Clásico Reino de Marruecos : Le Rif à l’honneur au Chili

La IIème édition du Clásico Reino de Marruecos, classique de sports hippiques disputé annuellement au Chili, s’est déroulée la semaine dernière à l’hippodrome “Valparaiso Sporting” à Viña del Mar, au sud de Santiago, la capitale chilienne. Cette manifestation sportive, organisée en collaboration avec l’ambassade du Maroc au Chili, est devenue l’une des courses hippiques les plus courues du programme annuel organisé par le Club. L’événement, qui a attiré un nombre très important de passionnés de chevaux et d’équitation, a fait un joli clin d’œil à la région du Rif marocain.

Le Clásico Reino de Marruecos, qui a pour objectifs de promouvoir l’image du Maroc au Chili et en Amérique Latine, se déroule dans le cadre prestigieux de l’Hippodrome Valparaiso Sporting, club huppé du Chili fondé par les Anglais au XIXème siècle.



Les courses de ce Classique portent généralement les noms de villes et de personnalités marocaines. Les organisateurs ont fait la part belle à la région du Rif marocain, en baptisant la course numéro 1 Abdelkrim El Khattabi et la numéro 10 du nom d’Al Hoceima. Avec les événements et mouvements sociaux que connaît le Rif depuis bientôt un an, la symbolique a toute son importance et une portée politique non négligeable.

Et, simple coïncidence peut-être, lors de la cérémonie de remise des Prix à laquelle ont participé  le Consul honoraire du Maroc dans la région de Valparaiso, David Dahma Bertelet, le directeur du Sporting Club Valparaiso, Italo Traverso Natoli, le Maroc était représenté par le chargé d’affaires de l’Ambassade du royaume au Chili, Zakaria Balga…lui-même rifain !

 

En présence d’une pléiade de représentants du monde de la diplomatie, des médias, du sport, de la culture et de la communauté marocaine et arabe établie dans la région, le Clásico Reino de Marruecos a vu aussi défiler des courses baptisées du nom de résistants ou anciens militants de la gauche marocaine parmi lesquels certains ayant appartenu à l’extrême-gauche marocaine ou de formations politiques non reconnues. Nous citerons à titre d’exemple, la course numéro 3 baptisée Mohamed Zerktouni  la 5 du nom de Abderrahim Bouabid ou la 7 attribuée à Allal El Fassi. Pour leur part, les porte-drapeaux de Ila al-Amam Abraham Serfaty et Abdellatif Zeroual héritent respectivement des courses 9 et 15. Driss Benzekri représentait quant à lui la course numéro 17. Quand on sait que Abdellatif Zeroual est mort en 1974 sous la torture de ses geôliers à «Derb Moulay Chérif», on peut dire que le Clásico Reino de Marruecos, doté de près de 41 millions de dollars, adopte une connotation politique qui véhicule clairement les efforts fournis par le Maroc en matière des libertés et des droits de l’homme, tout en invoquant la symbolique qui fait aujourd’hui l’actualité au Maroc, à savoir le Rif.

Grand amoureux du cheval, le Roi Mohammed VI encourage toutes les activités y afférant. C’est en effet le souverain qui est derrière le lancement, en 2008, du Salon du cheval dans le paysage sportif et culturel marocain, et sa pérennité par le développement de la filière équine et à la préservation du formidable capital immatériel que représente le patrimoine équestre national.

Rappelons qu’au mois d’avril 2017, était organisée à Las Vegas, par The Arabian Horse Breeders Alliance «AHBA», et sous le Haut Patronage du Roi Mohammed VI, la 11ème édition de la Coupe du monde du Cheval Barbe “ABWC 2017”, qui s’est clôturée par la remise de trophées offerts par le souverain aux gagnants des différentes disciplines qui ont concouru durant cette édition.

LE1

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Art & Diplomatie

Allez en Haut de la page