Bourita à New York : Le Maroc œuvre pour une action solidaire et cohérente dans le monde et appelle à une coopération globale pour vaincre le terrorisme

Prévue pour le mercredi 20 septembre dans la journée, puis reportée au jeudi 21, et enfin reprogrammée à la dernière minute dans la nuit du mercredi à jeudi, l’allocution du Maroc devant l’Assemblée générale des Nations Unies a été calée in extremis à la 38e position de l’agenda de la deuxième journée du débat général juste avant la République Dominicaine, tout de suite après les Îles Fidji. C’est Nasser Bourita, le chef de la diplomatie marocaine, qui a donné lecture à ce discours qui devait initialement être prononcé par le Prince Moulay Rachid, présent à New York pour recevoir le Prix de la Reconnaissance Spéciale du leadership dans la promotion de la tolérance et le rapprochement inter-culturel décerné au Roi Mohammed VI par The Global Coalition for Hope.


 Ecouter l’intégralité de l’allocution prononcée par Nasser Bourita, en langue arabe, devant #USGA 

Ecouter le discours en français


Dans sons allocution à l’occasion de la 72ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, Nasser Bourita, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, a appuyé la volonté du Secrétaire général des Nations Unies de réformer l’ONU et le secteur sécuritaire afin d’être mieux placé pour mettre en œuvre la Charte des Nations Unies. Notre monde est à la croisée des chemins, a dit le Ministre, et cela a un impact sur le développement durable, la paix et la sécurité. Il y a aujourd’hui moins de conflits et moins de victimes qu’auparavant, a-t-il noté, mais le danger persiste sous la forme du terrorisme, des migrations et des changements climatiques.

La mondialisation a permis de développer les échanges mais a aussi mené à des différences économiques plus marquées entre les États et causé des crises à l’échelle mondiale, a estimé le Ministre, notant que les organisations terroristes en ont profité pour tenter de déstabiliser le monde et mettre les citoyens en péril. Selon lui, il faut réformer nos mécanismes de coopération afin de les rendre plus prévisibles et plus efficaces, et créer une organisation véritablement multilatérale, à même de prendre en compte l’apport de tous pour améliorer les mécanismes internationaux.

L’Afrique n’occupe toujours pas la place qui lui revient dans l’ordre international, a dénoncé le Ministre, rappelant que le continent est riche en ressources humaines, en terres fertiles et en ressources hydriques. Le Roi du Maroc, a ajouté Nasser Bourita, a fait de la coopération Sud-Sud un axe majeur de sa politique étrangère et un instrument important de son développement, soulignant que le Royaume du Maroc souhaite nouer des partenariats réalistes avec les pays de la région afin de développer le continent africain. Il a précisé que le Roi ne voit pas l’Afrique comme un marché où écouler ses produits mais plutôt comme un continent dans lequel il est possible de développer une action commune. « L’Afrique est mon continent, l’Afrique est ma maison », a dit le Roi du Maroc, et le Maroc continuera de s’impliquer sur le continent, notamment au sein de l’Union africaine, dont il est un membre fondateur.

Le Maroc, a poursuivi le Ministre, est engagé en faveur du multilatéralisme et souhaite s’attaquer aux problèmes internationaux avec la communauté internationale, notamment la lutte contre le terrorisme et les migrations. Il est notamment impliqué dans le Forum mondial de lutte contre le terrorisme, dont il partage la présidence avec les Pays-Bas et au sein duquel il continue de lutter contre le terrorisme, notamment en appuyant ses partenaires africains avec des formations ciblées. En outre, a poursuivi le Ministre, le Roi présentera sous peu une note conceptuelle sur une approche conjointe de l’Afrique au sujet des migrations et de leurs causes profondes, une approche antérieurement appliquée au niveau national et dont ont bénéficié plus de 25000 migrants subsahariens.

Nasser Bourita s’est réjoui du succès de la 22e Conférence des parties sur les changements climatiques organisée à Marrakech en 2016, et de la Déclaration de Marrakech qui en a résulté. Il a plaidé pour la mise en œuvre d’une approche collaborative entre les pays, notamment africains. Le Maroc, a-t-il souligné, s’est doté d’une politique ambitieuse pour lutter contre les changements climatiques et développer des sources d’énergie renouvelables.

Concernant les opérations de maintien de la paix, il a rappelé que le Maroc a déployé des troupes dans six opérations jusqu’à maintenant et que plus de 1 600 militaires sont déployés actuellement. Il a fait part de sa « vive préoccupation » devant les attaques « irresponsables » menées contre les Casques bleus, et appelé le Secrétaire général à prendre les mesures qui s’imposent pour assurer leur protection.

Le Ministre a noté que la coopération entre les pays du Maghreb demeure limitée, entre autres en raison de la situation en Libye. Concernant le Sahara occidental, il a déclaré que le Maroc est prêt à travailler avec les Nations Unies pour un règlement pacifique du conflit, pour autant que soit sauvegardée l’intégrité territoriale du pays et que la région soit débarrassée du fléau du séparatisme et du terrorisme.

LE1 avec UN.ORG

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Câbles

Macron arrive à Riyad

Dans une visite inopinée non inscrite dans son agenda, le président français
Allez en Haut de la page