Carnet de voyage : Youssef El Alaoui raconte la Silicon Valley

Directeur-associé et co-fondateur de Mobiblanc, leader marocain en ingénierie mobile et digitale, Youssef El Alaoui revient d’un voyage qui l’a mené aux Etats-Unis et plus précisément à la Silicon Valley, dans la partie sud de la baie de San Francisco. Ce pôle mondial de l’industrie de pointe, qui accueille les sièges sociaux et campus de plus de 6 000 entreprises et la destination, est considéré comme La Mecque de la nouvelle économie numérique à l’instar de Uber, AirBnB ou eBay. En exclusivité pour LE1, Youssef El Alaoui livre les péripéties de son immersion digitale dans le monde atypique des GAFA.


De retour de mon petit voyage découverte à San Francisco et à la Silicon Valley, je ne pouvais pas me retenir de livrer mon impression tellement le «choc» était immense.

Immense non pas par la démesure des choses mais surtout par leur simplicité. Moi qui croyais avoir à côtoyer des « extraterrestres » à chaque coin de rue, je n’ai rencontré finalement que nos semblables qui pensent exactement de la même manière que nous. Moi qui croyais trouver des building high-tech à la manière du Pentagone, je n’ai trouvé que des buildings «normaux», ou des anciennes usines de textile ou de sidérurgie transformées en «usine d’intelligence» où l’on produit des concepts qui créent de la valeur et qui parfois révolutionnent le monde. Exception faite du building de Salesforce qui est imposément impressionnant.

Les espaces de travail avec des murs sans peinture, du ciment brut toujours visible, des tuyaux qui traversent (élégamment) les plafonds. Tellement rudimentaires et cools qu’on se faisait des blagues entre marocains sur le manque de moyens de ces gens-là. On se disait qu’il leur faudrait une couche de Tedellakte pour qu’ils soient plus «présentables». Mais il s’agissait bien, là, de la Factory de la nouvelle économie.

En déambulant dans les rues de San Francisco, on peut facilement, et à tout bout de champ, se retrouver en face d’un immeuble d’un géant du Net. Quel plaisir de toucher les murs d’un LinkedIn, d’un Uber, d’un AirBnB ou d’un Adobe. On s’aperçoit finalement qu’ils sont des «humains». Qu’ils paient l’électricité, Internet, et peut-être un loyer. Notre chauffeur, un marocain, nous parlait du patron de Zynga qu’il emmenait chaque matin chez Facebook. Il nous a confié que Zynga était le nom de son chien et que les noms des jeux qu’il déclinait correspondent aux noms des sorties sur l’autoroute entre son domicile et celui de Facebook. Tout Simplement.

La valeur du temps est sacrée chez ces gens-là, tout est chronométré. Nos visites des grandes entreprises sont très codifiées, rien n’est laissé à l’improvisation. A chaque rendez-vous, une personne nous reçoit, en général c’est un(e) responsable de la communication, puis on nous délivre nos badges déjà pré-imprimés, ensuite on nous annonce le programme puis on démarre la tournée. A chaque étape de la visite, une personne de la société nous attend avec son message clair à nous faire passer, telle une course de relais où l’enchaînement se fait par le «passage de témoin» et ce jusqu’à la fin de la visite à une heure bien précise. Un case study plein d’enseignements.

Toutes les entreprises ne se ressemblent pas. Ce qui est assez frappant c’est de constater la différence de culture entre sociétés, en fonction de leur métier ou de leur ancienneté, situation vécue chez AirBnB et eBay.

Chez AirBnB, avec son slogan « open your heart and home », on trouve une ambiance très hospitalière, où une équipe de 3000 collaborateurs dont 800 développeurs sont comme dans un parc. Des chiens de compagnies qui rodent dans les plateaux, ingénieurs en sandales et shorts un peu partout, et des postures de travail assez inhabituelles, comme le fait de travailler debout, ou dans une cabine à la téléboutique ou sur un canapé à la Starbucks. En revanche, chez eBay, créé 13 ans plus tôt, on y trouve une ambiance assez sobre où les équipes sont relativement âgées avec un code de communication assez policé. Même les espaces de travail sont moins «funs».

En discutant avec les entrepreneurs, deux mots reviennent assez souvent : vision et passion. Il faut avoir une vision pour définir un cap et il faut aussi faire les choses par amour pour bien les réussir. La diversité des équipes est également un facteur important car on estime qu’on ne peut pas porter un projet multinational sans avoir de la diversité culturelle au sein de son entreprise.

Autre remarque, c’est le Storytelling. Chaque chose a une histoire. Tout est dans l’émotion. Les patrons de Airbnb qui, lors d’un séminaire à San Francisco, ne trouvaient pas où dormir ont fini sur un matelas gonflable (AirBed and Breakfast), d’où l’idée du projet. Autre illustration, le patron d’une grande société d’antivirus qui, à l’âge de 18 ans, avait réussi à rétablir les fonctionnalités du PC de sa maman, en en publiant le patch sur Internet, a ensuite eu un grande succès. Les histoires de ce genre ne manquent pas. Les collaborateurs aussi ont partagé avec nous les raisons du choix de leurs jobs respectifs et les expériences de leur vie. Bref, tout est à la Hollywood est c’est tant mieux. Ça capte notre attention et ça nous fait rêver. C’est réussi !

Force est à constater également que la réussite vient aussi de l’écosystème qui est très développé et où tous les acteurs fonctionnent en harmonie pour le bien de tout le monde : universités, incubateurs, start-ups, investisseurs, consommateurs et système judiciaire. La notion du partage se répète souvent, tous les acteurs se sentent responsables envers l’écosystème.

Ça rappelle un peu quand Henry Ford avait décidé en 1910 de doubler les salaires de ses salariés. Pour les rendre plus heureux et plus productifs certes, mais aussi pour qu’ils puissent acheter ses voitures et donc contribuer au développement de son entreprise.

Dans le logiciel du «rêve américain», c’est ce qu’on appelle la création d’un cercle vertueux. C’est peut-être le point clé de cette réussite.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de MISSI DOMINICI

Allez en Haut de la page