulent bien y contribuer. »

L’ambassadeur de la Chine Ma Zhaoxu : Pékin exprime sa profonde inquiétude

L’ambassadeur de la Chine auprès de l’ONU, Ma Zhaoxu, a déclaré que Pékin exprime sa « profonde inquiétude » face à l’escalade en Syrie, ajoutant qu’il exhorte toutes les parties à s’abstenir de tout mouvement susceptible d’aggraver la situation. Selon le diplomate chinois, la Chine serait prête à continuer son rôle constructif dans le processus de paix syrien.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Géopolitique

Facebook
Allez en Haut de la page