Alpha Condé, ami du Maroc, élu nouveau Président de l’Union Africaine

C’est le Président Tchadien Idris Derby qui en a fait l’annonce à la fin de son allocution d’ouverture du 28ème sommet ordinaire de l’Union Africaine. Alpha Condé, grand ami du Maroc, devient ainsi le 15ème président de l’UA succédant à Idriss Derby.

Médiateur heureux de la crise gambienne et soutenu par la CDEAO et le Maroc, Alpha Condé était parti favori pour la course à la Présidence de l’UA contre le candidat d’Alger  le nigérien Mahamadou Issoufou.

Alpha Condé, premier président démocratiquement élu de la Guinée.

Né le 4 mars 1938 à Boké, une ville située à 300 kilomètres de Conakry, en Basse Guinée, le professeur Alpha Condé est le premier président démocratiquement élu de l’histoire de la république de Guinée. Après le scrutin pluraliste du mois de 27 juin 2010, dont le second tour a eu lieu en novembre 2010, sous la présence de la communauté internationale, à travers un Groupe International de Contact mis en place, pendant la période transition militaire installée à la disparition du président Lansana Conté en 2008..

Universitaire diplômé de la faculté de droit de la Sorbonne et de l’Institut d’études politiques de Paris, a commencé par une carrière de professeur de droit public à l’université de la Sorbonne, à Paris. Arrivé en France à la fin des années 1950, où une décision familiale l’envoie faire ses études dans le sud de la France, le futur étudiant passionné de politique, devient rapidement une grande figure du monde estudiantin africain, à la tête de la puissante Feanf (Fédération des étudiants d’Afrique noire en France), creuset de la future élite africaine post indépendance. Homme politique, l’auteur de « La Guinée, Albanie de l’Afrique, ou néo colonie américaine » est resté un fervent militant de la cause africaine et de la lutte pour la démocratie sur le continent africain et dans son pays. Ce qui lui vaudra une condamnation à mort par contumace de l’ancien régime du président Ahmed Sékou Touré, après le débarquement du 22 novembre 1970 à Conakry attribué aux opposants guinéens armés, financés et soutenus par le Portugal.

Une autre élection capitale pour le Maroc: la présidence de la Commission de l’UA

Les 54 chefs d’État membres de l’institution panafricaine se pencheront également sur la désignation du nouveau président de la Commission de l’UA pour succéder à la Sud-africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma.

Cinq candidats sont en lice pour la succession de la présidente sortante de la Commission de l’UA

Outre l’Equato-Guinéen Agapito Mba Mokuy et la Botswanaise Pelonomi Venson-Moitoi déjà partant en juillet dernier, sont venus se joindre le Tchadien Moussa Faki Mahamat, le Sénégalais Abdoulaye Bathily et la Kenyanne Amona Mohamed Jibril.

 

Nawfal Laarabi

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Afrique

Allez en Haut de la page